Du Bellay


À Salmon Macrin, sur la mort de sa Gélonis


 
Tout ce qui prend naissance,
Est périssable aussi.
L’indomptable puissance
Du fort, le veut ainsi.
 
Les fleurs, & la peinture
De la jeune saison
Montrent de la Nature
L’inconstante raison.
 
La rose journalière
Mesure son vermeil
À l’ardente carrière
Du renaissant soleil.
 
La beauté composée
Pour flétrir quelquefois,
Ressemble à la rosée,
Qui tombe au plus doux mois.
 
La grâce, & la faconde,
Et la force du corps
De Nature féconde
Sont les riches thésors.
 
Mais il faut que l’on meure,
Et l’homme ne peut pas
Tarder de demi-heure
Le jour de son trépas.
 
Où est l’honneur de Grèce,
L’épouse au fin Grégeois,
Et la chaste Lucrèce,
Bannissement des Rois ?
 
L’aveugle archer surmonte
Les hommes, & les Dieux :
Et la Chasteté dompte
L’Amour audacieux.
 
La Parque dépiteuse
De voir l’honnêteté,
De sa dextre hideuse
Dompte la Chasteté.
 
Et puis la Renommée
Par le divin effort
D’une plume animée
Triomphe de la Mort.
 
La Renommée encore
Tombe en l’obscur séjour,
Le Temps, qui tout dévore,
La surmonte à son tour.
 
L’An, qui en soi retourne,
Court en infinité.
Rien ferme ne séjourne,
Que la Divinité.
 
La constance immuable
De ta douce moitié,
Sa chasteté louable,
Son ardente amitié,
 
Ô Macrin ! n’ont eu force
Contre la fière Loi,
Qui a fait le divorce
De ta femme, & de toi.
 
La Mort blême d’envie
En la venant saisir,
A troublé de ta vie
Le plus heureux plaisir.
 
Si as-tu la vengeance
En ta main, bien à point,
Pour donner allégeance
À l’ennui qui te point.
 
Commande à la Mémoire,
Épandre en l’univers
De Gélonis la gloire,
Ornement de tes vers.
 
L’ambitieuse pompe
Du funèbre appareil
Si bien que toi, ne trompe
L’oblivieux Sommeil.
 
Quand la douleur trop forte
D’une amoureuse erreur
Voudrait fermer la porte
À ta douce fureur,
 
Ma Muse, ta voisine
Défendra que l’oubli
Du bruit ne s’ensaisine,
Que tu as ennobli.
 
Si ton amour expresse
N’a sauvé Gélonis,
L’amoureuse Déesse
Perdit bien Adonis.
 
Sus donc, & qu’on essuie
Les pleurs & le souci,
Le beau temps, & la pluie
S’entresuivent ainsi.
 
Celui, qui bien accorde
De la Lyre le son,
Cherche plus d’une corde,
Et plus d’une chanson.
 
Cuides-tu par ta plainte
Soulever un tombeau,
Et d’une vie éteinte
Rallumer le flambeau ?
 
Ton deuil peu secourable
Ne désaigrira pas
Le Juge inexorable,
Qui préside là-bas.
 
La harpe thracienne,
Qui commandait aux bois,
Aussi bien que la tienne
Lamenta quelquefois.
 
Son pitoyable office
Aux enfers pénétra,
Où sa chère Eurydice
En vain elle impétra.
 
Macrin, ta douce Lyre,
La mignonne des Dieux,
Ne peut surmonter l’ire
De sort injurieux.
 
Il faut que chacun passe
En l’éternelle nuit,
La Mort, qui nous menace,
Comme l’ombre, nous suit.
 
Le Temps qui toujours vire,
Riant de nos ennuis,
Bande son arc qui tire
Et nos jours, & nos nuits.
 
Ses flèches empennées
De Siècles révolus
Emportent nos années,
Qui ne retournent plus.
 
N’avance donc le terme
De tes jours limités.
La vertu, qui est ferme
Fuit les extrémités.
 
Trop, & trop tôt la Parque
T’envoira prisonnier
Dedans l’avare Barque
Du vieillard Nautonnier.
 
Adonc ira ton âme
Sa moitié retrouver,
Pour ta première flamme
Encores éprouver.
 
L’Amour ta douce peine,
T’ouvrira le pourpris,
Où la Mort guide, & mène
Les amoureux espris.
 
Là, sous le saint ombrage
Des Myrtes verdoyants
S’apaisera l’orage
De tes yeux larmoyants.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе