Jean Bouchet


Chant royal sur la misère du corps humain


 
Le corps humain par nature produit
Qui est formé de très ville matière
Avant qu’il soit en ce monde introduit
Il est neuf mois en infecte letiere,
Puis il sort hors, sans foi qui soit entière
En gémissant et pleurant tendrement
Et qui pis est sujet à damnement
S’il ne pouvait le saint baptême attendre
Pour le péché d’Adam premier parent.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Cet enfançon nourriture poursuit
En attendant la mamelle à sa mère,
De son manger toute douleur ensuit
Car il ne l’a qu’en clameur très amère,
Et du surplus ce n’est qu’une chimère
Qui ne jouit de son entendement
Jusqu’à quinze ans n’a souci proprement
Et toutefois il craint la verge tendre,
Si joie il a deuil a conséquemment.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Sur les quinze ans il veut prendre déduit
Et passe-temps en joyeuse manière
Mais l’argent faut qui est le sauf-conduit
Des gaudisseurs, et d’amours la bannière
Par quoi douleur cet horde pautonnière
Navre le cœur de ce foul lourdement
Car il ne peut sans argent bonnement
Avoir la chose à laquelle il veut tendre
Et du courroux il prend finablement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Puis à trente ans commence à faire fruit,
En reculant folle jeunesse arrière.
À quarante ans s’il peut il acquiert bruit
Et bon renom sans demeurer derrière,
En ce faisant trouve mainte barrière
Qui de douleur lui donne abondamment,
L’un lui fait guerre et l’autre du tourment,
Et nuit et jour on lui voit peine prendre
S’il gagne il perd voire soudainement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
À soixante ans qu’il est en meurs instruit ;
Vieillesse vient qui santé lui enchère
Décrépitude, après, son corps détruit ;
Aller ne peut et ne vit qu’à renchère,
La mort le prend et son âme tant chère
Se part du corps en deuil piteusement :
Le corps pourrit et l’âme en jugement
Va devant Dieu de ses maux compte rendre.
Pour de bien prendre ou du mal payement
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Prince pensons que dès l’assemblement
De l’âme au corps jusqu’au définement
Les maux avons plus qu’on ne peut comprendre
Et ne savons qui aura sauvement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 



Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаïf : «Αfin quе pоur јаmаis...»

Viviеn : Sоis Fеmmе...

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Νеrvаl : Εl Dеsdiсhаdо

Rimbаud : Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir

Αјаlbеrt : Ρеtitеs оuvrièrеs

Τоulеt : «Sur l’осéаn соulеur dе fеr...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Rоnsаrd : «Lе Сiеl nе vеut, Dаmе, quе је јоuissе...»

Μаgnу : «Αnnе, је vоus suppliе, à bаisеr аpprеnеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Fоurеst : Rеnоnсеmеnt

Lаfоrguе : Сélibаt, сélibаt, tоut n’еst quе сélibаt

Lе Μоinе : L’Îlе du Ρlаisir

Lеfèvrе-Dеumiеr : Lеs Сhеmins dе Fеr

Сеndrаrs : Соmplеt blаnс

Lоrrаin : Соquinеs

Gаutiеr : Lе Jаrdin dеs Ρlаntеs : «J’étаis pаrti, vоуаnt lе сiеl...»

Βérоаldе : Αdiеu : «Jе vеuх sеul, éсаrté, оrеs dаns un bосаgе...»

Sаmаin : Αutоmnе

Сrоs : Libеrté

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur L’Étаpе (Соppéе)

De Сосhоnfuсius sur Lе Ρоnt (Hugо)

De Сосhоnfuсius sur «Βеаuх уеuх, qui rесélеz tаnt dе trаits еt dе fеuх...» (Durаnd)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

De Τоurniсоti-tоurniсоt sur Αu Саbаrеt-Vеrt, сinq hеurеs du sоir (Rimbаud)

De соmmеntаtеur sur L’Αnсоliе (Sоulаrу)

De tRΟLL sur Lа Βеllе Guеusе (Τristаn L'Hеrmitе)

De L’âmе аuх ninаs sur À lа Βrеtаgnе (Сhаpmаn)

De Сurаrе- sur «Dоulсin, quаnd quеlquеfоis је vоis сеs pаuvrеs fillеs...» (Du Βеllау)

De Fоllоwеur sur «Jе vоis millе bеаutés, еt si n’еn vоis pаs unе...» (Rоnsаrd)

De Εsprit dе сеllе sur «Jе rеgrеttе еn plеurаnt lеs јоurs mаl еmplоуés...» (Dеspоrtеs)

De Ρоr’d’âmе sur Ρlus tаrd (Μusеlli)

De Сurаrе- sur «Βаrquе, qui vаs flоttаnt sur lеs éсuеils du mоndе...» (Duplеssis-Μоrnау)

De Сhr... sur Αu Соllègе (Évаnturеl)

De Vinсеnt sur À unе Villе mоrtе (Hеrеdiа)

De Μоrin dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоrаin dе Βlаnсhеmоr sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеhаn Çètоù sur Lе Τаlismаn (Νеlligаn)

De Αrаmis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Αrаmis sur Μоrt d’un аutrе Juif (Μоrаnd)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz