Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Eucharis


 
          Oui, tout Paris sait ta noirceur ;
          Tout Paris sait ta perfidie.
          Va chercher maintenant, impie,
          Quelque stupide adorateur
      Pour exercer ta dure tyrannie !
      Je romps mes fers ; ingrate, je t’oublie ;
      Le désespoir t’arrache de mon cœur.
 
      Une autre au rang de ma maîtresse
Va monter, le front ceint d’un immortel feston ;
Une autre jouira du glorieux renom
          Que t’avait promis ma tendresse.
          Pour elle, sur des tons divers
      Montant ma voix, dans mon juste délire
          Je veux des cordes de ma lyre
          Tirer les plus aimables airs,
          Et la célébrer dans des vers
          Si doux, qu’après soixante hivers
          L’amant se plaise à les relire.
          Pour tracer son portrait brillant,
Je suivrai, s’il le faut, ma douce fantaisie :
          L’Aurore, au bord de l’orient,
Aura paru moins belle aux peuples de l’Asie.
          Tu pâliras, en le voyant,
          De fureur et de jalousie.
          Pardonne, pardonne, Eucharis ;
N’en crois pas mes dédains ; n’en crois pas ma colère.
Nulle autre n’entrera dans mon lit solitaire ;
Nulle autre ne vivra dans mes derniers écrits.
Avant que ta beauté sorte de ma mémoire,
On verra l’eau suspendre et rebrousser son cours ;
Le soleil oubliera de dispenser les jours,
Et le peuple français de voler à la gloire.
Sois plus coupable encor, je t’aimerai toujours ;
      Je t’aimerai : voilà ma destinée.
          Oui, malgré ton crime odieux,
          Je ne saurais haïr tes yeux,
Ces yeux encor si chers à mon âme étonnée,
Ces yeux, mes souverains, mes astres et mes Dieux.
      Cent fois par eux (il m’en souvient, cruelle ! )
      Tu m’as juré de me garder ta foi,
      Jusqu’au tombeau d’être toujours à moi,
      Et de mourir amoureuse et fidèle.
 
      Tu voulais que ces yeux charmants,
Tout d’un coup détachés de leur double paupière,
Punissent ton erreur, si jamais la première
On te voyait changer, et trahir tes serments :
          Et tu peux les lever encore
Vers ce ciel outragé qu’indignent tes rigueurs !
Et tu ne frémis pas d’armer ces Dieux vengeurs
Que ton impunité trop long-temps déshonore !
Dis-moi : qui te forçait d’imiter la pâleur,
Et de meurtrir ton sein de tes ongles barbares ?
Dis-moi : qui te forçait, dans ta feinte douleur,
De répandre à regret quelques larmes avares ?
          Fiez-vous donc, tristes amants,
Aux soupirs, aux faveurs, aux transports de vos belles.
      Ah ! croyez-moi : saisissez les instants
          Qui vous sont accordés par elles :
          Il n’est point d’amours éternelles ;
          Il n’est point de plaisirs constants.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sсèvе : «Sеul аvес mоi, еllе аvес sа pаrtiе...»

Αuvrау : Соntrе unе dаmе trоp mаigrе

Αuvrау : Lеs Ρаlаdins аvеnturiеrs

Αuvrау : «Αu mоis qu’аmоur еst lе plus еn viguеur...»

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Riсtus : Lеs Μоntе-еn-l’аir

Hаrаuсоurt : «Ιl plеut sur lа mеr, lеntеmеnt...»

Lа Gеsséе : «Lа Μоuсhе pеintе еst mаrquе d’impudеnсе...»

Vаlléе dеs Βаrrеаuх : «Соurtisаns, qui trаînеz vоs јоurs déshоnоrés...»

Du Βеllау : «Si l’аvеuglе furеur, qui саusе lеs bаtаillеs...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Ρаuvrе gаrçоn

Соppéе : «Εllе viеndrа се sоir ; еllе mе l’а prоmis...»

Rоnsаrd : «Yеuх, qui vеrsеz еn l’âmе, аinsi quе dеuх Ρlаnètеs...»

Riсhеpin : Lа Μignоtе

Βеrtrаnd : Sоnnеt : «À lа Rеinе dеs Frаnçаis...»

Μоntrеuil : Épigrаmmе : «Сlоris à vingt аns étаit bеllе...»

Νоuvеаu : Lа Rеnсоntrе

Αubigné : «Lеs lуs mе sеmblеnt nоirs...»

Rоllinаt : Viеrgе dаmnéе

Αpоllinаirе : Сhаpеаu-tоmbеаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «Sеignеur, nе pеnsеz pаs d’оuïr сhаntеr iсi...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Vоus аvеz su l’еspоir еt pаrtаgé lа rаgе...» (Siеfеrt)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Εsprit dе сеllе sur «Νе rеprеnеz, Dаmеs, si ј’аi аimé...» (Lаbé)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Hаn Riсutе sur Соmplаintе аmоurеusе (Αllаis)

De Lе Gаrdiеn sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сhristiаn sur Lе Μоnt dеs Οliviеrs (Vignу)

De Lе Gаrdiеn sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur Sоnnеt : «Ιgnоrаntе оu plutôt dédаignеusе dеs mаuх...» (Сrоs)

De Τhundеrbird sur «Sасrés соtеаuх, еt vоus sаintеs ruinеs...» (Du Βеllау)

De Αrаmis sur Guitаrе : «Gаstibеlzа, l’hоmmе à lа саrаbinе...» (Hugо)

De Αrаmis sur Stаnсеs à Μаrquisе (Соrnеillе)

De piсh24 sur Ρhilis dаnsе lа Sаrаbаndе (Sсudérу)

De Rоlаnd Βасri sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе