Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


L’Irréparable


 
Pouvons-nous étouffer le vieux, le long Remords,
              Qui vit, s’agite et se tortille,
Et se nourrit de nous comme le ver des morts,
              Comme du chêne la chenille ?
Pouvons-nous étouffer l’implacable Remords ?
 
Dans quel philtre, dans quel vin, dans quelle tisane,
              Noierons-nous ce vieil ennemi,
Destructeur et gourmand comme la courtisane,
              Patient comme la fourmi ?
Dans quel philtre ? — dans quel vin ? — dans quelle tisane ?
 
Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,
              À cet esprit comblé d’angoisse
Et pareil au mourant qu’écrasent les blessés,
              Que le sabot du cheval froisse,
Dis-le, belle sorcière, oh ! dis, si tu le sais,
 
À cet agonisant que le loup déjà flaire
              Et que surveille le corbeau,
À ce soldat brisé ! s’il faut qu’il désespère
              D’avoir sa croix et son tombeau ;
Ce pauvre agonisant que déjà le loup flaire !
 
Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?
              Peut-on déchirer des ténèbres
Plus denses que la poix, sans matin et sans soir,
              Sans astres, sans éclairs funèbres ?
Peut-on illuminer un ciel bourbeux et noir ?
 
L’Espérance qui brille aux carreaux de l’Auberge
              Est soufflée, est morte à jamais !
Sans lune et sans rayons, trouver où l’on héberge
              Les martyrs d’un chemin mauvais !
Le Diable a tout éteint aux carreaux de l’Auberge !
 
Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?
              Dis, connais-tu l’irrémissible ?
Connais-tu le Remords, aux traits empoisonnés,
              À qui notre cœur sert de cible ?
Adorable sorcière, aimes-tu les damnés ?
 
L’Irréparable ronge avec sa dent maudite
              Notre âme, piteux monument,
Et souvent il attaque, ainsi que le termite,
              Par la base le bâtiment.
L’Irréparable ronge avec sa dent maudite !
 
— J’ai vu parfois, au fond d’un théâtre banal
              Qu’enflammait l’orchestre sonore,
Une fée allumer dans un ciel infernal
              Une miraculeuse aurore ;
J’ai vu parfois au fond d’un théâtre banal
 
Un être, qui n’était que lumière, or et gaze,
              Terrasser l’énorme Satan ;
Mais mon cœur, que jamais ne visite l’extase,
              Est un théâtre où l’on attend
Toujours, toujours en vain, l’Être aux ailes de gaze !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Βаudеlаirе : Lеs Ρlаintеs d’un Ιсаrе

Βаnvillе : À Αdоlphе Gаïffе

Du Ρеrrоn : «Αu bоrd tristеmеnt dоuх dеs еаuх...»

Βlаisе Сеndrаrs

Rоnsаrd : Dе l’Élесtiоn dе sоn Sépulсrе

Νuуsеmеnt : «Lе vаutоur аffаmé qui du viеil Ρrоméthéе...»

Lа Сеppèdе : «Сеpеndаnt lе sоlеil fоurnissаnt sа јоurnéе...»

Τоulеt : «Dаns lе silеnсiеuх аutоmnе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Lе Sаnglоt univеrsеl

Сrоs : Ρituitе

Jаmmеs : Lа sаllе à mаngеr

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rоdеnbасh : «Αllеluiа ! Сlосhеs dе Ρâquеs !...»

Lаfоrguе : Соmplаintе d’un аutrе dimаnсhе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе tеmps légеr s’еnfuit sаns m’еn аpеrсеvоir...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Hоmmаgе : «Lе silеnсе déјà funèbrе d’unе mоirе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur L’Étоilе du fоu (Rоllinаt)

De Xi’аn sur «Αimеz-vоus l’оdеur viеillе...» (Μilоsz)

De Dаmе dе flаmmе sur Vеrlаinе

De Сurаrе- sur Sur l’Hélènе dе Gustаvе Μоrеаu (Lаfоrguе)

De Dаmе dе flаmmе sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ιl n’еst riеn dе si bеаu соmmе Саlistе еst bеllе...» (Μаlhеrbе)

De Xi’аn sur Lе Gigоt (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Qu’еst-се dе vоtrе viе ? unе bоutеillе mоllе...» (Сhаssignеt)

De Dаmе dе flаmmе sur À sоn lесtеur : «Lе vоilà сеt аutеur qui sаit pinсеr еt rirе...» (Dubоs)

De Yеаts sur Ρаul-Jеаn Τоulеt

De Ιо Kаnааn sur «Μаîtrеssе, quаnd је pеnsе аuх trаvеrsеs d’Αmоur...» (Rоnsаrd)

De Rоzès sur Μédесins (Siсаud)

De Dаmе dе flаmmе sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «J’аdоrе lа bаnliеuе аvес sеs сhаmps еn friсhе...» (Соppéе)

De Rоzès sur Lе Сhеmin dе sаblе (Siсаud)

De Sеzоr sur «Jе vоudrаis biеn êtrе vеnt quеlquеfоis...» (Durаnt dе lа Βеrgеriе)

De KUΝG Lоuisе sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Xi’аn sur Jеhаn Riсtus

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе