Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Catilie


 
          Dans la contrainte et les alarmes
          Je vois s’envoler nos beaux jours :
          La douleur a flétri vos charmes,
          Et mes yeux à verser des larmes
          Semblent condamnés pour toujours.
          Ô la plus belle des maîtresses,
          Mon bonheur s’est évanoui :
          Je perds vos touchantes caresses,
Hélas ! et de ces biens, dont j’ai trop peu joui,
          Il ne me reste que ma flamme,
Vos lettres, mes regrets, mes désirs superflus,
Et la triste douceur de nourrir dans mon âme
L’éternel souvenir d’un bonheur qui n’est plus.
          Tout brûle autour de moi, tout aime,
          Tout s’enivre de voluptés ;
          Deux à deux, vers le bien suprême
          Je vois tous les cœurs emportés ;
          Sans crainte à la ville, au village,
          On forme des liens charmants,
          Et l’univers n’est qu’un bocage
          Peuplé de fortunés amants.
          L’amour d’une douce folie
          Prend soin de remplir leurs moments :
          Nous seuls, ma chère Catilie,
          Nous seuls éprouvons ses tourments.
          Sans témoins une loi sévère
          Me défend de vous approcher ;
          À l’œil d’un époux ou d’un père
          Toujours soigneux de me cacher,
          Depuis une semaine entière,
          Je n’ai pu seulement toucher
          La main et si douce et si chère,
          Où, sans exciter leur colère,
          Du mortel le moins téméraire
          La bouche a droit de s’attacher.
          À table, aux jeux, on nous sépare ;
          Nos argus veillent en tous lieux,
          Et, recherchant d’un œil avare
          Les pleurs qui roulent dans vos yeux,
          Ils se font un plaisir barbare
          De troubler jusqu’à nos adieux.
          Mais ne craignez point, ô mon âme,
          Que leur inflexible rigueur
          Éteigne ou lasse mon ardeur :
          Mes chagrins même et leur fureur
          Vous rendent plus chère à ma flamme.
          Ah ! si, malgré leurs soins jaloux,
          Mon cœur se fait entendre au vôtre,
          Mon sort est encore assez doux.
          J’aime mieux souffrir avec vous,
          Que d’être heureux avec une autre.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Lе Μоnstrе

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Jаmmеs : ΑLΕXΑΝDRΕ DΕ RUСHΕΝFLΕUR (frаgmеnt)

Ρizаn : «À qui dirа-t-еllе sа pеinе...»

Sаint-Αmаnt : «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...»

Αubеspinе : Lе luth

Rасаn : Stаnсеs sur lа rеtrаitе

Du Βеllау : «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Μаrbеuf : «Βеаuх уеuх оù luisеz-vоus, mеs sоlеils quе ј’аdоrе...»

Viviеn : «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Dе sоins mоrdаnts еt dе sоuсis divеrs...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Quоi ? qu’еst-се quе сесi...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Сосhоnfuсius sur «Νi tа simpliсité, ni tа bоnnе nаturе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Jаdis sur «Jе viеns dе rесеvоir unе bеllе missivе...» (Sаint-Αmаnt)

De Jаdis sur Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Lе Dоnјоn (Rоllinаt)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur «Ô Ρrisоn dоuсе, оù саptif је dеmеurе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Rоssignоl, rоi dеs bоis, vоus, tоurtrе sоlitаirе...» (Ρаssеrаt)

De Xi’Αn sur «Lе Sоlеil l’аutrе јоur sе mit еntrе nоus dеuх...» (Rоnsаrd)

De Αlех Sаndrin sur «Μаrаud, qui n’еs mаrаud quе dе nоm sеulеmеnt...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Qu’оn m’аrrасhе lе сœur, qu’оn mе fаssе еndurеr...» (Dеspоrtеs)

De Сrасhеtоnmuсus sur «Si pаr pеinе еt suеur еt pаr fidélité...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur Lа Μusе Vénаlе (Βаudеlаirе)

De Сésаr Βistruklа sur «Lеs еsсаdrоns аilés du сélеstе pоurpris...» (Lа Сеppèdе)

De Соnсоurs Lépinе sur L’Égоïstе (Sсhwоb)

De Xi’аn sur Lа Μоrt еt lе Μаlhеurеuх. Lа Μоrt еt lе Βûсhеrоn (Lа Fоntаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе