Rémy Belleau


La Bergerie


 

Chanson


Comme la vigne tendre
Bourgeonnant vient étendre
En menus entrelacs
      Ses petits bras
Et, de façon gentille,
Mollette s’entortille
À l’entour des ormeaux,
À petits nœuds glissante
Sur le ventre rampante
Des prochains arbrisseaux,
 
Et comme le lierre
En couleuvrant se serre
De maint et maint retour
      Tout à l’entour
Du tige et du branchage
De quelque bois sauvage,
Épandant son raisin
Dessus la chevelure
De la verte ramure
Du chêne son voisin,
 
Ainsi puissè-je étreindre
Ton beau col et me joindre
Contre l’ivoire blanc
      De ton beau flanc,
Attendant l’escarmouche
De ta langue farouche
Et la douce liqueur
Que ta lèvre mignonne,
Libérale, me donne
Pour enivrer mon cœur.
 
Sus donc, que je t’embrasse
Avant, qu’on entrelace
Tout autour de mon col
      Le marbre mol
De tes longs bras, maîtresse
Puis me baise et me presse
Et me rebaise encore
D’un baiser qui me tire
L’âme quand je soupire
Dessus tes lèvres d’or.
 
De moi, si je t’approuche,
J’enterai sur ta bouche
Un baiser éternel,
      Continuel :
Puis en cent mille sortes
De bras et de mains fortes
Sur ton col me lierai
D’un nœud qui longtemps dure
Et par qui je te jure
Qu’en baisant je mourrai.
 
Si j’ai cet heur, ma vie,
Ni la mort ni l’envie
Ni le somme plus doux
      Ni le courroux
Ni les rudes menaces,
Non pas même les Grâces,
Les vins ni les appas
Des tables ensucrées,
De tes lèvres pourprées
Ne m’arracheraient pas.
 
Mais sur la bouche tienne
Et toi dessus la mienne.
Languissants, nous mourrions
      Et passerions,
Deux âmes amoureuses,
Les rives tortueuses
Par dessus la noire eau
Courant dedans la salle
De ce royaume pâle,
En un même bateau.
 
Là, par les vertes prées
De couleur diaprées
En ce royaume noir,
      Nous irions voir
Les terres parfumées,
Qui, sans être entamées
Sous le coutre tranchant,
De fécondes mamelles
Les moissons éternelles
Sont toujours épanchant.
 
Là, toujours y soupire
Un gracieux zéphyre,
Qui d’un vent doucelet,
      Mignardelet,
Se joue et se brandille,
Se branche et se pandille
D’ailerons peinturés,
Sous la forêt myrtine
Et la verte crépine
Des beaux lauriers sacrés.
 
Là, les lys et les roses
De leurs robes décloses
Font renaître en tout temps
      Un beau printemps,
L’œillet et l’amaranthe,
Le narcisse et l’acanthe,
Cent mille et mille fleurs
Y naissent , dont l’haleine,
L’air, les bois et la plaine
Embâme de senteurs.
 
Là, sur la rive herbeuse,
Une troupe amoureuse
Rechante le discours
      De ses amours :
Une autre, sous l’ombrage
De quelque antre sauvage,
Lamente ses beaux ans,
Mais las ! en ce lieu sombre,
Ce n’est plus rien qu’une ombre
Des images vivants.
 
Je sais bien qu’à l’entrée
Une troupe sacrée
Clinera devant nous
      Et, devant tous,
Nous fera cette grâce
De choisir notre place
Dessus de verts gazons,
Tapissés de verveine,
De thym, de marjolaine
Et d’herbeuses toisons.
 
Je sais qu’il n’y a dame,
Non celle dont la flamme
Vint la flamme tenter
      De Jupiter,
Qui s’offensât, cruelle,
De nous voir devant elle
Nous mettre au plus haut lieu,
Ni celle qui la guerre
Alluma dans sa terre,
Fille de ce grand dieu.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Régniеr : Οdеlеttе : «J’аi gаrdé се mirоir оù vоus vоus êtеs vuе...»

Hugо : Lа Сhаnsоn dе Jеаn Ρrоuvаirе

Τаilhаdе : Ruе dе lа Сlеf

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Hugо : Viеillе сhаnsоn du јеunе tеmps

Rimbаud : Lе Dоrmеur du vаl

Rimbаud : «L’Étоilе а plеuré rоsе...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αutrаn : Εllе еt lui

Hugо : Lа Légеndе dе lа Νоnnе

Τоulеt : «Νоn, се tахi, quеllе сhаrrеttе....»

Régniеr : Εn fоrêt

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Сеppèdе : «Αprès qu’il еut аuх siеns rеdit сеttе lеçоn...»

Сrоs : Jоurs d’éprеuvе

Rоnsаrd : «Μаriе, bаisеz-mоi ; nоn, nе mе bаisеz pаs...»

Νоuvеаu : Lе Livrе

Régniеr : Lеs Livrеs

Βruаnt : Сhаnsоn dеs miсhеtоns

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αltаrосhе : Ρétitiоn d’un vоlеur à un rоi sоn vоisin

Ρеrgаud : Rеnаissаnсе

Μауnаrd : «Quаnd dоis-је quittеr lеs rосhеrs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Εхpériеnсе (Régniеr)

De Сосhоnfuсius sur «Μаriе, bаisеz-mоi ; nоn, nе mе bаisеz pаs...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dеs pеurеuх оisеlеts lа trоupе gаzоuillаrdе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Αprès qu’il еut аuх siеns rеdit сеttе lеçоn...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur Ρауsаgе gris (Rоllinаt)

De Jаdis sur Αuх mоdеrnеs (Lесоntе dе Lislе)

De Μасrоn démissiоn sur Sоnnеt : «Μаîtrеssе, d’аprès tоi је vеuх fаirе un pаstеl...» (Соrаn)

De Сurаrе- sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сhristiаn sur Οisеаuх dе pаssаgе (Riсhеpin)

De Ιо Kаnааn sur Ρèlеrinаgе (Vеrhаеrеn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Μоdérаtеur sur Éléphаnt dе Ρаris. (Τоulеt)

De Сhristiаn sur Sоnnеt sur dеs mоts qui n’оnt pоint dе rimе (Sаint-Αmаnt)

De Сhristiаn sur Сlаir dе lunе (Αpоllinаirе)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе