Antoine de Bertin

Les Amours, 1780



Elle est à moi ! Divinités du Pinde,
De vos lauriers ceignez mon front vainqueur.
Elle est à moi ! que les maîtres de l’Inde
Portent envie au maître de son cœur.
Sous ses rideaux j’ai surpris mon amante.
Quel fut mon trouble et mon ravissement !
Elle dormait ; et sa tête charmante
Sur ses deux mains reposait mollement.
Pendant l’été, vous savez trop comment
Des feux d’amour le feu des nuits s’augmente.
Pour reposer on cherche alors le frais ;
La pudeur même, aux mouvements discrets,
Entre deux draps s’agite, se tourmente,
Et de leur voile affranchit ses attraits.
Sans le savoir, ainsi ma jeune amie
S’exposait nue aux yeux de son amant ;
Et moi, saisi d’un doux frémissement,
Dans cet état la trouvant endormie,
(Je l’avouerai) j’oubliai mon serment.
Oh ! qui pourrait, dans ces instants d’ivresse,
Se refuser un si léger larcin ?
Quel cœur glacé peut revoir sa maîtresse,
Ou la quitter, sans baiser son beau sein ?
Non ! je n’ai point ce courage barbare ;
L’amant aimé doit donner des plaisirs ;
L’enfer attend ce possesseur avare,
Toujours brûlé d’inutiles désirs.
Puisse souvent la beauté que j’adore,
Nue à mes yeux imprudemment s’offrir !
Je veux encor de baisers la couvrir,
Quand je devrais la réveiller encore.
Dieux ! quel réveil ! mon cœur bat d’y songer.
Son œil troublé n’avait rien de farouche ;
Elle semblait quelquefois s’affliger,
Et le reproche expirait sur sa bouche.
Déjà l’Amour est prêt à nous unir :
J’essaie encor de me détacher d’elle ;
De ses deux bras je me sens retenir :
On crie, on pleure, on me nomme infidèle.
À ce seul mot, il fallut revenir.
« Ah ! qu’as-tu fait, lui dis-je alors, mon âme ?
« Je meurs d’amour : cruelle, qu’as-tu fait ?
« De tes beaux yeux, de ces yeux pleins de flamme,
« Voilà pourtant l’inévitable effet.
« Pourquoi poser ta tête languissante
« Contre ce cœur ému de tes accents ?
« Pourquoi cent fois, de ta main caressante,
« Au doux plaisir solliciter mes sens ?
« Un seul baiser — quand ta bouche vermeille
« Le poserait avec plus de douceur
« Que ne le donne et le frère à la sœur,
« Et l’époux tendre à son fils qui sommeille —
« Un seul baiser de ta bouche vermeille
« Suffit hélas ! pour troubler ma raison.
« Pourquoi mêler à son fatal poison
« Ce trait brûlant qui de mes sens dispose,
« Les fait renaître et mourir tour-à-tour ;
« Ce trait caché dans tes lèvres de rose,
« Et sur tes dents aiguisé par l’amour ?
« Oui, je succombe à ma langueur extrême ;
« Je suis contraint de hâter mon bonheur :
« Mais à tes pieds ton modeste vainqueur
« Veut t’obtenir aujourd’hui de toi-même.
« Viens, Eucharis ; au nom de tous nos Dieux,
« À ton amant livre-toi toute entière.
« Dans ton alcove un jour délicieux
« Répand sur nous et l’ombre et la lumière :
« Si tu rougis de céder la première,
« Dis... ne dis rien, et détourne les yeux. »
Elle se tut : ô fortuné présage !
L’Amour survint ; la Pudeur s’envola.
Elle se tut ; mais son regard parla.
Du sentiment elle perdit l’usage ;
Ses yeux mourants s’attachèrent sur moi.
« Ah ! » me dit-elle, en couvrant son visage
De ses deux mains, « Eucharis est à toi. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Βаstосhе

Hugо : Lе Dоigt dе lа fеmmе

*** : «Lе pаuvrе lаbоurеur...»

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Grévin : Villаnеsquе

*** : Lе Grаnd Соmbаt dе Lеса соntrе Μаndа pоur lеs bеаuх уеuх dе Саsquе d’Οr

Ρоnсhоn : Smоking

Сrоs : Βаllаdе dе lа ruinе

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Jаmmеs : Lе vеnt tristе

☆ ☆ ☆ ☆

Vеrhаеrеn : Un sоir : «Αvес lеs dоigts dе mа tоrturе...»

Hugо : «Jе prеndrаi pаr lа mаin...»

Vеrhаеrеn : Αrt flаmаnd

Villоn : Βаllаdе [du соnсоurs dе Βlоis]

Déguignеt : «С’еst à vоus, mеs éсrits, qu’аuјоurd’hui је m’аdrеssе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Du Βеllау : «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...»

Ρrivаt d’Αnglеmоnt : À Yvоnnе Ρеn-Μооr

Lаfоrguе : Μеttоns lе dоigt sur lа plаiе

Cоmmеntaires récеnts

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Jаdis sur À lа Βаstосhе (Βruаnt)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Jаdis sur Lеs Βеrgеrs (Hеrеdiа)

De Jаdis sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сосhоnfuсius sur «Μаintеnаnt qu’un аir dоuх nоus rаmènе un bеаu јоur...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt dе l’аmоur sаns phrаsеs (Ρоnсhоn)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De ΒiΒpаtаpоuètе sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Μеillеur trаduсtеur sur Lе Βоis аmiсаl (Vаlérу)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De аrаmis sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе