Du Bellay

Les Regrets, 1558



Cependant que tu suis le lièvre par la plaine,
Le sanglier par les bois et le milan par l’air,
Et que voyant le sacre ou l’épervier voler,
Tu t’exerces le corps d’une plaisante peine,
 
Nous autres malheureux suivons la cour romaine,
Où, comme de ton temps, nous n’oyons plus parler
De rire, de sauter, de danser et baller,
Mais de sang, et de feu, et de guerre inhumaine.
 
Pendant, tout le plaisir de ton Gorde et de moi,
C’est de te regretter et de parler de toi,
De lire quelque auteur ou quelque vers écrire.
 
Au reste, mon Dagaut, nous n’éprouvons ici
Que peine, que travail, que regret et souci,
Et rien, que Le Breton, ne nous peut faire rire.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 8 avril 2017 à 13h46

Poisson-troll
-----------------

Dans le fleuve profond qui serpente en nos plaines,
Le poisson-troll médite, en son fief isolé,
Des algues entouré, des mouettes survolé,
Son esprit s’éloignant des plaisirs et des peines.

Il ne s’en va jamais rencontrer la sirène,
(Songez que les poissons ne savent point  parler),
Mais en cette eau limpide, il peut la contempler,
Il ne la trouve pas tout à fait inhumaine.

«Sirène,accepte à boire, et puis, raconte-moi
Si le vieux poisson-troll est aimable avec toi,
Tu peux me le chanter, ou tu peux me l’écrire.»

«Sois tranquille, écrivain, nous n’éprouvons ici
Ni peine, ni chagrin, ni regret ni souci,
Et j’aime ce poisson, sa tête me fait rire. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 2 octobre 2017 à 12h01

Splendeur de Maître Coq
---------------------------

Pour lui, la basse-cour est une vaste plaine ;
Le Seigneur Coq médite, en son fief isolé,
De poules entouré, d’éperviers survolé,
Son esprit connaissant le plaisir et la peine.

Il ne va sur les flots parler à la sirène,
(Ces dames, cependant, savent fort bien parler),
En ses songes nocturnes, il peut la contempler,
Il a de l’affection pour sa figure humaine.

«Vieux coq, accepte à boire, et puis, raconte-moi
Si le chien de la ferme est aimable avec toi,
Si l’on ne te prend point des plumes pour écrire.»

«Rhapsode, je vis bien, tu ne verras ici
Pas le moindre animal se faisant du souci,
Et même, le cochon passe son temps à rire. »

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 27 novembre 2018 à 12h41

Poisson-rhapsode
------------------------

Il parcourt les chemins de la liquide plaine :
Ce rhapsode-poisson ne vit pas isolé ;
Et même, certains jours, il rêve de voler
Avec les albatros, eux qui planent sans peine.

Il ne peut pas chanter ainsi qu’une sirène,
Ni, comme font les sourds, avec ses mains parler ;
Mais l’infini du ciel, il peut le contempler
Sans être tourmenté par la misère humaine.

-- Poisson qui ne dis rien, tu vaux bien mieux que moi,
Et j’aurais des leçons à recevoir de toi,
Si tu en as le temps, tu peux me les écrire.

-- Or, dis-moi, plumitif, que viens-tu faire ici ?
De te perfectionner aurais-tu le souci ?
Non, je ne le crois pas, d’ailleurs, tu me fais rire.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Βеаuté dеs fеmmеs, lеur fаiblеssе, еt сеs mаins pâlеs...»

Сlаudе Lе Ρеtit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Οrléаns : «Diеu, qu’il lа fаit bоn rеgаrdеr...»

Rоdеnbасh : «Lеs суgnеs blаnсs, dаns lеs саnаuх dеs villеs mоrtеs...»

Sсаliоn dе Virblunеаu : «Étаnt аu lit соuсhé, аu liеu dе rеpоsеr...»

Klingsоr : L’Ιnutilе Сhаnsоn

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Viаu : «Αu mоins аi-је sоngé quе је vоus аi bаiséе...»

Lаmаrtinе : Αuх Сhrétiеns dаns lеs tеmps d’éprеuvе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : «Βеаuté dеs fеmmеs, lеur fаiblеssе, еt сеs mаins pâlеs...»

Lа Villе dе Μirmоnt : «Εn vоуаnt lеurs frоnts...»

Αrаgо : Lе Ρеtit Εndrоit

Οrléаns : «Jе mеurs dе sоif, еn сôté lа fоntаinе...»

Viаu : «L’аutrе јоur inspiré d’unе divinе flаmmе...»

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Αubigné : Εхtаsе

Drеlinсоurt : Sur lеs Ρiеrrеs préсiеusеs

Vоiturе : «D’un buvеur d’еаu, соmmе аvеz débаttu...»

Sаrrаsin : «Lа bеаuté quе је sеrs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Саrаvаnе (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Ρrédit mе fut, quе dеvаit fеrmеmеnt...» (Lаbé)

De Сосhоnfuсius sur «Hеurеuх pоrt оù ј’аspirе еn се bаs nаvigаgе...» (Fiеfmеlin)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De Сrуstасé sur «Αuprès dе се bеаu tеint, lе lуs еn nоir sе сhаngе...» (Αubigné)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρ10H24- sur Εllе еt lui (Αutrаn)

De Jеhаn Fоntаinе sur Lе Glаnd еt lе Сhаmpignоn (Lасhаmbеаudiе)

De Сurаrе- sur «Quаnd је vоudrаi sоnnеr dе mоn grаnd Αvаnsоn...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur «Quаnd mоn fil sе саssеrа sоus...» (Ρеllеrin)

De Αmаris- sur Sуmbоlе (Gilkin)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt mélаnсоliquе (Αdеlswärd-Fеrsеn)

De Сurаrе- sur Αprès lа bаtаillе (Hugо)

De Μilоu dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Filоu dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Quеuflу sur «Vоus Flеuvеs еt Ruissеаuх, еt vоus, сlаirеs Fоntаinеs...» (Сhаndiеu)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе