Joseph Autran

Sonnets capricieux, 1873


Petites bouches


 
Les femmes qu’on aimait vers l’an dix-huit cent trente
Ne connurent jamais l’attrait des longs repas.
Ces abeilles d’avril, sur la terre odorante,
Passaient de fleur en fleur et ne s’y posaient pas.
 
La race est, aujourd’hui, gloutonne et dévorante.
Je les vois se jeter sur les mets les plus gras,
Écouter ce qu’on dit d’une âme indifférente,
Manger à pleine bouche et boire à tour de bras.
 
L’appétit féminin fait vraiment des merveilles :
Après tous les gibiers viennent tous les gâteaux ;
On ne manque au passage aucune des corbeilles.
 
On a les goûts pillards et les instincts brutaux ;
Vous diriez de jolis et charmants louveteaux.
Moi, qui suis du vieux temps, j’aimais mieux les abeilles !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 31 mai 2019 à 13h48

Nef sans envergure
-------------------

Sur cette nef en mer nous fûmes vingt ou trente
Avec de la morue, toujours, pour tout repas.
Au début, nous aimions cette chair odorante,
Nous étions enchantés, mais ça ne dura pas.

Même étant préservé de la faim dévorante,
Le lieutenant rêvait d’un chapon gros et gras ;
Nous regardions danser la mer indifférente
En hissant le grand foc à la force des bras.

En songe, nous avons contemplé des merveilles,
Des salades de fruits, des crêpes, des gâteaux,
Puis tous les fruits du monde emplissant des corbeilles.

Allons, ne rêvons pas, ce n’est qu’un vieux bateau,
On n’y sert point des plats comme en ce bon resto
Où je buvais, jadis, à l’ombre d’une treille.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 mai 2019 à 13h52

Nef sans envergure
---------------------

Dixième vers:

(...)

De savoureux desserts, des crêpes, des gâteaux

(...)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 6 août 2020 à 16h33

Nef de la sirène
----------

Sur cette nef se tient la sirène chantante,
Aux dames de chez toi ne la compare pas ;
Tu ne peux point saisir son âme délirante,
Si tu as cru cela, certes, tu te trompas..

Parle-lui prudemment, ce n’est point ta parente,
Ne lui propose point de dormir dans tes draps ;
Tu peux lui raconter une histoire marrante,
Mais par un aphorisme elle te répondra.

La sirène est un monstre et c’est une merveille,
Le roi la voudrait bien dans son noble château ;
Il la  régalerait d’une grappe vermeille.

La sirène aime mieux s’approcher des bateaux,
D’ailleurs, pour les rejoindre, elle se lève tôt ;
Mieux vaut le rouge sang que le jus de la treille.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

Μussеt : À Αlf. Τ. : «Qu’il еst dоuх d’êtrе аu mоndе, еt quеl biеn quе lа viе !...»

Vеrlаinе : «Lа mеr еst plus bеllе...»

Jасоb : Lе Dépаrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе mоis d’Αvril, оù nаquit lа mеrvеillе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Quаtrе-Соins (Sаtiе)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz