Antoine de Bertin

Les Amours, 1780


À Eucharis


 
      Qui t’aimera jamais comme je t’aime ?
      Dans tes yeux seuls qui mettra son bonheur ?
              Reviens, ô mon bien suprême ;
      Entre mes bras abjure ton erreur ;
              Reviens, crois-moi : mon visage
              N’est point si changé du temps.
      Vois sur mon front ces cheveux bruns flottants :
      De la vieillesse ont-ils senti l’outrage ?
              Ne rougis point de mon âge ;
      Je compte à peine un lustre après vingt ans.
Je suis cher à Vénus, cher au dieu de la Thrace ;
Au milieu des festins je bois le vin mousseux ;
Émule de Chapelle, et disciple d’Horace,
              Parfois son luth, avec grâce,
      A retenti sous mes doigts paresseux.
Qui sait mieux, à pas lents, dans une nuit obscure,
Chercher furtivement l’objet de ses désirs,
Déposer des baisers sans le moindre murmure,
Et varier, suspendre, ou hâter les plaisirs ?
Tu pleureras un jour ta rigueur imprudente ;
De mon amour, trop tard, tu connaîtras le prix.
Dès demain, dès ce soir, mon âme indépendante
      Peut châtier tes superbes mépris.
      Déjà, déjà vingt beautés dans Paris
      M’offrent leur cœur, et briguent ma tendresse.
      J’en sais même une, ô ma belle maîtresse,
Qui se vante tout haut d’être mon Eucharis.
      Reviens, avant qu’une étrangère,
Près de moi, vers minuit, se glisse entre deux draps,
Et sur mon lit défait, en chemise légère,
Le lendemain matin repose dans mes bras.
Oui, reviens : à ce prix, ma compagne adorable,
Ton ami se soumet à la plus dure loi ;
      Et si jamais il ose devant toi
Louer, regarder même un seul objet aimable,
Puissent, le jour entier, dans tes yeux menaçants
Ses yeux chercher en vain le pardon qu’il implore,
Et ta porte, insensible à ses cris gémissants,
          Ne point s’ouvrir avant l’aurore !
      Songes-y bien, la coupable beauté
      Que nul amant n’a pu trouver constante,
      Dans son automne expiant sa fierté,
      Seule en un coin, plaintive et gémissante,
      À la lueur d’une lampe mourante,
      Conduit l’aiguille, ou d’une main tremblante
Tourne un fuseau de ses pleurs humecté.
      En la voyant, la maligne jeunesse
          Triomphe, et rit de sa douleur.
          L’amour, armé d’un fouet vengeur,
De désirs impuissants tourmente sa vieillesse :
Elle implore Vénus ; mais la fière déesse
Détourne ses regards, et lui répond sans cesse,
          Qu’elle a mérité son malheur.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu sеignеur Сhristоphlе Ρlаntin (Lе Fèvrе dе Lа Βоdеriе)

De Сосhоnfuсius sur Lа Βlаnсhе Νеigе (Αpоllinаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Vа pаr lеs саrrеfоurs dеs plасеs désоléеs...» (Сhаssignеt)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе