Jean Antoine de Baïf



Quand je te vis entre un millier de Dames,
L’élite et fleur des nobles, et plus belles,
Ta resplendeur telle était parmi elles,
Quelle est Venus sur les célestes flammes.
 
Amour adonc se vengea de mille âmes
Qui lui avaient jadis été rebelles,
Telles tes yeux eurent leurs étincelles
Par qui les cœurs d’un chacun tu enflammes.
 
Phébus, jaloux de ta lumière sainte,
Couvrit le ciel d’un ténébreux nuage,
Mais l’air, maugré sa clarté toute éteinte,
 
Fut plus serein autour de ton visage.
Adonc le dieu d’une rage contrainte
Versa de pleurs un large marécage.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 5 juillet 2014 à 11h00

Bergère en armes
-----------------------

Quand Jeanne d’Arc reçut la forte lame
Et l’étendard, un jour qu’il faisait beau,
Tous ont prié dans la cour du château,
Tous partageant la grande et sainte flamme.

Quand saint Michel a parlé à son âme,
Quand la bergère a laissé son troupeau
Pour relever de France le drapeau,
Un fier courage emplit son coeur de femme.

Et, chevauchant dans le froid des matins,
Sous un ciel clair ou sous de lourds nuages,
Portant un feu qui jamais ne s’éteint,

De l’ennemi, ne crains le dur visage !
Jeanne, sois forte, affronte le destin :
Tu n’iras plus dans ton petit village.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par BiB la baleine le 13 septembre 2018 à 23h04

“A force de plaisirs notre bonheur s’abîme.” Jean Cocteau

Ballus égaré

1 vieux Ballus chassé du paradis
Terrestre erra longtemps dans l’inframonde
Sans péché dans son coeur de Cunégonde
Il pensait qu’il valait juste 1 radis

C’est vers la mer 1 jour qu’il se rendit
Il s’était promis de voir la Joconde
Et son rictus de lueur furibonde
Armé de son dessein dans ce lieu-dit

Voguait BiB la baleine dans l’abîme  
Et son quintal de livres à son honneur
Rendait le requin fou d’horreur

Elle voguait en femelle sublime
D’apesanteur - Face à ce voyageur
Elle eut . . une pensée illégitime ___


Pour 1 rustre ballus . .  
à suivre . .

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 septembre 2018 à 12h43

Baronne serrurière
--------------------

Son compagnon est une fine lame,
Il est très fort, il est charmant et beau ;
Elle détient les clés du vieux château
Et le bûcher aux vigoureuses flammes.

Héphaïstos a parlé à son âme,
Lui qui menait les démons en troupeaux,
Lui qui portait d’Olympe le drapeau,
Que n’aurait-il donné à cette femme !

Quelques leçons prises chaque matin
De la serrure expliquent les rouages ;
Et comme un feu qui jamais ne s’éteint,

La connaissance, à la personne sage,
Donna pouvoir sur l’aveugle destin ;
Serrurerie devint son apanage.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Соppéе : Εspоir timidе

Ρеnquеr : Lе Vаllоn dе Kеrsаint

Соppéе : «Lе sоir, аu соin du fеu, ј’аi pеnsé biеn dеs fоis...»

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе