Aloysius Bertrand

Gaspard de la nuit, 1842


Scarbo


 

Il regarda sous le lit, dans la cheminée, dans le bahut ; — personne. Il ne put comprendre par où il s’était introduit, par où il s’était évadé.
HOFFMANN. — Contes nocturnes.

Oh ! que de fois je l’ai entendu et vu, Scarbo, lorsqu’à minuit la lune brille dans le ciel comme un écu d’argent sur une bannière d’azur semée d’abeilles d’or !

 

Que de fois j’ai entendu bourdonner son rire dans l’ombre de mon alcôve, et grincer son ongle sur la soie des courtines de mon lit !

 

Que de fois je l’ai vu descendre du plancher, pirouetter sur un pied et rouler par la chambre comme le fuseau tombé de la quenouille d’une sorcière.

 

Le croyais-je alors évanoui ? le nain grandissait entre la lune et moi, comme le clocher d’une cathédrale gothique, un grelot d’or en branle à son bonnet pointu !

 

Mais bientôt son corps bleuissait, diaphane comme la cire d’une bougie, son visage blémissait comme la cire d’un lumignon, — et soudain il s’éteignait.

 


Commentaire (s)
Déposé par Xptdr le 18 décembre 2013 à 15h07

Xptdr Xptdr

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par alphabet le 12 janvier 2014 à 23h50

Nuuuuuuuuul

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 13 janvier 2014 à 12h45

Au Paradis des Albatros
croissent aussi des gypaètes
Crois que leurs cris sont moins atroces
que ceux qu’y croassent plusieurs poètes...

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par tagada le 3 février 2014 à 20h03

un jolie poeme

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par bencid le 12 mai 2014 à 20h33

je trouve que ce livre extrêmement ptdr.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 13 mai 2014 à 08h36

Jusqu’à l’âge de quatre ou cinq ans le J-poète
effectue une sorte de long voyage initiatique
au cours duquel il affronte de nombreux dangers
certains naturels, d’autres de la faute des humains

(remontées mécaniques,
câbles électriques,
tirs de fusils
poisons chimiques et biologiques).

Au terme de son voyage (maturité sexuelle), il commence
à se sédentariser, former un couple, construisant
une aire inaccessible qui pourra mesurer
plus de deux mètres de diamètre.

Les parades nuptiales des J-poètes, spectaculaires piqués à deux,
débutent entre octobre et février. La femelle pond un ou deux œufs
entre décembre et mars...Une cinquantaine de jours d’incubation,
un seul oisillon conservé (les parents n’en peuvent nourrir deux.)

L’envol du jeune s’effectue durant l’été.
En captivité on a vu vivre un J-poète
quarante-quatre ans mais en milieu naturel
leur longévité ne dépasse guère les trente z-années.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par gologolo le 30 novembre 2014 à 11h12

Cest vraiment chant le poete a du vraiment se faire chiez

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par cartier le 3 janvier 2015 à 14h27

je trouve se poème très dur a apprendre mais le poète a très bien utiliser les rime

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Clémence isaure le 14 janvier 2016 à 18h39

Dla pure merde mrc

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

Μаrоt : Dе sоi-mêmе

☆ ☆ ☆ ☆

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Ρоpеlin : Lеs Сеrisеs

Сrоs : Vеrtigе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αndrоmèdе аu mоnstrе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Jаdis sur Lа Ρаssаntе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Ρоurquоi pоur mоn mаlhеur еus-је l’œil si légеr ?...» (Durаnd)

De Сосhоnfuсius sur «Fоrtunе еnfin pitеusе à mоn tоurmеnt...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Répоnsе (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur «Lеntеmеnt, dоuсеmеnt, dе pеur qu’еllе sе brisе...» (Sаmаin)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе