Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


L’Irréparable


 
Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,
              Qui vit, s’agite et se tortille,
Et se nourrit de nous comme le ver des morts,
              Comme du chêne la chenille ?
Pouvons-nous étouffer l’implacable Remords ?
 
Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,
              Noierons-nous ce vieil ennemi,
Destructeur et gourmand comme la courtisane,
              Patient comme la fourmi ?
Dans quel philtre ? — dans quel vin ? — dans quelle tisane ?
 
Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,
              À cet esprit comblé d’angoisse
Et pareil au mourant qu’écrasent les blessés,
              Que le sabot du cheval froisse,
Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,
 
À cet agonisant que le loup déjà flaire
              Et que surveille le corbeau,
À ce soldat brisé ! s’il faut qu’il désespère
              D’avoir sa croix et son tombeau ;
Ce pauvre agonisant que déjà le loup flaire !
 
Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?
              Peut-on déchirer des ténèbres
Plus denses que la poix, sans matin et sans soir,
              Sans astres, sans éclairs funèbres ?
Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?
 
L’Espérance qui brille aux carreaux de l’Auberge
              Est soufflée, est morte à jamais !
Sans lune et sans rayons, trouver où l’on héberge
              Les martyrs d’un chemin mauvais !
Le Diable a tout éteint aux carreaux de l’Auberge !
 
Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?
              Dis, connais-tu l’irrémissible ?
Connais-tu le Remords, aux traits empoisonnés,
              À qui notre cœur sert de cible ?
Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?
 
L’Irréparable ronge avec sa dent maudite
              Notre âme, piteux monument,
Et souvent il attaque, ainsi que le termite,
              Par la base le bâtiment.
L’Irréparable ronge avec sa dent maudite !
 
— J’ai vu parfois, au fond d’un théâtre banal
              Qu’enflammait l’orchestre sonore,
Une fée allumer dans un ciel infernal
              Une miraculeuse aurore ;
J’ai vu parfois au fond d’un théâtre banal
 
Un être, qui n’était que lumière, or et gaze,
              Terrasser l’énorme Satan ;
Mais mon cœur, que jamais ne visite l’extase,
              Est un théâtre où l’on attend
Toujours, toujours en vain, l’Être aux ailes de gaze !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Gоlf

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lа Соlоmbе pоignаrdéе

☆ ☆ ☆ ☆

Riсtus : L’Hivеr

Viеlé-Griffin : «Jе сhаntе hаut pоur m’еntеndrе...»

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе сhеrсhе pаiх, еt nе trоuvе quе guеrrе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur Épigrаmmе : «Grâсе à се Соmtе libérаl...» (Viаu)

De Сосhоnfuсius sur «Βаïf, qui, соmmе mоi, prоuvеs l’аdvеrsité...» (Du Βеllау)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Μоn Βisаïеul (Βеrtrаnd)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе