Aloysius Bertrand

Gaspard de la nuit, 1842


Scarbo


 

Il regarda sous le lit, dans la cheminée, dans le bahut ; — personne. Il ne put comprendre par où il s’était introduit, par où il s’était évadé.
HOFFMANN. — Contes nocturnes.

Oh ! que de fois je l’ai entendu et vu, Scarbo, lorsqu’à minuit la lune brille dans le ciel comme un écu d’argent sur une bannière d’azur semée d’abeilles d’or !

 

Que de fois j’ai entendu bourdonner son rire dans l’ombre de mon alcôve, et grincer son ongle sur la soie des courtines de mon lit !

 

Que de fois je l’ai vu descendre du plancher, pirouetter sur un pied et rouler par la chambre comme le fuseau tombé de la quenouille d’une sorcière.

 

Le croyais-je alors évanoui ? le nain grandissait entre la lune et moi, comme le clocher d’une cathédrale gothique, un grelot d’or en branle à son bonnet pointu !

 

Mais bientôt son corps bleuissait, diaphane comme la cire d’une bougie, son visage blémissait comme la cire d’un lumignon, — et soudain il s’éteignait.

 


Commentaire (s)
Déposé par Xptdr le 18 décembre 2013 à 15h07

Xptdr Xptdr

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par alphabet le 12 janvier 2014 à 23h50

Nuuuuuuuuul

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 13 janvier 2014 à 12h45

Au Paradis des Albatros
croissent aussi des gypaètes
Crois que leurs cris sont moins atroces
que ceux qu’y croassent plusieurs poètes...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par tagada le 3 février 2014 à 20h03

un jolie poeme

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par bencid le 12 mai 2014 à 20h33

je trouve que ce livre extrêmement ptdr.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 13 mai 2014 à 08h36

Jusqu’à l’âge de quatre ou cinq ans le J-poète
effectue une sorte de long voyage initiatique
au cours duquel il affronte de nombreux dangers
certains naturels, d’autres de la faute des humains

(remontées mécaniques,
câbles électriques,
tirs de fusils
poisons chimiques et biologiques).

Au terme de son voyage (maturité sexuelle), il commence
à se sédentariser, former un couple, construisant
une aire inaccessible qui pourra mesurer
plus de deux mètres de diamètre.

Les parades nuptiales des J-poètes, spectaculaires piqués à deux,
débutent entre octobre et février. La femelle pond un ou deux œufs
entre décembre et mars...Une cinquantaine de jours d’incubation,
un seul oisillon conservé (les parents n’en peuvent nourrir deux.)

L’envol du jeune s’effectue durant l’été.
En captivité on a vu vivre un J-poète
quarante-quatre ans mais en milieu naturel
leur longévité ne dépasse guère les trente z-années.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par gologolo le 30 novembre 2014 à 11h12

Cest vraiment chant le poete a du vraiment se faire chiez

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par cartier le 3 janvier 2015 à 14h27

je trouve se poème très dur a apprendre mais le poète a très bien utiliser les rime

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Clémence isaure le 14 janvier 2016 à 18h39

Dla pure merde mrc

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Simon Hoarau le 16 mars 2020 à 05h25

Scarbo a inspiré un morceau, véritable chef d’oeuvre de Ravel : Gaspard de la Nuit, qui contient également deux autres poèmes d’Aloysius, Ondine et Le Gibet. Plus je les lis, plus je comprends pourquoi cet aspect fantastique et irrationnel de ces poèmes l’a tant séduit.
Ces poèmes ont une ambiance unique, que je n’ai retrouvé dans aucun autre. Mais il en existe sûrement, je n’ai que de piètres connaissances en poésie !
Je vous encourage à aller lire Le Gibet, poème sombre, lent et morbide, et Ondine, personnellement mon préféré, où le thème de l’eau est développé tout le long du poème, doté d’une ambiance vibrionnante, et scintillante, où se mêle rêve et réalité, réel et surnaturel !
Et surtout, allez écouter les pièces qui en découlent ! Je vous conseillent l’interprétation de Lucas Debargue, absolument incroyable de justesse dans l’interprétation à mon sens.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе