Joseph Autran

Sonnets capricieux, 1873


Bibliothèques


 
Je suis entré dans les royaumes
De l’orgueilleux esprit humain ;
J’ai vu les livres, ces fantômes
Emmaillotés de parchemin.
 
Ne craignez pas, sublimes tomes,
Que je porte sur vous la main,
Vous, plus nombreux que les atomes
De la poussière du chemin !
 
Ô foule épaisse qu’on admire !
Moi, devant vous, peuple effrayant,
Je passe, et ne saurais médire
 
De ce calife d’Orient
Qui trouva plus expédient
De vous brûler que de vous lire !

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 janvier 2015 à 14h28

Aragne et moine
----------------------

Un moine était gardien d’une innombrable troupe
De bouquins qu’on devait aux plus sages humains.
Il admirait surtout les plus anciens du groupe,
Dont les mots noircissaient d’antiques parchemins.

Mangeant plus d’une mouche au lieu de bonne soupe,
Une aragne au plafond se tissait un chemin,
Puis descendait parfois, ayant le vent en poupe,
Pour visiter le cloître embaumé de jasmin.

-- Aragne, si tu veux, je peux, de ces grimoires,
Tirer mille récits dont ils ont la mémoire :
Nous passerions ainsi d’agréables instants.

-- Moine, merci beaucoup, mais épargne ton souffle :
Je préfère écouter les mots de la pantoufle
Qui, sans aucun savoir, est poète, pourtant.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Toto28 le 18 juin 2018 à 16h21

J’ai pénétré dans le royaume
Pestifié de l’esprit humain ;
J’y ai vu les livres, fantômes
Emmaillotés de parchemin.

N’ayez crainte, sublimes tomes,
Que sur vous je porte la main,
Vous plus nombreux que les atomes
Qui font la poudre du chemin...

Peuplade épaisse on vous admire
Mais, devant vous, peuple effrayant,
Je passe, et n’irais pas médire

Du vieux calife d’Issoudan
Qui trouva plus sage et prudent
De vous brûler que de vous lire !

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 août 2020 à 13h55

Nef sans coque
----------


D’invisibles marins vident plus d’une coupe,
D’avoir un tel vaisseau, cela les rend joyeux ;
La voile seulement se présente à nos yeux,
Qui semble, en cet instant, prendre le vent en poupe.

L’équipage est nourri d’imperceptible soupe,
Avec des produits bio, ce qu’on trouve de mieux;
De ce même potage ont mangé leurs aïeux,
Qui, tout comme eux, formaient d’inséparables groupes.

Sous le soleil de mai qu’un nuage voila,
Ils ne porteront point leurs habits de gala ;
Car ils sont, tout le jour, nus comme des squelettes.

Autour d’eux, l’Océan fait miroiter ses flots,
Un vent souffle du Nord, qui les change en poètes ;
Bonne route à vous tous, merveilleux matelots !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz