Jean Bouchet


Chant royal sur la misère du corps humain


 
Le corps humain par nature produit
Qui est formé de très ville matière
Avant qu’il soit en ce monde introduit
Il est neuf mois en infecte letiere,
Puis il sort hors, sans foi qui soit entière
En gémissant et pleurant tendrement
Et qui pis est sujet à damnement
S’il ne pouvait le saint baptême attendre
Pour le péché d’Adam premier parent.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Cet enfançon nourriture poursuit
En attendant la mamelle à sa mère,
De son manger toute douleur ensuit
Car il ne l’a qu’en clameur très amère,
Et du surplus ce n’est qu’une chimère
Qui ne jouit de son entendement
Jusqu’à quinze ans n’a souci proprement
Et toutefois il craint la verge tendre,
Si joie il a deuil a conséquemment.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Sur les quinze ans il veut prendre déduit
Et passe-temps en joyeuse manière
Mais l’argent faut qui est le sauf-conduit
Des gaudisseurs, et d’amours la bannière
Par quoi douleur cet horde pautonnière
Navre le cœur de ce foul lourdement
Car il ne peut sans argent bonnement
Avoir la chose à laquelle il veut tendre
Et du courroux il prend finablement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Puis à trente ans commence à faire fruit,
En reculant folle jeunesse arrière.
À quarante ans s’il peut il acquiert bruit
Et bon renom sans demeurer derrière,
En ce faisant trouve mainte barrière
Qui de douleur lui donne abondamment,
L’un lui fait guerre et l’autre du tourment,
Et nuit et jour on lui voit peine prendre
S’il gagne il perd voire soudainement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
À soixante ans qu’il est en meurs instruit ;
Vieillesse vient qui santé lui enchère
Décrépitude, après, son corps détruit ;
Aller ne peut et ne vit qu’à renchère,
La mort le prend et son âme tant chère
Se part du corps en deuil piteusement :
Le corps pourrit et l’âme en jugement
Va devant Dieu de ses maux compte rendre.
Pour de bien prendre ou du mal payement
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Prince pensons que dès l’assemblement
De l’âme au corps jusqu’au définement
Les maux avons plus qu’on ne peut comprendre
Et ne savons qui aura sauvement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Сосhоnfuсius sur À lа mémоirе dе Zulmа (Соrbièrе)

De Сосhоnfuсius sur À unе Dаmе сréоlе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz