Antoine de Bertin


L’Absence


 
L’astre brillant des nuits a fini sa carrière.
Je n’entends plus de chars ni de sourdes clameurs ;
Le calme règne au loin dans la nature entière ;
Tout dort ; le jaloux même a fermé sa paupière :
Et moi, je veille ; et moi, je verse encor des pleurs.
Voici l’heure paisible où l’esclave fidèle
Au chevet d’Eucharis me guidait par la main ;
Voici l’heure où, trompant un époux inhumain,
J’entrouvrais ses rideaux, et me glissais près d’elle.
En y songeant encore, immobile et tremblant
J’écoute : un rien accroît ma frayeur attentive ;
Et, pressant dans mes bras un oreiller brûlant,
Je crois encor presser mon amante craintive.
Fantômes amoureux, pourquoi me trompez-vous ?
Eucharis est absente, Eucharis m’est ravie ;
Eucharis, loin de moi, vers un ciel en courroux
Lève un front suppliant, et déteste la vie.
On dit qu’en s’éloignant, ses yeux pleins de langueur
Redemandaient aux Dieux l’objet de sa tendresse.
Périsse le premier dont l’injuste rigueur
A séparé l’amant de sa jeune maîtresse !
L’onde caresse en paix ses rivages chéris ;
Le lierre croît et meurt sur l’écorce du chêne ;
L’ormeau ne quitte point la vigne qui l’enchaîne :
Pourquoi faut-il toujours qu’on m’enlève Eucharis ?
Cher et cruel objet de plaisirs et d’alarmes,
Toi, qu’un père autrefois me défendit d’aimer,
Rappelle-toi combien tu m’as coûté de larmes !
Ah ! garde-moi ton cœur ; conserve-moi ces charmes
Que l’amour pour moi seul se plaisait à former,
Et qu’un barbare, hélas ! retient en sa puissance.
L’art d’écrire est, dit-on, l’art de tromper l’absence.
Écris-moi : tu le peux à la faveur des nuits.
Peins-moi ton désespoir et tes mortels ennuis.
Par le plus tendre amour que tes lignes tracées
Arrêtent mes regards, de tes pleurs effacées.
Crains d’oublier, surtout, en pliant le feuillet,
Ce cercle ingénieux qu’inventa ma tendresse,
Ce cercle où mille fois ta bouche enchanteresse
Déposa des baisers, qu’avec bien plus d’adresse,
Tout entiers, loin de toi, la mienne recueillait.
Un jour, peut-être, un jour, ô ma tant douce amie !
Quand la fidèle Oenone ouvrira tes volets,
Et qu’un songe amoureux, te présentant mes traits,
Fera couler l’espoir dans ton âme attendrie,
J’entrerai tout d’un coup sans me faire annoncer ;
Je paraîtrai tomber du céleste empyrée.
Du lit alors, pieds nus, légère à t’élancer,
Si, les cheveux épars, incertaine, égarée,
Tu cours, les bras tendus, à mon cou t’enlacer,
Mes vers du monde entier t’assurent les hommages ;
Vénus aura perdu ses honneurs immortels ;
Et les amants en foule, embrassant tes autels,
De lilas et de fleurs orneront tes images.
 

Les Amours, 1780

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sur un hôtе dоutеuх (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur Βlаsоn сélеstе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе