Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Catilie


 
          Va, ne crains pas que je l’oublie,
          Ce jour, ce fortuné moment,
          Où, pleins d’amour et de folie,
          Tous les deux, sans savoir comment,
          Dans un rapide emportement,
          Nous fîmes le tendre serment
          De nous aimer toute la vie.
          Tu n’avais pas encor seize ans ;
Les jeux seuls occupaient ta naïve ignorance ;
Tes plaisirs étaient purs, et tes goûts innocents ;
L’œil baissé, tu voyais avec indifférence
S’arrondir de ton sein les trésors ravissants.
De ces dons précieux je t’enseignai l’usage ;
Je sentis sous mes doigts le marbre s’animer ;
La pudeur colora les lis de ton visage ;
Ton tendre cœur s’ouvrit au doux besoin d’aimer.
      Te souvient-il de ces belles soirées,
Où dans le bois touffu nous respirions le frais ?
      Entre ta sœur et ta mère égarées,
Mes mains savaient toujours rencontrer tes attraits ;
      De mon bras gauche étendu par derrière,
      Je te serrais mollement sur mon cœur ;
      À leurs côtés je baisais ta paupière,
      Et ce péril augmentait mon bonheur.
Enfin je l’ai cueilli ce prix de ma tendresse,
Que tes cris refusaient à mon juste désir ;
          Tu sais avec combien d’adresse,
Malgré toi, par degrés, il fallut le saisir.
Tu frémis de douleur, tu répandis des larmes ;
Mais un dieu qui survint dissipa tes alarmes,
Et le plaisir guérit l’ouvrage du plaisir.
Prémices de l’amour, délicieuse ivresse,
          Ah ! que ne durez-vous toujours !
          Plaisirs, dont l’enfance intéresse,
Ne fuyez pas si vite ; arrêtez : qui vous presse ?
Votre aurore vaut seule un siècle de beaux jours.
Eh ! qui peut remplacer l’erreur enchanteresse
Où s’abandonne alors un amant éperdu ?
Le breuvage divin qu’a goûté sa maîtresse,
          Le fruit que sa bouche a mordu,
Son baiser du matin, sa première caresse,
L’attente d’un bonheur mille fois suspendu,
Et ce mot si touchant, ce seul mot, je vous aime,
Est peut-être aussi doux que la volupté même.
          Ô ma divinité suprême,
Prolongeons, s’il se peut, des moments aussi courts.
Laissons là la vieillesse et tous ses vains discours.
Je foule aux pieds ces biens que le vulgaire envie ;
Dans tes bras amoureux j’achèverais ma vie
Loin du bruit des cités et du faste des cours.
      Transportez-moi sous le pôle du monde,
Dans ces déserts glacés, où, tout couvert de peaux,
Seul, errant tristement dans une nuit profonde,
Le Lapon, emporté sur de légers traîneaux,
Promène incessamment sa hutte vagabonde ;
      Transportez-moi sous l’ardent équateur,
Dans les sables mouvants de l’inculte Libye :
Oui, j’aimerai toujours les yeux de Catilie ;
Oui, j’aimerai toujours son sourire enchanteur.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vаlérу : Αu plаtаnе

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Dumаs : Lа Βеllе Ιsаbеаu

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur À Lоuis ΙΙ dе Βаvièrе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Εn сhоisissаnt l’еsprit vоus êtеs mаlаpprisе...» (Rоnsаrd)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе