Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Le Flambeau vivant


 
Ils marchent devant moi, ces Yeux pleins de lumières,
Qu’un Ange très savant a sans doute aimantés ;
Ils marchent, ces divins frères qui sont mes frères,
Secouant dans mes yeux leurs feux diamantés.
 
Me sauvant de tout piège et de tout péché grave,
Ils conduisent mes pas dans la route du Beau ;
Ils sont mes serviteurs et je suis leur esclave ;
Tout mon être obéit à ce vivant flambeau.
 
Charmants Yeux, vous brillez de la clarté mystique
Qu’ont les cierges brûlant en plein jour ; le soleil
Rougit, mais n’éteint pas leur flamme fantastique ;
 
Ils célèbrent la Mort, vous chantez le Réveil ;
Vous marchez en chantant le réveil de mon âme,
Astres dont nul soleil ne peut flétrir la flamme !
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 27 août 2015 à 11h22

Ours de sable
---------------

Il marche dans le soir, et capte la lumière,
Tournant vers l’horizon son regard aimanté ;
Sa demeure sur terre est un manoir hanté
Dont les vastes couloirs se couvrent de poussière.

Il mange son dîner dans de vieilles soupières,
Des navets succulents que lui-même a plantés,
Des assaisonnements qu’il a su inventer,
Il mange son dîner sur la table de pierre.

Puis il sort de chez lui, dans la clarté mystique
Envahissant, le soir, son jardin fantastique,
Quand se refroidit l’air, quand rougit le soleil.

Près d’une cheminée où ne vit nulle flamme,
Il trouve le repos de la chair et de l’âme,
Toujours aussi serein, quand survient le réveil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 décembre 2020 à 20h02

Serviteurs de celui qui doute
-----------------

Nous portons cet écu dans la vive lumière,
Celui qu’au temps jadis des bardes ont chanté ;
Merci à l’héraldiste ayant su l’inventer,
À qui l’ancêtre offrit une pinte de bière.

L’âme de ce seigneur est impavide et fière,
Dans laquelle sont doute et sagesse implantés ;
Par Eve ou par Lilith il ne fut point tenté,
Lui qui toujours se sut un être de poussière.

Tu ne peux l’abuser par un discours mystique,
Car les mythes pour lui n’ont rien de fantastique,
Eux qui sont comme un rêve en notre humain sommeil.

Il ne craint pas non plus la corde ni la flamme,
Il vit dans le silence et dans la paix de l’âme,
Car son somme est paisible, ainsi que son réveil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 29 décembre 2020 à 09h53

Serviteurs de celui qui doute == retouche
-----------------

Nous portons cet écu dans la vive lumière,
Celui qu’au temps jadis des bardes ont chanté ;
Merci à l’héraldiste ayant su l’inventer,
À qui l’ancêtre offrit une pinte de bière.

L’âme de ce seigneur est impavide et fière,
Dans laquelle sont doute et sagesse implantés ;
Par Eve ou par Lilith il ne fut point tenté,
Lui qui toujours se sut un être de poussière.

Tu ne peux l’abuser par un discours mystique,
Car les mythes pour lui n’ont rien de fantastique,
Qui flottent comme un rêve en notre humain sommeil.

Il ne craint pas non plus la corde ni la flamme,
Il vit dans le silence et dans la paix de l’âme,
Car son somme est paisible, ainsi que son réveil.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er mars 2021 à 14h00

Ambicygne imperceptible
------------

À peine si mon corps réfléchit la lumière,
D’être un oiseau discret je peux bien me vanter ;
On m’a pris quelquefois pour un monstre inventé
Au-dessus d’un comptoir par un buveur de bière.

J’aime arpenter la friche et contempler le lierre,
C’est un végétal noble et que nul n’a planté ;
Lilith au temps jadis buvait à sa santé,
Elle dont un vent tiède emporta la poussière.

J’ai pris pour compagnons des animaux rustiques
Qui ne tiennent jamais de propos sarcastiques ;
Je bavarde avec eux dans le couchant vermeil.

Pas un seul d’entre nous n’est un cracheur de flammes,
Mais dans la paix du coeur et le repos de l’âme,
Nous attendons l’aurore et n’avons pas sommeil.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Μоrt du sоlеil (Lесоntе dе Lislе)

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх, lоin dе Ρаris, d’еrrеr еn се dоuх liеu...» (Sаintе-Βеuvе)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе