Flaminio de Birague



 
Hélas ! mes tristes yeux sont changés en fontaines,
Qui versent non de pleurs mais de larmes de sang,
Et le trait dont Amour me transperça le sang
Augmente incessamment mes angoisseuses peines.
 
Toujours l’objet hideux de cent morts inhumaines
Se présente à mes yeux, et la Parque à son rang
Épouvante mon cœur, ne voyant point le blanc
À qui tendraient hélas ! mes espérances vaines.
 
Le soir, dessus mon toit, les funèbres oiseaux
Annoncent mon trépas et les malheurs nouveaux
Que je vois jà tomber sur mon chef misérable.
 
Au moins puisque le sort cruel et inhumain
Avance mon trépas, mourrussè-je en son sein,
Suçant le vif coral de sa bouche agréable !
 

Commentaire (s)
Déposé par Jadis le 24 janvier 2020 à 13h42

Ô Captain ! mon Captain !
-----------------------------------

Mourrussè-je ! dit-il, en son ultime haleine,
Tandis que fleurissaient les gouttes de son sang
Sur le pont tourmenté : en un mot comme en cent,
Ô cœur ! tout froid et mort gisait mon Capitaine.

S’il rêva dans la grotte où nage la sirène,
Les drapeaux désormais lui sont indifférents ;
Et les cloches aussi, et le petit vin blanc
Qu’il s’accordait les jours de chasse à la baleine.

Sur le navire en deuil, de funèbres oiseaux
Tournent, examinant peut-être ce que vaut
Pour un vieux loup de mer ce trépas misérable.

Héroïque skipper ! Sort cruel, inhumain !
Il dort tout mourrussé au milieu des oursins
Et suce le coral dans les flots insondables.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 septembre 2021 à 12h28

Pont du Coq de Pierre
--------

Des deux côtés du pont sont de belles fontaines
Qui chantent leur chanson lorsque le soir descend ;
Un vagabond qui voit le ciel couleur de sang
Ralentit quelque peu sa démarche incertaine.

Qu’importe la rumeur de la ville inhumaine,
La peine et le tracas s’en vont dans le courant ;
L’errant, comme cette eau, devient indifférent,
Cessant d’entretenir des espérances vaines.

Comme un amant comblé pardonne à ses rivaux,
Le marcheur veut aller vers un monde nouveau ;
Ici la rivière est aisément franchissable.

Une muse, sans bruit, prend le même chemin,
Sur l’épaule du gars venant poser sa main ;
Son corps, me semble-t-il, n’est plus insaisissable.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Ada en Héraldie le 6 septembre 2021 à 22h10


La plume-paille à la fontaine
Capte un brin du flux qui descend ;
Quand un mot passe dans le sang,
C’est pour inspirer l’âme humaine.

Ce jeu de forces incertaines,
Tant il implique d’éléments,
Trouve lieu nul ne sait comment ;
Un petit bonheur s’y promène.

… Serait-ce un programme pivot
Entre le coeur et le cerveau
Qui zippe un tunnel malléable ?...

La muse rit de l’examen !
Et pour me montrer le chemin,
Fait rouler ses dés sur la table.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βеllеаu : «Dоuсе еt bеllе bоuсhеlеttе...»

Fiеfmеlin : «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...»

Сосtеаu : Βаttеriе

Μilоsz : Lе Соnsоlаtеur

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lа mеr еst infiniе еt mеs rêvеs sоnt fоus...»

Vеrlаinе : Сrоquis pаrisiеn

Fоurеst : Sоuvеnir оu аutrе rеpаs dе fаmillе

Μаgnу : «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Régniеr : Épitаphе

☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Quеlquеfоis, аprès dеs ébаts pоlis...»

Hugо : «Jеunеs gеns, prеnеz gаrdе аuх сhоsеs quе vоus ditеs...»

Τаilhаdе : Сhоrègе

Dеspоrtеs : «Rесhеrсhе qui vоudrа lеs аppаrеnts hоnnеurs...»

Μеndès : Sоrоr dоlоrоsа

Rоnsаrd : «Μignоnnе, lеvеz-vоus, vоus êtеs pаrеssеusе...»

Hауеm-Grеgh : Jеunеs fillеs

Fоurеst : Βаllаdе еn l’hоnnеur dе lа fаmillе Τrоulоуаuх

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Sоuvеnir vаguе (Rоstаnd)

De Сосhоnfuсius sur Sur lа mоrt dе sа sœur rеligiеusе (Μаllеvillе)

De Jаdis sur «Hоmèrе аvаit un сhiеn. Hоmèrе, је suppоsе...» (Jаmmеs)

De Сосhоnfuсius sur D’unе dаmе јоuаnt du luth (Αuvrау)

De Jаdis sur «Un јоur је vis, dеbоut аu bоrd dеs flоts mоuvаnts...» (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μоussе (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Ô fоrmе quе lеs mаins...» (Viviеn)

De Сurаrе- sur Épitаphе (Νоuvеаu)

De Сurаrе- sur Μаzurkа (Νеlligаn)

De Τhundеrbird sur «Dе vоir mignоn du Rоi un соurtisаn hоnnêtе...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Τhundеrbird sur Sur l’аrс-еn-сiеl (Drеlinсоurt)

De Τhundеrbird sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Hélаs ! mеs tristеs уеuх sоnt сhаngés еn fоntаinеs...» (Βirаguе)

De Сhristiаn sur Αu lесtеur (Μurgеr)

De Αrсhivistе sur Lе Μénétriеr (Μеrrill)

De Vinсеnt sur Μаlgré tоut (Сrоs)

De Αdа еn Hérаldiе sur Αntоinе еt Сléоpâtrе (Hеrеdiа)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lе Суgnе (Vаlérу)

De Un аutrе fаbulistе sur Lе Соrbеаu еt lе Rеnаrd (Lа Fоntаinе)

De Εsprit dе сеllе sur «À lа nuе ассаblаntе tu...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz