Marcial d’Auvergne

(1440-ca. 1500)

 

 

Marcial d’Auvergne


La Danse macabré des femmes


              LA MORT
 
Noble Reine de beau corsage,
Gente et joyeuse à l’avenant,
J’ai, de par le Grand Maître, charge
De vous amener maintenant,
Comme chose bien advenant
Cette danse en commencerez :
Faites devoir au rémanent.
Vous qui vivez, ainsi ferez.
 
              LA REINE
 
Cette danse m’est bien nouvelle,
Et en ai le cœur fort surpris.
Hé Dieu ! quelle dure nouvelle
À gens qui ne l’ont pas appris !
Las ! en la mort tout est compris :
Reine, dame grande et petite
Les plus grands sont les premiers pris.
Contre la mort n’a point de fuite.
 
              LA MORT
 
Après madame la Duchesse,
Vous viens quérir et pourchasser :
Ne pensez plus à la richesse,
À biens n’à joyaux amasser ;
Il vous faut ennuit trépasser ;
Certes, de votre vie est fait.
C’est foleur de tant embrasser.
L’on n’emporte que le bien fait !
 
              LA DUCHESSE
 
Je n’ai pas encore trente ans.
Hélas ! à l’heure que commence
À savoir que c’est de bon temps,
La mort vient tollir ma plaisance.
J’ai des amis, argent, chevance,
Soulas, ébats, gens à devis,
Par quoi m’est dure la sentence.
Gens aisés si meurent envis.
 
              LA MORT
 
Femme nourrie en mignotise
Qui dormez jusques au dîner,
L’on vous chauffe votre chemise.
Il est temps de vous déjeuner.
Vous ne dussiez jamais jeûner,
Car vous êtes trop maigre et vide.
À demain vous viens ajourner :
L’on meurt plus tôt que l’on ne cuide.
 
              LA FEMME MIGNOTTE
 
Pour Dieu qu’on me voise quérir
Médecin et apothicaire.
Et comment me faut-il mourir :
J’ai mari de si bonne affaire,
Anneaux, rubis, neuf ou dix paires.
Ce morceau-ci m’est bien aigret,
Et se passe tôt vaine gloire.
Femme en ces saulx meurt à regret.
 
              LA MORT
 
Dites, jeune femme à la cruche,
Renommée bonne chambrière
Répondez au moins quand l’on huche
Sans tenir si rude manière :
Vous n’irez plus à la rivière
Baver au four n’à la fenêtre.
Voici votre journée dernière.
Aussi tôt meurt servant que maître.
 
              LA CHAMBRIÈRE
 
Quoi ! ma maîtresse m’a promis
Me marier et des biens faire,
Et puis si ai d’autres amis
Qui lui aideront à parfaire.
Hé ! m’en irai-je sans rien faire ?
J’en appell’, car on me fait tort ;
Et quant à moi, ne m’en puis taire,
Peu de gens se louent de la mort.
 
              LA MORT
 
Ça, pauvre femme de village,
Suivez mon train sans plus tarder,
Plus ne vendrez œufs ni fromage,
Allez votre panier vider.
Si vous avez su bien garder
Pauvreté, patience et perte,
Vous en pourrez bien amender
Chacun trouvera sa desserte.
 
              LA FEMME DE VILLAGE
 
Je prends la mort vaille que vaille
Bien en gré et en patience ;
Francs archers ont pris ma poulaille
Et ôté toute ma substance.
De pauvres gens âme ne pense,
Entre voisins n’a charité.
Chacun veut avoir grand chevance ;
Nul n’a cure de pauvreté.
 
              LA MORT
 
Venez près, petite garcette,
Baillez-moi votre bras menu.
Il faut que sur vous la main mette :
Votre dernier jour est venu.
Je n’épargne gros ni menu,
Grand ou petit, ce m’est tout un,
Et prends tant payé, tant tenu.
La mort est commune à chacun.
 
              LA FILLETTE
 
Las ! ma mère, je suis happée :
Voici la mort qui me transporte.
Pour Dieu qu’on garde ma poupée
Mes cinq pierres, ma belle cotte :
Où elle vient trèstout emporte
Par le pouvoir que Dieu lui donne.
Vieux et jeunes de toute sorte
Tout vient de Dieu, tout y retourne.
 


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Jаdis sur Ρоur unе аnаtоmiе (Guillеt)

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе