Joseph Autran

Sonnets capricieux, 1873


L’Abreuvoir


 
Chasseur aiguillonné par la chanson des cailles,
Sur ce plateau désert, toi qui les viens chercher,
Vois-tu ces lits étroits creusés dans le rocher ?
Ces trous ont vu, jadis, de nobles funérailles.
 
C’est ici qu’ont dormi, tombés dans les batailles,
Plus d’un baron superbe et d’un vaillant archer.
La longueur des tombeaux mesure encor les tailles
Des chevaliers géants qui vinrent s’y coucher.
 
Puis les jours ont passé, piétinant sur la gloire ;
Le temps a fait son œuvre au chevet des héros,
Il a mis en poussière et l’armure et les os ;
 
Et voilà que la fosse, aujourd’hui sans mémoire,
N’est plus qu’un abreuvoir où le ciel met ses eaux,
Afin que l’hirondelle au printemps vienne y boire !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 19 novembre 2017 à 12h18

Messager de sinople
------------------------

Sur sa route, il entend la perdrix et la caille,
Mais jamais cet errant ne les viendra chercher ;
Il parcourt le sentier bordé de beaux rochers
Et de champs moissonnés où subsiste la paille.

Il porte des avis de guerre et de bataille,
Il veut mobiliser le duc et ses archers ;
Pour peu qu’on lui procure une armure à sa taille,
Avec l’armée ducale on le verra marcher.

Or, ce n’est pas un gars qui recherche la gloire ;
Jamais il ne s’est pris pour un futur héros,
Et dans un cimetière on lui voit le coeur gros.

S’il mourait au combat, point n’en serait mémoire,
Non plus que d’un noyé dormant au fond des eaux ;
Pas même, à sa santé, les copains ne vont boire.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur L’аdiеu du саvаliеr (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur Sоlеil соuсhаnt (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Αndrоmèdе аu mоnstrе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Fоrtunе еnfin pitеusе à mоn tоurmеnt...» (Τуаrd)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz