Jean Antoine de Baïf



Mets-moi dessus la mer d’où le soleil se lève,
Ou près du bord de l’onde où sa flamme s’éteint ;
Mets-moi au pays froid, où sa chaleur n’atteint,
Ou sur les sablons cuits que son chaud rayon grève ;
 
Mets-moi en long ennui, mets-moi en joye brève,
En franche liberté, en servage contraint ;
Soit que libre je sois, ou prisonnier rétreint,
En assurance, ou doute, ou en guerre ou en trêve ;
 
Mets-moi au pied plus bas ou sur les hauts sommets
Des monts plus élevés, ô Méline, et me mets
En une triste nuit ou en gaye lumière ;
 
Mets-moi dessus le ciel, dessous terre mets-moi,
Je serai toujours même, et ma dernière foi
Se trouvera toujours pareille à la première.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 29 juillet 2013 à 09h56


Rempli d’inspiration, le poète se lève,
Allumé de ce feu qui jamais ne s’éteint ;
Tourné vers l’idéal où jamais il n’atteint,
Mais ce n’est pas pour ça qu’il va se mettre en grève.

Aimant la chanson longue, aimant la forme brève,
Ou le langage libre et le discours contraint,
Il ne lâche jamais la notion qu’il étreint,
Pour ses quelques lecteurs, il s’exprime sans trêve.

Il ne recherche point l’air pur des hauts sommets,
Il trouve le confort au lieu où il se met.
Au milieu de la nuit, il croit à la lumière.

Ce poète vaillant, ce rhapsode, est-ce moi ?
Je vais répondre oui, par un acte de foi,
Et mes remerciements à ma muse première.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 29 juillet 2013 à 12h48

Ce poème est une traduction de Pétrarque :

POMMI , oue’l sol occide i fiori , e l’herba ,
O doue uince lui’l ghiaccio , e la neue :
Pommi , oué’l carro suo temprato , e leue ;
Et ou’é chi cel rende , ochi cel serba :

Pommi in humil fortuna , od in superba ;
Al dolce aere sereno , al fosco , e greue ;
Pommi a la notte ; al di lungo , & al breue
A la matura etate , od a l’acerba :

Pommi in cielo , od in terra , od in abisso ;
In alto poggio , in ualle ima , & palustre ;
Libero spirto , od a suoi membri affisso :

Pommi con fama oscura , o con illustre ;
Sarò , qual fui ; uiurò , com’io son uisso ,
Continuando il mio sospir trilustre .

Curieusement, le poète en avait écrit préalablement une version en décasyllabes :
http://www.paradis-des-albatros.fr/?poeme=baif/mets-moi-au-bord-d-ou-le-soleil-se-leve

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 29 juillet 2013 à 12h54

Enfin... pas une traduction mais une adaptation...
Et je préfère la version en décasyllabes.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 juillet 2013 à 13h58

Avant le jour, le poète se lève ;
Il ne dort point quand le soleil s’éteint.
Visant un but que jamais il n’atteint,
Son idéal ne se met point en grève.

Lui, l’amateur de forme longue ou brève,
De libres mots, de langage contraint,
Ne lâchant point la notion qu’il étreint,
Tient son ouvrage et le brode sans trêve.

Il ne veut point habiter les sommets ;
Son confort trouve aux lieux où il se met ;
En pleine nuit, il croit à la lumière.

Or, ce rhapsode ou ce barde, est-ce moi ?
Je réponds "oui" ; c’est un acte de foi,
Et grand merci à ma muse première.



Je serai même, et ma dernière foi
Sera sans fin égale à ma première.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 juillet 2013 à 13h59

(Deux dernières lignes reproduites par erreur)

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Ιnsоumissiоn

Μussеt : Αprès unе lесturе

Gоmbаud : Démаngеаisоn d’éсrirе

Vеrlаinе : «Âmе, tе sоuviеnt-il, аu fоnd du pаrаdis...»

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : Éсrit еn 1827

Rоdеnbасh : Rеndеz-vоus tristеs

Βаudеlаirе : Lе Viеuх Sаltimbаnquе

Luсiе Dеlаruе-Μаrdrus

Νоаillеs : «S’il tе plаît dе sаvоir јusqu’оù...»

Сrоs : Сuеillеttе

Βruаnt : À Μоntmеrtе

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе suis dеs bоis l’hôtе fidèlе...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Sur lеs уеuх dе Μаdаmе lа Μаrquisе dе Μоntсеаuх (Lаugiеr dе Ρоrсhèrеs)

De Сосhоnfuсius sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De piсh24 sur Lе Ρrеmiеr Αmоur (Dеsbоrdеs-Vаlmоrе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе