Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Catilie


 
          Quand ton ami se désespère,
Ingrate, au lit oiseux qui peut te retenir ?
Il est minuit : tout dort ; je n’entends plus ta mère ;
Tous les feux sont éteints : qu’attends-tu pour venir ?
          Sous tes doigts ma porte docile
          Est prête à s’ouvrir mollement ;
J’ai pris soin d’affranchir ce loquet difficile
Que ton amour déteste, et qui fait mon tourment.
          Est-ce ainsi qu’on tient sa promesse ?
Est-ce ainsi qu’on abuse un malheureux amant ?
          Perfide ! hélas ! en ce moment,
          Tranquille au sein de la mollesse,
          Tu dors peut-être impunément :
Et moi, je veille ! et moi, je sèche dans l’attente !
Inquiet, agité, consumé de désirs,
Je me roule aux deux bords de ma couche brûlante,
Et poursuis tristement l’image des plaisirs.
          Quelquefois ma tendresse active
S’imagine te voir au milieu de la nuit,
Suspendant sur l’orteil une jambe craintive,
Tes deux mains en avant, chercher le mur qui fuit :
J’écoute alors, j’écoute ; et, si le moindre bruit
          Frappe mon oreille attentive,
          Je crois sous tes pieds délicats
Entendre à mon côté le parquet qui résonne.
Soudain mon cœur palpite, et tout mon corps frissonne ;
Crédule, je m’élance, en étendant les bras ;
Je te cherche dans l’ombre, et te nomme tout bas.
 
Vaines illusions ! déjà la nuit s’avance,
Et l’astre du matin blanchit l’azur des cieux.
C’en est fait : le jour croît ; je n’ai plus d’espérance ;
Les esclaves en foule ont inondé ces lieux.
          Et tu ne crains pas ma vengeance ?
          Que diras-tu pour ta défense
          Demain, en t’offrant à mes yeux ?
Est-ce ainsi (réponds-moi), beauté vaine et frivole,
Qu’on outrage l’amour, qu’on insulte à Cypris ?
          De ce temps hélas ! qui s’envole,
          Un jour tu connaîtras le prix.
Lorsque le printemps passe, et qu’on n’est plus jolie,
Que de regrets cuisants, de repentirs amers !
Combien tu pleureras ton orgueil, ta folie !
          Que tu voudras, ô Catilie !
Racheter chèrement cette nuit que tu perds !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Jаmmеs : Ρrièrе pоur dеmаndеr unе étоilе

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Rоnsаrd : «L’аutrе јоur quе ј’étаis sur lе hаut d’un dеgré...»

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

Riсhеpin : Lа Flûtе

Lа Fоntаinе : Lа Сigаlе еt lа Fоurmi

Οrléаns : «Lе tеmps а lаissé sоn mаntеаu...»

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

Rоnsаrd : «Μignоnnе, аllоns vоir si lа rоsе...»

Rоnsаrd : «Quаnd vоus sеrеz biеn viеillе, аu sоir à lа сhаndеllе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : «Αmi, је vоus éсris du fоnd d’unе саntinе...»

Jаmmеs : Lе pаuvrе сhiеn

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе lа Μоrt

Sаmаin : Lеs Sirènеs

Lаfоrguе : Fаrсе éphémèrе

Νоuvеаu : «Si nоus étiоns mоrts quаnd nоus étiоns mômеs...»

Lаutréаmоnt : «Unе pоtеnсе s’élеvаit sur lе sоl...»

Flаuх : Lеs Jеunеs Fillеs dе Stосkhоlm

Lоrrаin : Sеignеurs

Μаеtеrlinсk : «Lеs trоis sœurs оnt vоulu mоurir ...»

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Ρhоquе (Hеrvillу)

De Сосhоnfuсius sur «Τаndis quе је mе plаins, à l’оmbrе dе сеs bоis...» (Μаgnу)

De Jаdis sur «Ρоur vоus sеrvir...» (Vоiturе)

De Сосhоnfuсius sur Lеs Τrаins (Vеrhаеrеn)

De Jаdis sur «Μаis qui vоus mеut, Sеignеur, dе sоrtir à сеttе hеurе...» (Lа Сеppèdе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеlui qui dе plus près аttеint lа déité...» (Du Βеllау)

De Τhundеrbird sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Τhundеrbird sur «Εntrе tоus lеs hоnnеurs dоnt еn Frаnсе еst соnnu...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un mаndаrin sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Сurаrе- sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

De Εsprit dе сеllе sur «L’оisеаu dоnt l’Αrаbiе а fаit si grаndе fêtе...» (Lа Сеppèdе)

De Un lесtеur sur «L’аrbrе qui mеt à сrоîtrе, а lа plаntе аssuréе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Sur unе Сhutе саuséе pаr un béliеr (Соllеtеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе