Augustine-Malvina Blanchecotte


Encore un chant, mon cœur !


 
Encore un chant, mon cœur ! d’un jour pur qui s’achève
                Recueillons le beau soir !
Que ma coupe tarie et qu’emplissait un rêve
                Soit l’urne et l’encensoir.
 
Qu’on y verse prodigue une goutte dernière !
                À mes derniers moments,
Je veux plonger encor mon âme tout entière
                Dans des ravissements.
 
Accourez, accourez, ô mes plus riants songes,
                Entourez-moi d’erreurs !
Que la réalité fasse place aux mensonges :
                Fuyez, vaines terreurs !
 
Ô cantiques chéris qui souleviez mon âme,
                Retentissez encor !
Ô feux dont je brûlais, rendez-moi votre flamme
                Aux rayonnements d’or !
 
Je veux, bercée aux flots d’une douce harmonie,
                Fixant l’horizon bleu,
Écouter une voix dont la note infinie
                Vibre partout : Mon Dieu !
 
Mon Dieu ! toi seul es tout ! en toi seul on respire
                Génie, amour et foi !
Voilà ton œil, ton souffle ! et l’âme qui soupire
                Est un écho de toi.
 
Pourquoi pleurer la vie, alors qu’elle est tranchée
                Au milieu de ses fleurs ?
De désillusion avant qu’on l’ait tachée,
                Avant le temps des pleurs !
 
Ô mon âme, endors-toi, souriante, enivrée !
                Crois au réveil divin !
Là tu t’élanceras, prophétique, inspirée,
                Dans l’espace sans fin.
 
Ou plutôt, comme aux jours de ton brûlant délire,
                Quand ton aile vibrait,
Répète les accords s’exhalant de ta lyre
                Au Dieu qui t’attirait.
 
Dans un double linceul, l’extase et la prière,
                Ensevelis ton chant !
Donne une larme à ceux demeurés en arrière
                Et qui vont trébuchant.
 
Dieu ! jette sur le pauvre un regard favorable !
                Qu’un destin moins cruel
Fasse adorer l’appui de ton bras secourable,
                Fasse croire à ton ciel !
 
Et vous infortunés, vous malheureux, mes frères,
                Du sort épouvantés,
Le courage ennoblit : viendront des jours prospères,
                Vos pleurs seront comptés !
 
Passagère sans nom sur l’océan du monde,
                Jeune je touche au port ;
Encore un chant, mon cœur ! l’esprit de Dieu m’inonde,
                Oh ! bien douce est la mort.
 

6 janvier 1831.

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеnsiоnnаirеs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz