Jean Bertaut


Chanson


 
              Les cieux inexorables
              Me sont si rigoureux
              Que les plus misérables
Se comparant à moi se trouveraient heureux.
 
              Je ne fais à cette heure
              Que souhaiter la mort
              Dont la longue demeure
Prolonge dessus moi l’insolence du sort.
 
              Mon lit est de mes larmes
              Trempé toutes les nuits
              Et ne peuvent ses charmes,
Lors même que je dors, endormir mes ennuis.
 
              Si je fais quelque songe
              J’en suis épouvanté.
              Car même son mensonge
Exprime de mes maux la triste vérité.
 
              Vérité non croyable
              Qu’à l’esprit de celui,
              Qui d’un art pitoyable
Apprend en ses malheurs à plaindre ceux d’autrui.
 
              Toute paix, toute joie
              A pris de moi congé,
              Laissant mon âme en proie
À cent mille soucis dont mon cœur est rongé.
 
              La pitié, la justice,
              La constance et la foi
              Cédant à l’artifice
Dedans les cœurs humains sont éteintes pour moi.
 
              L’ingratitude paie
              Ma fidèle amitié,
              La calomnie essaie
À rendre mes tourments indignes de pitié.
 
              En un cruel orage
              On me laisse périr,
              Et, courant au naufrage.
Je vois chacun me plaindre et nul me secourir.
 
              Bref, il n’est sur la terre
              Espèce de malheur,
              Qui me faisant la guerre
N’expérimente en moi ce que peut la douleur.
 
              Et ce qui rend plus dure
              Le misère où je vis,
              C’est, ès maux que j’endure
La mémoire de l’heur que le ciel m’a ravi.
 
              Félicité passée
              Qui ne peux revenir,
              Tourment de ma pensée.
Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !
 
              Hélas ! Il ne me reste
              De mes contentements
              Qu’un souvenir funeste
Qui me les convertit à toute heure en tourments.
 
              Le sort plein d’injustice
              M’ayant enfin rendu
              Ce reste un pur supplice.
Je serais plus heureux si j’avais plus perdu.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Siеfеrt : Vivеrе mеmеntо

Diеrх : Lеs Νuаgеs

Diеrх : Lа Ρrisоn

Gérаrd : Lа Rоndе dеs mоis

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lе rirе сlаir, l’âmе sаns rеprосhе...»

Régniеr : Lе Μаrаudеur

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Riсhеpin : Sоnnеt mоdеrnе

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

☆ ☆ ☆ ☆

Βеrtrаnd : Μоn Βisаïеul

Rоllinаt : «С’еst vrаi quе dаns lа ruе еllе impоsе à сhасun...»

Diеrх : Εn сhеmin

Vеrlаinе : Rеdditiоn

Régniеr : Élégiе

Riсhеpin : «Quе tа mаîtrеssе sоit оu blоndе, оu rоussе, оu brunе...»

Sаmаin : Εrmiоnе

Lеfèvrе-Dеumiеr : L’Étinсеllе élесtriquе

Μilоsz : À l’Αmоur

Frаnсе : Lеs Αrbrеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρrièrе pоur lе mаtin (Drеlinсоurt)

De Сосhоnfuсius sur Ρоur lе јеudi 9 јаnviеr 1913 (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Νuit dе Ρаris (Vаlаdе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Vоуеllеs (Rimbаud)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Lа Viе аntériеurе (Βаudеlаirе)

De Сhаrlеs Ρоrnоn sur Βаllаdе [dеs dаmеs du tеmps јаdis] (Villоn)

De Vinсеnt sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Lеs Étоilеs blеuеs (Rоllinаt)

De lасоtе sur Lа nеigе еst bеllе (Riсhеpin)

De Vinсеnt sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si је pоuvаis pоrtеr dеdаns lе sеin, Μаdаmе...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Lа vоiх qui rеtеntit dе l’un à l’аutrе Ρôlе...» (Gоmbаud)

De Ρhèdrе sur «Се mirоir оù сhасun соntеmplе sа figurе...» (Μаllеvillе)

De Kеinеr sur «Βоnnе аnnéе à tоutеs lеs сhоsеs...» (Gérаrd)

De Αnnа ΑKHΜΑΤΟVΑ sur «J’еrrаis еn mоn јаrdin, quаnd аu bоut d’unе аlléе...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Сurаrе- sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz