Jean Auvray


Contre une dame trop maigre


 
Non, je ne l’aime point cette carcasse d’os,
Qu’on ne m’en parle plus, quoiqu’il y ait du lucre,
J’aime autant embrasser l’image d’Atropos,
Ou me laisser tomber tout nu dans un sépulcre.
 
Dès la première nuit de nos embrassements,
J’imaginai sa chambre être un grand cimetière
Son corps maigre semblait un monceau d’ossements,
Son linceul un suaire et sa couche une bière.
 
Ce serait violer le droit des Trépassés
De toucher sacrilège à ses membres étiques,
Je les baiserais bien s’ils étaient enchâssés,
Comme au travers d’un verre on baise les reliques.
 
Belle, dis-je, (tâtant la peau de son téton)
Pour ne me point blesser lors que je vous embrasse,
Il faudrait vous garnir les membres de coton,
Ou que je fusse armé d’un bon corps de cuirasse.
 
Quand je touche aux rasoirs de votre hastelet,
Je n’oserais mêler mes os avec les vôtres,
Votre mère vous fit disant son chapelet
Puisque tout votre corps n’est que de patrenôtres.
 
Au châlit innocent j’eusse dit ces propos,
Pourquoi faut-il jaloux que si haut tu caquettes ?
Mais, je connus la Dame au cliquetis des os,
Comme on connaît un ladre au bruit de ses cliquettes.
 
Son meunier l’autre jour revenant du marché,
(Piqueur alternatif de cette haridelle)
Me dit qu’il en avait le cul tout écorché,
Et que son âne était plus franche d’amble qu’elle.
 
Un jour que ce vieux fut d’arquebuse à gibier
Je tatonnais partout, je lui dis, ô ma mie,
Que vous auriez besoin d’un excellent barbier
Pour enfiler les os de votre anatomie !
 
Ce corps qui va craquant aussitôt qu’on l’étreint
Me semble trop fragile aux amoureux approches,
Il vaut mieux le garder pour le vendredi saint
Servir de tournevelle au défaut de nos cloches.
 
Que ces pères dévots s’aillent doncques cacher
Qui estiment catin trop charnelle et gaillarde,
Si paillardise n’est que péché de la chair,
Catin ne fut jamais ni putain, ni paillarde.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Sаtiе : Lа Ρêсhе

Vеrlаinе : «Lе сiеl еst, pаr-dеssus lе tоit...»

☆ ☆ ☆ ☆

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Ghil : Lеs Yеuх dе l’аïеulе

Sсhwоb : Βоuts rimés

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρоurrièrеs (Νоuvеаu)

De Vinсеnt sur Jаsоn еt Μédéе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur Lе Squеlеttе (Vеrlаinе)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur «Si vоus vоуiеz mоn сœur аinsi quе mоn visаgе...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De Τhundеrbird sur «Dеpuis quе ј’аi lаissé mоn nаturеl séјоur...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Τhundеrbird sur Fin d’еmpirе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Gоrdеs, ј’аi еn hоrrеur un viеillаrd viсiеuх...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz