Aristide Bruant

Dans la rue


À la Villette


 
Il n’avait pas encor’ vingt ans,
I’ connaissait pas ses parents,
On l’app’lait Toto Laripette,
          À la Villette.
 
Il était un peu sans façon,
Mais c’était un joli garçon :
C’était l’pus beau, c’était l’pus chouette,
          À la Villette.
 
Il était pas c’qu’y a d’mieux d’mis,
Il avait pas des beaux habits,
I’ s’ rattrappait su’ sa casquette,
          À la Villette.
 
Il avait deux p’tits yeux d’souris,
Il avait deux p’tits favoris,
Surmontés d’eun’ fin’ rouflaquette,
          À la Villette.
 
Yen avait pas deux comm’ lui pour
Vous parler d’sentiment, d’amour ;
Yavait qu’lui pour vous fair’ risette,
          À la Villette.
 
Il avait un gros chien d’bouvier
Qu’avait eun’ gross’ gueul’ de terrier,
On peut pas avoir eun’ levrette,
          À la Villette.
 
Quand i’ m’avait foutu des coups,
I’ m’demandait pardon, à g’noux,
I m’app’lait sa p’tit’ gigolette,
          À la Villette.
 
De son métier i’ faisait rien,
Dans l’jour i’ baladait son chien,
La nuit i’ rinçait la cuvette,
          À la Villette.
 
I’ f’sait l’ lit qu’i’ défaisait pas,
Mais l’soir, quand je r’tirais mon bas,
C’était lui qui comptait la galette,
          À la Villette.
 
Quéqu’ fois, quand j’ faisais les boul’vards,
I’ dégringolait les pochards
Avec le p’tit homme à Toinette,
          À la Villette.
 
I’ m’aimait autant que j’ l’aimais,
Nous nous aurions quitté jamais
Si la police était pas faite,
          À la Villette.
 
Y a des nuits oùsque les sergots
Les ramass’nt, comme des escargots,
D’la ru’ d’ Flande à la Chopinette,
          À la Villette.
 
Qu’on l’prenn’ grand ou p’tit, rouge ou brun,
On peut pas en conserver un :
I’ s’en vont tous à la Roquette
          À la Villette.
 
La dernièr’ fois que je l’ai vu,
Il avait l’ torse à moitié nu,
Et le cou pris dans la lunette,
          À la Roquette.
 

Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 17 octobre 2014 à 11h22

Sur la Montagne
--------------------

Je m’souviens, quand j’avais vingt ans,
Je n’vivais plus chez mes parents,
Et je buvais du bon champagne,
Sur la Montagne.

Nous étions des gens sans façons,
Douze filles, deux cents garçons,
Pour nous ça n’était pas le bagne,
Sur la Montagne.

Nous avions des brod’quins mili,
Un beau chapeau, des beaux habits
Et puis des tenues de campagne
Sur la Montagne.

À présent qu’on fait des métiers,
On fait l’rêve, chaqu’nuit, volontiers,
Q’on r’trourne en c’pays de Cocagne,
Sur la Montagne.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρеnsiоnnаirеs (Vеrlаinе)

De Jаdis sur «Lоirе qui vаs dе tоn оndе vitréе...» (Τоurs)

De Jаdis sur Соuplеts dе l’оisеlièrе (Çа fаit pеur аuх оisеаuх) (Gаlоppе d'Οnquаirе)

De Сосhоnfuсius sur «Αmоur vоmit sur mоi sа furеur еt sа rаgе...» (Jоdеllе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Jаdis sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе