Baudelaire

Les Fleurs du Mal, 1857


Une charogne


 
Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme,
              Ce beau matin d’été si doux :
Au détour d’un sentier une charogne infâme
              Sur un lit semé de cailloux,
 
Les jambes en l’air, comme une femme lubrique,
              Brûlante et suant les poisons,
Ouvrait d’une façon nonchalante et cynique
              Son ventre plein d’exhalaisons.
 
Le soleil rayonnait sur cette pourriture,
              Comme afin de la cuire à point,
Et de rendre au centuple à la grande Nature
              Tout ce qu’ensemble elle avait joint ;
 
Et le ciel regardait la carcasse superbe
              Comme une fleur s’épanouir.
La puanteur était si forte, que sur l’herbe
              Vous crûtes vous évanouir.
 
Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride,
              D’où sortaient de noirs bataillons
De larves, qui coulaient comme un épais liquide
              Le long de ces vivants haillons.
 
Tout cela descendait, montait comme une vague,
              Ou s’élançait en pétillant ;
On eût dit que le corps, enflé d’un souffle vague,
              Vivait en se multipliant.
 
Et ce monde rendait une étrange musique,
              Comme l’eau courante et le vent,
Ou le grain qu’un vanneur d’un mouvement rythmique
              Agite et tourne dans son van.
 
Les formes s’effaçaient et n’étaient plus qu’un rêve,
              Une ébauche lente à venir,
Sur la toile oubliée, et que l’artiste achève
              Seulement par le souvenir.
 
Derrière les rochers une chienne inquiète
              Nous regardait d’un œil fâché,
Épiant le moment de reprendre au squelette
              Le morceau qu’elle avait lâché.
 
— Et pourtant vous serez semblable à cette ordure,
              À cette horrible infection,
Étoile de mes yeux, soleil de ma nature,
              Vous, mon ange et ma passion !
 
Oui ! telle vous serez, ô la reine des grâces,
              Après les derniers sacrements,
Quand vous irez, sous l’herbe et les floraisons grasses,
              Moisir parmi les ossements.
 
Alors, ô ma beauté ! dites à la vermine
              Qui vous mangera de baisers,
Que j’ai gardé la forme et l’essence divine
              De mes amours décomposés !
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur «Suzаnnе m’éсоutаit sоupirеr pоur Diаnе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’еst-се qu’аmоur ? еst-се unе quintе еssеnсе ?...» (Ρаsquiеr)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De K’оuеn-lоuеn sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе