Flaminio de Birague



 
Hélas ! mes tristes yeux sont changés en fontaines,
Qui versent non de pleurs mais de larmes de sang,
Et le trait dont Amour me transperça le sang
Augmente incessamment mes angoisseuses peines.
 
Toujours l’objet hideux de cent morts inhumaines
Se présente à mes yeux, et la Parque à son rang
Épouvante mon cœur, ne voyant point le blanc
À qui tendraient hélas ! mes espérances vaines.
 
Le soir, dessus mon toit, les funèbres oiseaux
Annoncent mon trépas et les malheurs nouveaux
Que je vois jà tomber sur mon chef misérable.
 
Au moins puisque le sort cruel et inhumain
Avance mon trépas, mourrussè-je en son sein,
Suçant le vif coral de sa bouche agréable !
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 24 janvier 2020 à 13h42

Ô Captain ! mon Captain !
-----------------------------------

Mourrussè-je ! dit-il, en son ultime haleine,
Tandis que fleurissaient les gouttes de son sang
Sur le pont tourmenté : en un mot comme en cent,
Ô cœur ! tout froid et mort gisait mon Capitaine.

S’il rêva dans la grotte où nage la sirène,
Les drapeaux désormais lui sont indifférents ;
Et les cloches aussi, et le petit vin blanc
Qu’il s’accordait les jours de chasse à la baleine.

Sur le navire en deuil, de funèbres oiseaux
Tournent, examinant peut-être ce que vaut
Pour un vieux loup de mer ce trépas misérable.

Héroïque skipper ! Sort cruel, inhumain !
Il dort tout mourrussé au milieu des oursins
Et suce le coral dans les flots insondables.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 septembre 2021 à 12h28

Pont du Coq de Pierre
--------

Des deux côtés du pont sont de belles fontaines
Qui chantent leur chanson lorsque le soir descend ;
Un vagabond qui voit le ciel couleur de sang
Ralentit quelque peu sa démarche incertaine.

Qu’importe la rumeur de la ville inhumaine,
La peine et le tracas s’en vont dans le courant ;
L’errant, comme cette eau, devient indifférent,
Cessant d’entretenir des espérances vaines.

Comme un amant comblé pardonne à ses rivaux,
Le marcheur veut aller vers un monde nouveau ;
Ici la rivière est aisément franchissable.

Une muse, sans bruit, prend le même chemin,
Sur l’épaule du gars venant poser sa main ;
Son corps, me semble-t-il, n’est plus insaisissable.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 6 septembre 2021 à 22h10


La plume-paille à la fontaine
Capte un brin du flux qui descend ;
Quand un mot passe dans le sang,
C’est pour inspirer l’âme humaine.

Ce jeu de forces incertaines,
Tant il implique d’éléments,
Trouve lieu nul ne sait comment ;
Un petit bonheur s’y promène.

… Serait-ce un programme pivot
Entre le coeur et le cerveau
Qui zippe un tunnel malléable ?...

La muse rit de l’examen !
Et pour me montrer le chemin,
Fait rouler ses dés sur la table.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz