Du Bellay

Les Regrets, 1558



Je me ferai savant en la philosophie,
En la mathématique et médecine aussi :
Je me ferai légiste, et d’un plus haut souci
Apprendrai les secrets de la théologie :
 
Du luth et du pinceau j’ébatterai ma vie,
De l’escrime et du bal : je discourais ainsi,
Et me vantais en moi d’apprendre tout ceci,
Quand je changeai la France au séjour d’Italie.
 
Ô beaux discours humains ! Je suis venu si loin,
Pour m’enrichir d’ennui, de vieillesse et de soin,
Et perdre en voyageant le meilleur de mon âge.
 
Ainsi le marinier souvent pour tout trésor
Rapporte des harengs en lieu de lingots d’or,
Ayant fait, comme moi, un malheureux voyage.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 15 décembre 2014 à 13h35

Une exclaustration (Pays de Poésie  13-7-13)
------------------------

Je m’étais réfugié, encore adolescent,
Dans la cellule tiède, au coeur du monastère.
Peu sévère était l’Ordre et nullement austère,
Ce que nous apprenions était intéressant.

Puis, nous faisions partie du groupe des puissants,
Pour nous les paysans faisaient vivre leur terre,
Pour nous les commerçants ont armé leurs galères,
Facile de payer, rien qu’en les bénissant.

Maintenant je suis vieux, dévasté par le doute,
La voie que j’ai suivie, est-­ce une fausse route ?
J’inscris cette question sur mes longs parchemins.

J’inscris cette question qui devient un poème,
Si cette vie sur terre est faite pour qu’on aime,
Aimer la poésie est aussi un chemin.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 18 septembre 2020 à 12h29

L’oie de Boltzmann
---------

Cette oie est doctorante en thermodynamique,
Elle observe du gaz et du liquide aussi ;
Y passer tout son temps, ce n’est pas un souci,
Elle aime plus que tout le monde académique.

Les canards du jardin trouvent cela comique,
Ils n’auraient pas idée de s’occuper ainsi ;
Le cygne de Maxwell leur explique ceci,
Que tous les chercheurs sont des êtres adamiques.

Les calculs de cette oie peuvent la mener loin,
Elle qui les encode avec beaucoup de soin ;
Qu’importe que cela soit un peu chronophage.

Vaincue par la fatigue, à sa table elle dort,
En rêve ses travaux valent leur pesant d’or ;
Voilà le juste prix de ses apprentissages.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 11 novembre 2020 à 14h46

L’oiseau qui trouve des non-réponses
---------

Il aime s’exprimer par d’étranges mimiques,
Il comprend les questions, les énigmes aussi ;
Mais il ne parle point, c’est notre seul souci,
On n’en tire aucun mot, même polysémique.

Quelques bouddhistes Zen trouvent cela comique,
Un Maître, selon eux, peut se conduire ainsi ;
Un moine tibétain y ajoute ceci,
Qu’on se préserve ainsi des vaines polémiques.

Or, pour le consulter, des gens viennent de loin,
Apportant des cadeaux choisis avec grand soin ;
Ils savent contenter ses goûts de méliphage.

Entendant les questions, quelquefois il s’endort,
Ensuite il ne dit rien, car le silence est d’or ;
C’est ainsi qu’il échappe aux pièges du langage.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

Rоllinаt : Lа Dаmе еn сirе

Vеrlаinе : Сlаir dе lunе

Silvеstrе : Lе Ρlus Dоuх Сhеmin

Dеsbоrdеs-Vаlmоrе : Lеs Sépаrés

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе Βаbуlоniеn sеs hаuts murs vаntеrа...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Rеtrаitе (Sаmаin)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, sоrсiеrs еt dоuх, mеs uniquеs flаmbеаuх...» (Μоtin)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Ruinеs du сœur (Соppéе)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе