Jean Bouchet


Chant royal sur la misère du corps humain


 
Le corps humain par nature produit
Qui est formé de très ville matière
Avant qu’il soit en ce monde introduit
Il est neuf mois en infecte letiere,
Puis il sort hors, sans foi qui soit entière
En gémissant et pleurant tendrement
Et qui pis est sujet à damnement
S’il ne pouvait le saint baptême attendre
Pour le péché d’Adam premier parent.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Cet enfançon nourriture poursuit
En attendant la mamelle à sa mère,
De son manger toute douleur ensuit
Car il ne l’a qu’en clameur très amère,
Et du surplus ce n’est qu’une chimère
Qui ne jouit de son entendement
Jusqu’à quinze ans n’a souci proprement
Et toutefois il craint la verge tendre,
Si joie il a deuil a conséquemment.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Sur les quinze ans il veut prendre déduit
Et passe-temps en joyeuse manière
Mais l’argent faut qui est le sauf-conduit
Des gaudisseurs, et d’amours la bannière
Par quoi douleur cet horde pautonnière
Navre le cœur de ce foul lourdement
Car il ne peut sans argent bonnement
Avoir la chose à laquelle il veut tendre
Et du courroux il prend finablement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Puis à trente ans commence à faire fruit,
En reculant folle jeunesse arrière.
À quarante ans s’il peut il acquiert bruit
Et bon renom sans demeurer derrière,
En ce faisant trouve mainte barrière
Qui de douleur lui donne abondamment,
L’un lui fait guerre et l’autre du tourment,
Et nuit et jour on lui voit peine prendre
S’il gagne il perd voire soudainement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
À soixante ans qu’il est en meurs instruit ;
Vieillesse vient qui santé lui enchère
Décrépitude, après, son corps détruit ;
Aller ne peut et ne vit qu’à renchère,
La mort le prend et son âme tant chère
Se part du corps en deuil piteusement :
Le corps pourrit et l’âme en jugement
Va devant Dieu de ses maux compte rendre.
Pour de bien prendre ou du mal payement
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 
Prince pensons que dès l’assemblement
De l’âme au corps jusqu’au définement
Les maux avons plus qu’on ne peut comprendre
Et ne savons qui aura sauvement.
C’est grand misère à qui le sait entendre.
 



Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Lаmаrtinе : Ρеnséе dеs mоrts

Сrоs : Сrоquis

Αpоllinаirе : Grаtitudе

Αgоult : L’Αdiеu

Μауnаrd : «Νуmphеs, dе grâсе, аpprосhеz-vоus...»

Ρlаntin : Lе Βоnhеur dе се mоndе

Hugо : Sаrа lа bаignеusе

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

☆ ☆ ☆ ☆

Vоltаirе : «Hé quоi ! vоus êtеs étоnnéе...»

Vоiturе : «Ρоur vоus sеrvir...»

Du Βеllау : Villаnеllе : «Εn се mоis déliсiеuх...»

Rimbаud : Lеs Lèvrеs сlоsеs — Vu à Rоmе

Lаutréаmоnt : «Сеt еnfаnt, qui еst аssis sur un bаnс du јаrdin dеs Τuilеriеs...»

Dеrèmе : «Lа pоrtе du јаrdin dоnnе sur lа ruеllе...»

Μоréаs : «Dе се tаrdif аvril, rаmеаuх, vеrtе lumièrе...»

Βоnnаud : Lе Jоur dе l’аn

Hуspа : Sоlilоquе du Сhаuvе

Τоulеt : Épitаphе.

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Histоirе (lаmеntаblе еt véridiquе) d’un pоètе subјесtif еt inédit (Fоurеst)

De Сосhоnfuсius sur Μеlаnсhоliа (Gаutiеr)

De Сосhоnfuсius sur Сirсé (Μénаrd)

De Jаdis sur Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2 (Rасinе)

De Jаdis sur «Αdmirе dеs glаïеuls...» (Τоulеt)

De Сосhоnfuсius sur Féminin singuliеr (Соrbièrе)

De Сurаrе- sur «Jе nе sаis соmmеnt је durе...» (Ρizаn)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz