Antoine de Bertin



Quand je perdais les plus beaux de mes jours
Si doucement aux pieds de ma maîtresse,
J’imaginais dans ma crédule ivresse,
Qu’un tel bonheur devait durer toujours.
« Qu’importe, hélas ! me disais-je à moi-même,
« Que le temps vole ? il doit peu m’alarmer.
« Après mille ans peut-on cesser d’aimer
« Ce qu’une fois éperdument on aime ?
« Quand j’aurai vu, moins bouillant dans mes vœux,
« S’évanouir les erreurs du bel âge,
« Et que mon front, dégarni de cheveux,
« M’avertira qu’il est temps d’être sage,
« Rendu pour lors à mes premiers penchants,
« J’irai, j’irai, loin du monde volage,
« De mes aïeux cultiver l’héritage,
« Tondre ma vigne, et labourer mes champs.
« Dans mon foyer ma compagne fidèle,
« Mon Eucharis, viendra donner des lois ;
« Le doux ramier reconnaîtra sa voix,
« Et mes agneaux bondiront autour d’elle.
« Elle saura, dans la saison nouvelle,
« Porter des fleurs au jeune dieu des bois :
« Elle saura, puissant fils de Sémèle,
« T’offrir les dons du plus riche des mois,
« Et surcharger ta couronne immortelle
« D’un raisin mûr qui rougira ses doigts.
« Mon Eucharis fermera ma paupière :
« Oui ! je mourrai dans ses embrassements ;
« Et là, sans pompe, un jour la même pierre
« Sous des cyprès unira deux amants. »
 
Je le disais. Quelle erreur insensée,
Quel fol espoir enivrait ma pensée !
Les vents hélas ! en tourbillons fougueux
Sur l’océan ont emporté mes vœux.
Mon Eucharis est trompeuse et parjure.
Qu’ai-je donc fait ? et quelle est son injure ?
Ai-je un seul jour, négligeant ses attraits,
À ses beaux yeux coûté de tristes larmes ?
Ai-je, la nuit, dans des festins secrets,
Par mes clameurs ou mes chants indiscrets,
En l’éveillant, excité ses alarmes ?
Dans mon malheur si j’ai pu l’offenser,
Je cours m’offrir à sa main vengeresse :
De tout mon sang je suis près d’effacer
Les pleurs jaloux qu’a versés sa tendresse.
Mais tremble, ô toi qui ris de mon tourment ;
Tremble : l’amour t’en réserve un terrible.
Censeur malin, crains cet arc invincible,
Qui d’un seul coup frappe et venge un amant.
Pour avoir ri des maux de la jeunesse,
À ses chagrins pour avoir insulté,
Que d’imprudents j’ai vus, dans leur vieillesse,
Tendre leurs mains aux fers de la beauté,
Balbutier un aveu ridicule,
Se parfumer, parer leurs cheveux blancs,
Et, tout transis au pied d’un vestibule,
De leur martyre amuser les passants !
Ah ! si je puis, revoyant l’inhumaine,
Seule un instant du moins l’entretenir,
À ses genoux si le sort me ramène,
Peut-être hélas ! mes tourments vont finir.
Mon Eucharis connaîtra ma tendresse ;
Elle craindra de me désespérer.
Heureux l’amant, quitté de sa maîtresse,
Qui la rencontre, et qu’elle voit pleurer !
 

Les Amours, 1780

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Vоus qui rеtоurnеz du Саthаi...»

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...» (Μаgnу)

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе