Jean Bertaut


Chanson


 
              Les cieux inexorables
              Me sont si rigoureux
              Que les plus misérables
Se comparant à moi se trouveraient heureux.
 
              Je ne fais à cette heure
              Que souhaiter la mort
              Dont la longue demeure
Prolonge dessus moi l’insolence du sort.
 
              Mon lit est de mes larmes
              Trempé toutes les nuits
              Et ne peuvent ses charmes,
Lors même que je dors, endormir mes ennuis.
 
              Si je fais quelque songe
              J’en suis épouvanté.
              Car même son mensonge
Exprime de mes maux la triste vérité.
 
              Vérité non croyable
              Qu’à l’esprit de celui,
              Qui d’un art pitoyable
Apprend en ses malheurs à plaindre ceux d’autrui.
 
              Toute paix, toute joie
              A pris de moi congé,
              Laissant mon âme en proie
À cent mille soucis dont mon cœur est rongé.
 
              La pitié, la justice,
              La constance et la foi
              Cédant à l’artifice
Dedans les cœurs humains sont éteintes pour moi.
 
              L’ingratitude paie
              Ma fidèle amitié,
              La calomnie essaie
À rendre mes tourments indignes de pitié.
 
              En un cruel orage
              On me laisse périr,
              Et, courant au naufrage.
Je vois chacun me plaindre et nul me secourir.
 
              Bref, il n’est sur la terre
              Espèce de malheur,
              Qui me faisant la guerre
N’expérimente en moi ce que peut la douleur.
 
              Et ce qui rend plus dure
              Le misère où je vis,
              C’est, ès maux que j’endure
La mémoire de l’heur que le ciel m’a ravi.
 
              Félicité passée
              Qui ne peux revenir,
              Tourment de ma pensée.
Que n’ai-je, en te perdant, perdu le souvenir !
 
              Hélas ! Il ne me reste
              De mes contentements
              Qu’un souvenir funeste
Qui me les convertit à toute heure en tourments.
 
              Le sort plein d’injustice
              M’ayant enfin rendu
              Ce reste un pur supplice.
Je serais plus heureux si j’avais plus perdu.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Frаnсis Jаmmеs

Τоulеt : «Dеssоus lа соurtinе mоuilléе...»

Du Βеllау : «Qui а nоmbré, quаnd l’аstrе, qui plus luit...»

Μussеt : Соnsеils à unе Ρаrisiеnnе

Rоllinаt : Βаllаdе du саdаvrе

Βеllеаu : Dеsсriptiоn dеs vеndаngеs

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Βruаnt : À lа Βаstillе

Lаfоrguе : Αvеrtissеmеnt

Fоurеst : Lа Νégrеssе Βlоndе

☆ ☆ ☆ ☆

Ρаtriаt : «Αсhètе qui vоudrа lе Саmеmbеrt trоp dоuх...»

Βаudеlаirе : À unе Ρаssаntе

Βаtаillе : Lе Μоis mоuillé

Βаïf : «Si се n’еst pаs аmоur, quе sеnt dоnquеs mоn сœur ?...»

Βruаnt : Ρhilоsоphе

Siеfеrt : Ρеtit еnfаnt

Οsmоnt : Sоirs d’ехil

Villiеrs dе L’Ιslе-Αdаm : Éblоuissеmеnt

*** : Τаisеz-vоus

Lа Villе dе Μirmоnt : «Ρаr un sоir dе brоuillаrd, еn un fаubоurg du nоrd...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеllе Νоémiе, аpprосhе, еmbrаssе-mоi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Μаdаmе sе lеvаit un bеаu mаtin d’Été...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur Un Fаntômе (Βаudеlаirе)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

De piсh24 sur Lе Liоn еt lе Rаt. Lа Соlоmbе еt lа Fоurmi (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur Lе Сhênе еt lе Rоsеаu (Lа Fоntаinе)

De Сhristiаn sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Τаisеz-vоus (***)

De piсh24 sur Si tu viеns (Dеlаruе-Μаrdrus)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs sur «Sаns sоupirеr vivrе iсi је n’аi pu...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur «L’аutоmnе suit l’été еt lа bеllе vеrdurе...» (Grévin)

De Сurаrе- sur Rеmоntrаnсе à un Ρоètе buvеur d’еаu (Соllеtеt)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Lе pеintrе qui vоudrаit аnimеr un tаblеаu...» (Αubigné)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Lе Ρêсhеur d’éсrеvissеs (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur L’Εссlésiаstе (Lесоntе dе Lislе)

De Frеdеriс Ρrоkоsсh sur Lа Ρuсеllе (Vеrlаinе)

De Léо Lаrguiеr sur Léо Lаrguiеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αnnе, pаr јеu, mе јеtа dе lа nеigе (Μаrоt)

De Jérômе ΤΕRΝYΝСK sur H (Μilоsz)

De XRumеrΤеst sur L’Éсuуèrе (Frаnс-Νоhаin)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur À Viсtоr Hugо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz