Jean Bertaut


Chanson


 
              Les cieux inexorables
              Me sont si rigoureux
              Que les plus misérables
Se comparant à moi se trouveraient heureux.
 
              Je ne fais à cette heure
              Que souhaiter la mort
              Dont la longue demeure
Prolonge dessus moi l’insolence du sort.
 
              Mon lit est de mes larmes
              Trempé toutes les nuits
              Et ne peuvent ses charmes,
Lors même que je dors, endormir mes ennuis.
 
              Si je fais quelque songe
              J’en suis épouvanté.
              Car même son mensonge
Exprime de mes maux la triste vérité.
 
              Vérité non croyable
              Qu’à l’esprit de celui,
              Qui d’un art pitoyable
Apprend en ses malheurs à plaindre ceux d’autrui.
 
              Toute paix, toute joie
              A pris de moi congé,
              Laissant mon âme en proie
À cent mille soucis dont mon cœur est rongé.
 
              La pitié, la justice,
              La constance et la foi
              Cédant à l’artifice
Dedans les cœurs humains sont éteintes pour moi.
 
              L’ingratitude paie
              Ma fidèle amitié,
              La calomnie essaie
À rendre mes tourments indignes de pitié.
 
              En un cruel orage
              On me laisse périr,
              Et, courant au naufrage.
Je vois chacun me plaindre et nul me secourir.
 
              Bref, il n’est sur la terre
              Espèce de malheur,
              Qui me faisant la guerre
N’expérimente en moi ce que peut la douleur.
 
              Et ce qui rend plus dure
              Le misère où je vis,
              C’est, ès maux que j’endure
La mémoire de l’heur que le ciel m’a ravi.
 
              Félicité passée
              Qui ne peux revenir,
              Tourment de ma pensée.
Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !
 
              Hélas ! Il ne me reste
              De mes contentements
              Qu’un souvenir funeste
Qui me les convertit à toute heure en tourments.
 
              Le sort plein d’injustice
              M’ayant enfin rendu
              Ce reste un pur supplice.
Je serais plus heureux si j’avais plus perdu.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

Αpоllinаirе : Lа Lоrеlеу

Lаhоr : Саlmе dеs plаntеs

Μussеt : Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...»

Βаudеlаirе : Rесuеillеmеnt

Μilоsz : Lа Τаvеrnе du pоrt

☆ ☆ ☆ ☆

Lаfоrguе : Αquаrеllе еn сinq minutеs

Ρizаn : «Jе nе sаis соmmеnt је durе...»

Соurtеlinе : Lе Соup dе mаrtеаu

Τеlliеr : Сhаnsоn sur un thèmе сhinоis

Dеlаruе-Μаrdrus : Énеrvеmеnts

Dеlаruе-Μаrdrus : Соmpаrаisоns

Соrbièrе : Hеurеs

Βоumаl : «Νе rоuvrе pаs се livrе, il fаit mаl. Ιl rеssеmblе...»

Hаrаuсоurt : Ρlеinе еаu

Βiсhеt : Quаnd lа nuit sоrtirа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρаsiphаé (Βаnvillе)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе сеs аssаssins fеignеnt d’аvоir grаnd sоin...» (Lа Сеppèdе)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur «Si је mоntе аu Ρаlаis, је n’у trоuvе qu’оrguеil...» (Du Βеllау)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Lа Μusérаntе sur «Sоit quе је sоis hаï dе tоi, mа Ρаsithéе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur «Μаdаmе, si tu vеuх mе prêtеr tоn оrеillе...» (Βirаguе)

De Lа piаnistе sur Αlmаnасh (Сrоs)

De Jеаnnе-d’Αrс sur «Се quе ј’аimе аu printеmps, је tе vеuх dirе Μêmе...» (Μаgnу)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Lа Μusérаntе sur Sоnnеt : «Hа ! nе mе blâmе plus, mаis blâmе mоn dеstin...» (Viviеn)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz