Jean Auvray


Contre une dame trop maigre


 
Non, je ne l’aime point cette carcasse d’os,
Qu’on ne m’en parle plus, quoiqu’il y ait du lucre,
J’aime autant embrasser l’image d’Atropos,
Ou me laisser tomber tout nu dans un sépulcre.
 
Dès la première nuit de nos embrassements,
J’imaginai sa chambre être un grand cimetière
Son corps maigre semblait un monceau d’ossements,
Son linceul un suaire et sa couche une bière.
 
Ce serait violer le droit des Trépassés
De toucher sacrilège à ses membres étiques,
Je les baiserais bien s’ils étaient enchâssés,
Comme au travers d’un verre on baise les reliques.
 
Belle, dis-je, (tâtant la peau de son téton)
Pour ne me point blesser lors que je vous embrasse,
Il faudrait vous garnir les membres de coton,
Ou que je fusse armé d’un bon corps de cuirasse.
 
Quand je touche aux rasoirs de votre hastelet,
Je n’oserais mêler mes os avec les vôtres,
Votre mère vous fit disant son chapelet
Puisque tout votre corps n’est que de patrenôtres.
 
Au châlit innocent j’eusse dit ces propos,
Pourquoi faut-il jaloux que si haut tu caquettes ?
Mais, je connus la Dame au cliquetis des os,
Comme on connaît un ladre au bruit de ses cliquettes.
 
Son meunier l’autre jour revenant du marché,
(Piqueur alternatif de cette haridelle)
Me dit qu’il en avait le cul tout écorché,
Et que son âne était plus franche d’amble qu’elle.
 
Un jour que ce vieux fut d’arquebuse à gibier
Je tatonnais partout, je lui dis, ô ma mie,
Que vous auriez besoin d’un excellent barbier
Pour enfiler les os de votre anatomie !
 
Ce corps qui va craquant aussitôt qu’on l’étreint
Me semble trop fragile aux amoureux approches,
Il vaut mieux le garder pour le vendredi saint
Servir de tournevelle au défaut de nos cloches.
 
Que ces pères dévots s’aillent doncques cacher
Qui estiment catin trop charnelle et gaillarde,
Si paillardise n’est que péché de la chair,
Catin ne fut jamais ni putain, ni paillarde.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rеvеrdу : Stоp

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Αpоllinаirе : «Τu tе sоuviеns, Rоussеаu, du pауsаgе аstèquе...»

Vеrlаinе : «Lе sоlеil, mоins аrdеnt, luit сlаir аu сiеl mоins dеnsе...»

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Dеlаruе-Μаrdrus : Ρоssеssiоn

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur À сеuх qui dоrmеnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Libеrté (Сrоs)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Jаdis sur Ρоssеssiоn (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Сосhоnfuсius sur Rесuеillеmеnt (Βаudеlаirе)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Jаdis sur «Μа Dаmе nе m’а pаs vеndu...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz