Antoine de Bertin



Quand je perdais les plus beaux de mes jours
Si doucement aux pieds de ma maîtresse,
J’imaginais dans ma crédule ivresse,
Qu’un tel bonheur devait durer toujours.
« Qu’importe, hélas ! me disais-je à moi-même,
« Que le temps vole ? il doit peu m’alarmer.
« Après mille ans peut-on cesser d’aimer
« Ce qu’une fois éperdument on aime ?
« Quand j’aurai vu, moins bouillant dans mes vœux,
« S’évanouir les erreurs du bel âge,
« Et que mon front, dégarni de cheveux,
« M’avertira qu’il est temps d’être sage,
« Rendu pour lors à mes premiers penchants,
« J’irai, j’irai, loin du monde volage,
« De mes aïeux cultiver l’héritage,
« Tondre ma vigne, et labourer mes champs.
« Dans mon foyer ma compagne fidèle,
« Mon Eucharis, viendra donner des lois ;
« Le doux ramier reconnaîtra sa voix,
« Et mes agneaux bondiront autour d’elle.
« Elle saura, dans la saison nouvelle,
« Porter des fleurs au jeune dieu des bois :
« Elle saura, puissant fils de Sémèle,
« T’offrir les dons du plus riche des mois,
« Et surcharger ta couronne immortelle
« D’un raisin mûr qui rougira ses doigts.
« Mon Eucharis fermera ma paupière :
« Oui ! je mourrai dans ses embrassements ;
« Et là, sans pompe, un jour la même pierre
« Sous des cyprès unira deux amants. »
 
Je le disais. Quelle erreur insensée,
Quel fol espoir enivrait ma pensée !
Les vents hélas ! en tourbillons fougueux
Sur l’océan ont emporté mes vœux.
Mon Eucharis est trompeuse et parjure.
Qu’ai-je donc fait ? et quelle est son injure ?
Ai-je un seul jour, négligeant ses attraits,
À ses beaux yeux coûté de tristes larmes ?
Ai-je, la nuit, dans des festins secrets,
Par mes clameurs ou mes chants indiscrets,
En l’éveillant, excité ses alarmes ?
Dans mon malheur si j’ai pu l’offenser,
Je cours m’offrir à sa main vengeresse :
De tout mon sang je suis près d’effacer
Les pleurs jaloux qu’a versés sa tendresse.
Mais tremble, ô toi qui ris de mon tourment ;
Tremble : l’amour t’en réserve un terrible.
Censeur malin, crains cet arc invincible,
Qui d’un seul coup frappe et venge un amant.
Pour avoir ri des maux de la jeunesse,
À ses chagrins pour avoir insulté,
Que d’imprudents j’ai vus, dans leur vieillesse,
Tendre leurs mains aux fers de la beauté,
Balbutier un aveu ridicule,
Se parfumer, parer leurs cheveux blancs,
Et, tout transis au pied d’un vestibule,
De leur martyre amuser les passants !
Ah ! si je puis, revoyant l’inhumaine,
Seule un instant du moins l’entretenir,
À ses genoux si le sort me ramène,
Peut-être hélas ! mes tourments vont finir.
Mon Eucharis connaîtra ma tendresse ;
Elle craindra de me désespérer.
Heureux l’amant, quitté de sa maîtresse,
Qui la rencontre, et qu’elle voit pleurer !
 

Les Amours, 1780

Commentaire(s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Εh ! quе tе sеrs, аmоur, dе mе lаnсеr dеs trаits ?...»

Dеshоulièrеs : Stаnсеs : «Αgréаblеs trаnspоrts qu’un tеndrе аmоur inspirе...»

Αntоinеttе Dеshоulièrеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Sеrrеs еt lеs Βоis

☆ ☆ ☆ ☆

Αpоllinаirе : Dаmе à lа sеrvаntе

Rоllinаt : Lа Grаndе Саsсаdе

Rоllinаt : Vаpеurs dе mаrеs

Μоlièrе : Stаnсеs gаlаntеs : «Sоuffrеz qu’Αmоur...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

Du Βеllау : «Vоуаnt l’аmbitiоn, l’еnviе еt l’аvаriсе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Αstrеs сruеls, еt vоus diеuх inhumаins...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lа Sоurсе (Gаlоу)

De Сосhоnfuсius sur Αutоmnе (Sаmаin)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Diеu qui vоis сеttе rоuе ехéсrаblе...» (Vеrmеil)

De Lа Fаisаnе sur Lа Соlоmbе pоignаrdéе (Lеfèvrе-Dеumiеr)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Сhаrlus Ρоpulаirе sur Viеuх mаrin, viеil аrtistе (Ρоpеlin)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе