Flaminio de Birague



Je n’écris pas, Madame, afin que ma mémoire
S’éternise en mes vers, ni pour dresser soudain
Quelque fameux trophée, où d’un orgueil hautain
Je laisse marque en fin de quelque peu de gloire.
 
Non, non, je n’écris point sinon pour faire croire
À vos beaux yeux que j’aime & que j’adore en vain,
Combien leur trait meurtrier cruel & inhumain
Met de peine en mon âme en sa brave victoire.
 
Je vous offre ces vers que l’extrême rigueur
De mes maux renaissants tire à force du cœur,
Que j’immole sans fin à vos beautés suprêmes.
 
Prenez doncques ce don, Madame, humainement,
Que si j’ose indiscret voler trop hautement,
Blâmez-en vos beaux yeux qui m’y forcent eux-mêmes.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 5 juin 2016 à 19h36

Ouroboros mutiprise
----------------------

Multiple ouroboros, de joyeuse mémoire,
À peine le voit-on, qu’il s’avale soudain,
Ne laissant que son rire, et son regard hautain,
Forcé de disparaître à son heure de gloire.

Je l’ai souvent décrit, nul n’a voulu me croire,
Je vous l’ai dessiné, mais ce fut bien en vain,
Je faisais tout cela pour qu’il vous en souvînt,
Mais non, votre bon sens remporta la victoire.

J’avais mis dans mon texte une telle rigueur,
Je m’étais appliqué, aussi, de tout mon coeur,
Je n’ai pu surmonter votre dédain suprême.

Mais bon, je ne vais pas vous en faire un roman,
Car mon récit, plutôt, finira simplement :
Je n’ai qu’à devenir ouroboros, moi-même.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 15 juillet 2017 à 15h17

Serpent démiurge
--------------------

Le serpent fit ce monde au gré de sa mémoire,
Il ne l’a pas bien fait, l’acte fut si soudain !
Il ne corrige rien, c’est un serpent hautain,
La retouche vaudrait offense pour sa gloire.

Il n’a jamais compris le sens du verbe «croire»,
Je lui ai précisé, mais ce fut bien en vain,
Je faisais tout cela pour qu’il lui en souvînt,
Mais non, son ignorance emporta la victoire.

J’avais, comme prophète, une telle rigueur
Que l’univers était appuyé sur mon coeur :
Je ne me prenais pas pour un être suprême.

Ceci est un sonnet, ce n’est pas un roman,
Et ce texte et ma vie finiront simplement,
Quand l’encrier se vide, on écrit tout de même.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 25 octobre 2017 à 11h55

Lord Smiling Bull
----------------

C’est un seigneur taureau de bovine mémoire ;
Il surprend son troupeau par des rires soudains,
Il peut rire d’un rien, son coeur n’est pas hautain,
Jamais, dans sa carrière, il n’a voulu la gloire.

Il cherche, en ses loisirs, le sens du verbe «croire»,
Il consulta Littré, mais ce fut bien en vain,
Ce fut trop compliqué pour qu’il lui en souvînt,
Donc, sa grande paresse emporta la victoire.

Le Seigneur Smiling Bull a bien peu de rigueur,
Tu ne trouveras rien de sévère en son coeur :
Il ne se prend donc pas pour un être suprême.

Jamais, du personnage, on ne fit un roman,
Mais il dort, puis il veille, ainsi, tout simplement,
Quand l’existence est vide, on survit tout de même.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

Siеfеrt : Rêvеs, аnхiétés, sоupirs

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Νеrvаl : Ρоlitiquе

Viviеn : Εllе pаssе

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Gérаrd : Lеs Саnаrds

Lесоntе dе Lislе : Ιn ехсеlsis

☆ ☆ ☆ ☆

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Sullу Ρrudhоmmе : Lеs Сhаînеs

Vеrlаinе : À Μоnsiеur еt Μаdаmе Τ.

Fаnсhу : Αllоns аu bоis

Rоllinаt : Lе Соnvоi funèbrе

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Αpоllinаirе : Εnfаnсе

Sаmаin : Lе Rеpаs prépаré

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Οr, dis-је biеn, mоn еspérаnсе еst mоrtе...» (Lа Βоétiе)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur «Сеllе quе Ρуrrhе еt lе Μаrs dе Libуе...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «L’еspоir luit соmmе un brin dе pаillе dаns l’étаblе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De сindrеl sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz