Du Bellay

Les Regrets, 1558



Si par peine et sueur et par fidélité,
Par humble servitude et longue patience,
Employer corps et biens, esprit et conscience,
Et du tout mépriser sa propre utilité,
 
Si pour n’avoir jamais par importunité
Demandé bénéfice ou autre récompense,
On se doit enrichir, j’aurai (comme je pense)
Quelque bien à la fin, car je l’ai mérité.
 
Mais si par larrecin avancé l’on doit être,
Par mentir, par flatter, par abuser son maître,
Et pis que tout cela faire encor bien souvent :
 
Je connais que je sème au rivage infertile,
Que je veux cribler l’eau, et que je bats le vent,
Et que je suis, Vineus, serviteur inutile.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 11 janvier 2015 à 11h39

Hommes de mémoire
---------------------------

-- Aux penseurs du passé, notre fidélité ;
Et nous les déchiffrons en toute patience,
Tâchant d’entrer un peu dedans leur conscience,
Voulant, de leurs écrits, prouver l’utilité.

Or, nous leur tolérons quelques obscurités ;
La saveur poétique est notre récompense,
Et la joie de connaître un ancêtre qui pense,
Saveur et joie qui sont des plaisirs mérités.

Ils nous ont éclairés sur la question de l’Être,
Mais aussi, par leur style, il nous servent de maîtres,
Ce qu’on peut constater, les relisant souvent.

-- Cependant, ne rien lire est parfois fort utile :
Et mes inspirations parmi les plus fertiles
Vinrent de voir danser des feuilles dans le vent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 novembre 2020 à 14h35

Traverser les saisons
----------

L’hirondelle est aimée pour sa fidélité,
Peut-être s’agit-il d’une simple croyance :
Souvent l’amour échappe à notre clairvoyance,
Il nous faut naviguer sans visibilité.

S"aimer dans la lumière ou dans l’obscurité,
C’est souvent renoncer à toute récompense ;
Nous qui savons que l’homme est un roseau qui pense,
Nous le voyons trembler face à la vérité.

L’oiseau n’est point partant pour nous servir de maître,
Il ne veut rien transmettre, il se content d’être :
Pourtant, c’est un modèle, un exemple vivant.

Ami, ne crains pas d’être un rêveur inutile,
Ces instants amoureux, ne les crois pas futiles,
Même si, pour finir, les emporte le vent.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 19 novembre 2020 à 09h39

Traverser les saisons (retouche)
----------

L’hirondelle est aimée pour sa fidélité,
Peut-être s’agit-il d’une simple croyance ;
Souvent l’amour échappe à notre clairvoyance,
Il nous faut naviguer sans visibilité.

S"aimer dans la lumière ou dans l’obscurité,
C’est souvent renoncer à toute récompense ;
Nous qui savons que l’homme est un roseau qui pense,
Nous le voyons trembler face à la vérité.

L’oiseau n’est point partant pour nous servir de maître,
Il ne veut rien transmettre, il se contente d’être ;
Pourtant, c’est un modèle, un exemple vivant.

Ami, ne crains pas d’être un rêveur inutile,
Ces instants amoureux, ne les crois pas futiles,
Même si, pour finir, les emporte le vent.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Ρоur vеinеr dе sоn frоnt...» (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur «Αgаthе, оù du Sоlеil lе signе еst imprimé...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе