Aloysius Bertrand

Gaspard de la nuit, 1842


Les Grandes Compagnies (1364)


 

Urbem ingredientur, per muros  current, domos conscendent, per fenestras intrabunt quasi fur.
Le Prophète Joël, chap. II, v. 9

I

 

Quelques maraudeurs, égarés dans les bois, se chauffaient à un feu de veille, autour duquel s’épaississaient la ramée, les ténèbres et les fantômes.

 

« Oyez la nouvelle ! dit un arbalétrier. Le roi Charles cinquième nous dépêche messire Bertrand du Guesclin avec des paroles d’appointement ; mais on n’englue pas le diable comme un merle à la pipée. »

 

Ce ne fut qu’un rire dans la bande, et cette gaîté sauvage redoubla encore, lorsqu’une cornemuse qui se désenflait pleurnicha comme un marmot à qui perce une dent.

 

« Qu’est ceci ? répliqua enfin un archer, n’êtes-vous pas las de cette vie oisive ? Avez-vous pillé assez de châteaux, de monastères ? Moi je ne suis ni soûl, ni repu. Foin de Jacques d’Arquiel, notre capitaine ! — Le loup n’est plus qu’un lévrier. — Et vive messire Bertrand du Guesclin, s’il me soudoie à ma taille et me rue par les guerres !

 

Ici la flamme des tisons rougeoya et bleuit, et les faces des routiers bleuirent et rougeoyèrent. Un coq chanta dans une ferme.

 

« Le coq a chanté et saint Pierre a renié Notre-Seigneur ! » marmotta l’arbalétrier en se signant.

 

 

II

 

« Noël ! Noël ! Par ma gaine, il pleut des carolus !

 

— Je vous en baillerai à chacun une boisselée !

 

— Point de gab ?

 

— Foi de chevalerie !

 

— Et qui vous baillera, à vous, si grosse chevance ?

 

— La guerre.

 

— Où ?

 

— En Espagnes. Mécréants y remuent l’or à la pelle, y ferrent d’or leurs hacquenées. Le voyage vous duit-il ? Nous rançonnerons au pourchas les Maures qui sont des Philistins !

 

— C’est loin, messire, les Espagnes !

 

— Vous avez des semelles à vos souliers.

 

— Cela ne suffit pas.

 

— Les argentiers du roi vous compteront cent mille florins pour vous bouter le cœur au ventre.

 

— Tope ! nous rangeons autour des fleurs de lys de votre bannière la branche d’épine de nos bourguignotes. Que ramage la ballade ?

 

Oh ! du routier

Le gai métier !

 

— Eh bien ! vos tentes sont-elles abattues ? vos basternes sont-elles chargés ? Décampons. — Oui, mes soudrilles, plantez ici à votre départ un gland, il sera, à votre retour, un chêne ! »

 

Et l’on entendait aboyer les meutes de Jacques d’Arquiel qui courait le cerf à mi-côte.

 

 

III

 

Les routiers étaient en marche, s’éloignant par troupes, l’haquebutte sur l’épaule. Un archer se querellait à l’arrière-garde avec un juif.

 

L’archer leva trois doigts.

 

Le juif en leva deux.

 

L’archer lui cracha au visage.

 

Le juif essuya sa barbe.

 

L’archer leva trois doigts.

 

Le juif en leva deux.

 

L’archer lui détacha un soufflet.

 

Le juif leva trois doigts.

 

« Deux carolus ce pourpoint, larron ! s’écria l’archer.

 

— Miséricorde ! en voici trois, s’écria le juif. »

 

C’était un magnifique pourpoint de velours broché d’un cor de chasse d’argent sur les manches. Il était troué et sanglant.

 


Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Hugо : À Viаndеn

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Sаint-Ρоl-Rоuх : L’Éсhо dе lа саvеrnе

Vеrhаеrеn : Lе Vеnt

Hеrеdiа : Épigrаmmе funérаirе

Vеrlаinе : «Lе sоlеil du mаtin dоuсеmеnt сhаuffе еt dоrе...»

Hugо : «Τоus lеs bаs âgеs sоnt épаrs...»

Саrсо : Ρlаintе

Μоréаs : «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...»

Viviеn : Сhаir dеs сhоsеs

☆ ☆ ☆ ☆

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Lаfоrguе : Lеs Αmоurеuх

Rоnsаrd : «Dеdаns lеs flоts d’Αmоur је n’аi pоint dе suppоrt...»

Νоаillеs : Lа Сité nаtаlе

Sаintе-Βеuvе : «Dаns l’îlе Sаint-Lоuis, lе lоng d’un quаi désеrt...»

Соppéе : Lа Fаmillе du mеnuisiеr

Riсhеpin : Dаb

Klingsоr : Lе Ρоmmiеr tоrdu

Соppéе : Ρériоdе élесtоrаlе

Οrléаns : «Ρlus pеnsеr quе dirе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоus qui аuх bоis, аuх flеuvеs, аuх саmpаignеs...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Lе rоу s’еn еst аllé...» (Sсаrrоn)

De Jаdis sur «Lа plus bеllе dеs trоis sеrа...» (Μаrоt)

De Сосhоnfuсius sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Jоhаnn sur L’Éсhо dе lа саvеrnе (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Jаdis sur Lа Rоnсе еt lе sеrpеnt (Rоllinаt)

De Jаdis sur Villаnеllе du vеr dе tеrrе (Rоllinаt)

De Égо Viсtоr sur «Lаissе dе Ρhаrаоn lа tеrrе Égуptiеnnе...» (Rоnsаrd)

De Сurаrе- sur «Νоus nе fаisоns lа соur аuх fillеs dе Μémоirе...» (Du Βеllау)

De Μаriаnnе sur «Jе sоngе à се villаgе аssis аu bоrd dеs bоis...» (Μоréаs)

De Ιо Kаnааn sur Ρériоdе élесtоrаlе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Ιо Kаnааn sur Αrums dе Ρаlеstinе (Viviеn)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе