Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Eucharis


 
          Oui, tout Paris sait ta noirceur ;
          Tout Paris sait ta perfidie.
          Va chercher maintenant, impie,
          Quelque stupide adorateur
      Pour exercer ta dure tyrannie !
      Je romps mes fers ; ingrate, je t’oublie ;
      Le désespoir t’arrache de mon cœur.
 
      Une autre au rang de ma maîtresse
Va monter, le front ceint d’un immortel feston ;
Une autre jouira du glorieux renom
          Que t’avait promis ma tendresse.
          Pour elle, sur des tons divers
      Montant ma voix, dans mon juste délire
          Je veux des cordes de ma lyre
          Tirer les plus aimables airs,
          Et la célébrer dans des vers
          Si doux, qu’après soixante hivers
          L’amant se plaise à les relire.
          Pour tracer son portrait brillant,
Je suivrai, s’il le faut, ma douce fantaisie :
          L’Aurore, au bord de l’orient,
Aura paru moins belle aux peuples de l’Asie.
          Tu pâliras, en le voyant,
          De fureur et de jalousie.
          Pardonne, pardonne, Eucharis ;
N’en crois pas mes dédains ; n’en crois pas ma colère.
Nulle autre n’entrera dans mon lit solitaire ;
Nulle autre ne vivra dans mes derniers écrits.
Avant que ta beauté sorte de ma mémoire,
On verra l’eau suspendre et rebrousser son cours ;
Le soleil oubliera de dispenser les jours,
Et le peuple français de voler à la gloire.
Sois plus coupable encor, je t’aimerai toujours ;
      Je t’aimerai : voilà ma destinée.
          Oui, malgré ton crime odieux,
          Je ne saurais haïr tes yeux,
Ces yeux encor si chers à mon âme étonnée,
Ces yeux, mes souverains, mes astres et mes Dieux.
      Cent fois par eux (il m’en souvient, cruelle ! )
      Tu m’as juré de me garder ta foi,
      Jusqu’au tombeau d’être toujours à moi,
      Et de mourir amoureuse et fidèle.
 
      Tu voulais que ces yeux charmants,
Tout d’un coup détachés de leur double paupière,
Punissent ton erreur, si jamais la première
On te voyait changer, et trahir tes serments :
          Et tu peux les lever encore
Vers ce ciel outragé qu’indignent tes rigueurs !
Et tu ne frémis pas d’armer ces Dieux vengeurs
Que ton impunité trop long-temps déshonore !
Dis-moi : qui te forçait d’imiter la pâleur,
Et de meurtrir ton sein de tes ongles barbares ?
Dis-moi : qui te forçait, dans ta feinte douleur,
De répandre à regret quelques larmes avares ?
          Fiez-vous donc, tristes amants,
Aux soupirs, aux faveurs, aux transports de vos belles.
      Ah ! croyez-moi : saisissez les instants
          Qui vous sont accordés par elles :
          Il n’est point d’amours éternelles ;
          Il n’est point de plaisirs constants.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

Сrоs : «Jе suis un hоmmе mоrt dеpuis plusiеurs аnnéеs...»

Lаfоrguе : Splееn dеs nuits dе јuillеt

Сrоs : Sоnnеt : «Jе vоudrаis, еn grоupаnt dеs sоuvеnirs divеrs...»

Ρеllеrin : «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...»

Τоulеt : «Νоus bûmеs tоut lе јоur...»

Αpоllinаirе : À lа Sаnté

Du Βеllау : «Νоuvеаu vеnu, qui сhеrсhеs Rоmе еn Rоmе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Μussеt : Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...»

Саrсо : Βоhèmе

Ρоnсhоn : «Un pаuvrе bûсhеrоn tоut соuvеrt d’un саtаrrhе...»

Régniеr : «Fеmmеs qui аimеz miеuх lе fоutrе quе lе pаin...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Sоnnеt mоrnе (Riсhеpin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Rоndеl : «Αh ! lа prоmеnаdе ехquisе...» (Ρоnсhоn)

De Jаdis sur Βаllаdе dе lа ruinе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Νuit blаnсhе (Sаmаin)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt d’unе Dаmе (Sсudérу)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Wеndу & ΡеtеrΡаn sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе