Théodore de Banville

Rimes dorées, 1875


Maria Garcia


 
Ses yeux charmants sont clos dans un calme sommeil.
Naguère, hélas ! riant au gai zéphyr, qui touche
Une tresse et frémit sur le bord de la couche,
Ses dents de lys avaient comme un reflet vermeil.
 
Lorsque le vers ailé, gracieux et pareil
À quelque chant d’oiseau, murmurait sur sa bouche,
Sa lèvre rougissait, délicate et farouche,
Comme un beau fruit sanglant baisé par le soleil.
 
Oh ! son col héroïque à la ligne si pure !
Oh ! comme ses sourcils fiers et sa chevelure
Débordante allaient bien à sa chaude pâleur !
 
Elle brillait ainsi, folle, timide, heureuse,
Et dans ses yeux charmés par l’espérance en fleur,
Comme en un lac dormant flottait l’ombre amoureuse.
 

Août 1864.

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 21 juin 2016 à 17h47

Planète des aigles
---------------------

Les aigles vont songeant, bien bref est leur sommeil,
Ils rêvent d’une proie, douce quand on la touche,
Tiède quand, auprès d’eux, son corps vaincu se couche,
Calme, même en versant un flot de sang vermeil.

Nous pouvons observer que leur rêve est pareil
À leur vécu du jour, sur lequel il débouche :
Car, nuit et jour, l’esprit de ces oiseaux farouches
A cette vénerie pour unique soleil.

Jamais ne rêveront d’une licorne pure
Dont la blanche crinière est une chevelure
Illuminant la nuit de sa froide pâleur,

Dansant, dessous la lune, une valse amoureuse,
Chantonnant comme fait une vestale heureuse ;
Jamais ne rêveront qu’ils vont cueillir des fleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 mars 2018 à 12h25

Ambivache en Eden
-----------------------

L’ambivache rumine, elle n’a pas sommeil ;
Et jamais  le discours du serpent ne la touche,
Sans craindre le péché sous l’arbre elle se couche, Laissant sur elle choir deux ou trois fruits vermeils.

Or, pour les passereaux, le cas n’est pas pareil,
Car leurs péchés jamais sur l’enfer ne débouchent :
Dieu préserve l’esprit de ces oiseaux farouches,
Chacun plus pur qu’un ange ou que le clair soleil.

Le fruit ne pourra pas gâcher leur âme pure ;
Cette âme qui jamais ne peut se montrer dure
Sait ignorer la honte et sa froide pâleur,

Des pommes pour festin, une danse amoureuse,
Chantonnant comme fait une Ève bienheureuse ;
Jamais ne quitteront ce jardin, ni ses fleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 février 2019 à 12h58

Dame d’Alpha et d’Oméga
-----------------------

Dans la petite chambre abritant mon sommeil,
À mes quelques écrits méditant des retouches
Que dès le lendemain sur le papier je couche,
J’ai cru voir une dame aux bijoux de vermeil,

Porteuse d’un message à nul autre pareil
Que Teilhard de Chardin lui transmit de sa bouche,
Amateur de bons mots, théologien farouche,
Ami de l’Écriture, homme du clair soleil.

Teilhard nous a laissé de la poésie pure ;
Il ne disait jamais une parole dure,
Et dans cette indulgence est une vraie valeur.

D’Alpha et d’Oméga la rencontre amoureuse
Fome de l’Univers la chanson bienheureuse ;
Chaque lettre au jardin semble une fraîche fleur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 7 février 2019 à 14h07

Dame d’Alpha et d’Oméga
-----------------------

Avant dernier vers :

« Forme».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 28 décembre 2020 à 14h06

Loup d’azur invisible
----------

Je parcours les grands bois quand je n’ai pas sommeil,
Je peux y rencontrer quelques démons farouches ;
J’entre dans les sentiers qui sur rien ne débouchent,
J’y vois danser parfois la fée aux yeux vermeils.

Dans cette obscurité, mon âme est en éveil,
Aucun souffle violent ne passe par ma bouche ;
La magicienne dit quelques mots qui me touchent,
Mais elle doit se taire au retour du soleil.

Quand la bise du Nord apporte la froidure,
Un ermite me prête un vêtement de bure,
Geste que j’apprécie à sa juste valeur.

Elles ne sont plus là, mes folles amoureuses,
Sans lesquelles ma vie est moins aventureuse ;
Cependant, je conserve un peu de leur chaleur.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 décembre 2020 à 09h58

一心一徳
------

Le futur printemps
Est déjà dans nos poumons,
Joyeux interlude.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esprit de celle le 29 décembre 2020 à 16h11

Esprits unis par le destin

Un rêve cousu d’or

Pour la Dame de vos pensées . .

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Οn nе mе vеrrа pаs, à mоn hеurе dеrnièrе...»

Τоulеt : «Gérоntе d’unе аutrе Ιsаbеllе...»

Vоiturе : «Μа fоi, с’еst fаit...»

Τоulеt : Сhеvаuх dе bоis.

Τоulеt : «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...»

Μénаrd : Βlаnсhе

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Μаrtinеt : Τu vаs tе bаttrе...

Jаmmеs : Ιl vа nеigеr

Τristаn L’Hеrmitе : Ρоlуphèmе еn furiе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αfin qu’à tоut јаmаis dе sièсlе еn sièсlе vivе...»

Lаfоrguе : L’Îlе

Frаnс-Νоhаin : Ρауsаgе dе nеigе

Frаnс-Νоhаin : Βеrсеusе оbsсènе

Βruаnt : Сrânеusе

Fоurеst : Αndrоmаquе

Αpоllinаirе : Lа Νuit d’аvril 1915

Lоuÿs : Αmbitiоn

Μénаrd : Τhébаïdе

Соppéе : Sоnnеt dit pаr l’аutеur аu 3е bаnquеt dе Lа Ρlumе

Cоmmеntaires récеnts

De Сurаrе- sur Désеspérémеnt (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Sœur équivоquе (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rhin (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur Τhébаïdе (Μénаrd)

De Сhristiаn sur L’ânе étаit pеtit (Jаmmеs)

De Сhristiаn sur Rimbаud

De Gаrdiеn dеs оiеs sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Εsprit dе сеllе sur Μаriа Gаrсiа (Βаnvillе)

De Сurаrе- sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De mаuguеg sur «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...» (Hаrаuсоurt)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Соmbiеn quе tоn Μаgnу аit lа plumе si bоnnе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе