Théodore de Banville


Maria Garcia


 
Ses yeux charmants sont clos dans un calme sommeil.
Naguère, hélas ! riant au gai zéphyr, qui touche
Une tresse et frémit sur le bord de la couche,
Ses dents de lys avaient comme un reflet vermeil.
 
Lorsque le vers ailé, gracieux et pareil
À quelque chant d’oiseau, murmurait sur sa bouche,
Sa lèvre rougissait, délicate et farouche,
Comme un beau fruit sanglant baisé par le soleil.
 
Oh ! son col héroïque à la ligne si pure !
Oh ! comme ses sourcils fiers et sa chevelure
Débordante allaient bien à sa chaude pâleur !
 
Elle brillait ainsi, folle, timide, heureuse,
Et dans ses yeux charmés par l’espérance en fleur,
Comme en un lac dormant flottait l’ombre amoureuse.
 

Août 1864.

Rimes dorées, 1875

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 21 juin 2016 à 17h47

Planète des aigles
---------------------

Les aigles vont songeant, bien bref est leur sommeil,
Ils rêvent d’une proie, douce quand on la touche,
Tiède quand, auprès d’eux, son corps vaincu se couche,
Calme, même en versant un flot de sang vermeil.

Nous pouvons observer que leur rêve est pareil
À leur vécu du jour, sur lequel il débouche :
Car, nuit et jour, l’esprit de ces oiseaux farouches
A cette vénerie pour unique soleil.

Jamais ne rêveront d’une licorne pure
Dont la blanche crinière est une chevelure
Illuminant la nuit de sa froide pâleur,

Dansant, dessous la lune, une valse amoureuse,
Chantonnant comme fait une vestale heureuse ;
Jamais ne rêveront qu’ils vont cueillir des fleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 mars 2018 à 12h25

Ambivache en Eden
-----------------------

L’ambivache rumine, elle n’a pas sommeil ;
Et jamais  le discours du serpent ne la touche,
Sans craindre le péché sous l’arbre elle se couche, Laissant sur elle choir deux ou trois fruits vermeils.

Or, pour les passereaux, le cas n’est pas pareil,
Car leurs péchés jamais sur l’enfer ne débouchent :
Dieu préserve l’esprit de ces oiseaux farouches,
Chacun plus pur qu’un ange ou que le clair soleil.

Le fruit ne pourra pas gâcher leur âme pure ;
Cette âme qui jamais ne peut se montrer dure
Sait ignorer la honte et sa froide pâleur,

Des pommes pour festin, une danse amoureuse,
Chantonnant comme fait une Ève bienheureuse ;
Jamais ne quitteront ce jardin, ni ses fleurs.

[Lien vers ce commentaire]

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lоuÿs : Lеs Sоins јаlоuх

Βоuilhеt : À unе fеmmе

Τristаn L’Hеrmitе : Lа Βеllе еn dеuil

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Rоdеnbасh : Rеnоnсеmеnt

Rоdеnbасh : Sоlitudе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Lоrrаin : Αbаndоnnéе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

☆ ☆ ☆ ☆

Αrvеrs : Sоnnеt à mоn аmi R...

Βоuilhеt : Vеrs à unе fеmmе

Lа Fоntаinе : Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn

Lа Сеppèdе : «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...»

Lа Сеppèdе : «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...»

Lаfоrguе : L’hivеr qui viеnt

Vаuquеlin dеs Yvеtеаuх : «Αvесquеs mоn аmоur nаît l’аmоur dе сhаngеr...»

Βruаnt : Fаntаisiе tristе

Βеrtrаnd : Lа Rоndе sоus lа сlосhе

Ρоpеlin : Τurеlаirе, turеlurе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Frаnçоis Соppéе

De Сосhоnfuсius sur À unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βеllе еn dеuil (Τristаn L'Hеrmitе)

De Μаdаmе_Βrigittе- sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Сurаrе- sur «Vоiсi l’hоmmе, ô mеs уеuх, quеl оbјеt déplоrаblе...» (Lа Сеppèdе)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Jаllе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Wоtаn dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lа Rоndе sоus lа сlосhе (Βеrtrаnd)

De Βаilеу sur Соntrе Sаbidius : «D’un gâtеаu trоp brûlаnt...» (Dubоs)

De Jеhаn sur Соnsеil (Βаnvillе)

De Jеhаn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

De Jеhаn sur Εn јustiсе dе pаiх (Rоllinаt)

De Jеhаn sur Μаtеlоts (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur L’Αmbitiоn tаnсéе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Βlоndеl sur Τеrrе dе Frаnсе (Fаbié)

De Τоrсhоnfuсius sur Lе Сосhоn, lа Сhèvrе еt lе Μоutоn (Lа Fоntаinе)

De Lilith sur «Ô Déеssе, qui pеuх аuх prinсеs égаlеr...» (Du Βеllау)

De Μаlеpеur sur «Jе plаntе еn tа fаvеur сеt аrbrе dе Суbèlе...» (Rоnsаrd)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе