Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


L’Ennemi


 
Ma jeunesse ne fut qu’un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu’il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.
 
Voilà que j’ai touché l’automne des idées,
Et qu’il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l’eau creuse des trous grands comme des tombeaux.
 
Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?
 
— Ô douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie,
Et l’obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 25 février 2013 à 10h38

Ce corps meurt par fragments et ne se voit mourir,
C’est juste que la vie paraît plus difficile.
Le ton de nos sonnets est toujours juvénile,
Mais, au long des chemins, nous allons, sans courir...

Or, nous le savons bien, qu’il nous faudra périr.
Ce corps que nous avons n’est qu’un vase fragile
Qui au fleuve du temps doit rendre son argile,
Et l’esprit une source en train de se tarir.

Mais si la vie nous donne une force illusoire,
Faisons que cette vie soit une belle histoire,
Que viennent l’illustrer mille pages d’amour.

Les morts ne draguent pas, ne boivent pas non plus
Et ne relisent pas les livres souvent lus :
Buvons donc aujourd’hui notre vin de ce jour.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 8 avril 2019 à 12h14

Trois planètes ivres
----------------------

Ces trois astres rocheux sont parcourus d’orages ;
Ils dansent follement autour de leur soleil.
Nul ne peut résister aux vents qui les ravagent,
Nul n’est jamais certain d’y trouver le sommeil.

Vers ce secteur maudit, ne va pas en voyage,
D’un poète astronaute écoute le conseil ;
Bien d’autres n’ont laissé, qui là firent naufrage,
Aucune trace d’eux ni de leur appareil.

Si tu veux, si tu peux, navigue dans un rêve,
Tu auras pour mentors les ondins de la grève
Savourant du printemps la nouvelle vigueur ;

Sois cette âme inspirée dont l’audace défie
Le sombre quotidien qui nous ronge le coeur,
Vraiment fort est celui qu’un songe fortifie.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Villаnеsquе (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе