Francis Carco

La Bohème et mon cœur, 1929


Plainte



Un jour blême, un jour sale et la bise qui fouette
Les volets. Quelquefois un cri dur de mouette
Ou le bruit de la mer, ou la porte qui bat.
Voici l’automne avec la pluie et son ciel bas.
L’embrun flotte, noyant l’horizon maritime.
Tout est gâché, tout est perdu... chagrins intimes...
J’entends siffler le vent dans les hauts peupliers,
Je vois passer des gens frileux, mornes, pliés
Dans des foulards... Puis le jour meurt, ma lampe brûle
Et la nuit envahit tout le noir crépuscule.
 

©  

Commentaire (s)
Déposé par Christian le 27 mai 2014 à 14h57

Casser sans se presser des oeufs qu’un mixeur fouette
oeufs de poule oeufs de l’oie ou le mieux oeufs de mouette
on ne fait d’omelette si d’eux on ne bat
Faire monter ainsi ce qui était trop bas
Saupoudrer de sel fin d’extraction maritime
supérieur au sel gros de saveur moins intime
puis charger en lardons de porc de peuplier
ou de moquette sans à règle être plié
Enfin dans un réchaud pendant qu’un feu y brûle
faire cuire à peu près le temps d’un crépuscule

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Myrrha-El le 7 novembre 2014 à 13h15

Un chemin cahoteux et le cocher qui fouette
Son cheval. Dans le ciel un corbeau, une mouette
Ou peut-être un pigeon, un sterne qu’on abat.
Un goéland s’écrie: " Mieux vaut faire profil bas,
Envolons nous bien loin de ce port maritime,
Allons nous réfugier chez nos amis intimes
Qui sifflotent gaiement en haut des peupliers;
Renonçons aux morues, aux flétans oubliés
Sur les étals." Pendant ce temps le cheval brûle
D’arriver à la ferme avant le crépuscule...

Myrrha-El

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Jadis le 20 octobre 2019 à 14h58


Un jour, je rêvassais, nébuleux, sous la couette,
Suçant quelques débris poudreux de cacahouètes,
Affalé comme Job sur son morne grabat :
A vrai dire, c’était lendemain de nouba,
Et d’un mal aux cheveux têtu j’étais victime.
Or voici que soudain, un souci légitime
Me saisit au moment crucial de m’habiller :
Voilà-t-y pas, crénom, que j’avais oublié,
M’aperçus-je, horrifié, consterné, incrédule,
Où donc j’avais parqué mon fichu véhicule !

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

Соppéе : «Quеlquеfоis tu mе prеnds lеs mаins еt tu lеs sеrrеs...»

Τоulеt : Éléphаnt dе Ρаris.

Μаllаrmé : «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...»

Riсtus : Βеrсеusе pоur un Ρаs-dе-Сhаnсе

☆ ☆ ☆ ☆

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Lе соuсоu сhаntе аu bоis qui dоrt....»

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Rоllinаt : Βаlzас

Μаrоt : Sur quеlquеs mаuvаisеs mаnièrеs dе pаrlеr

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Sоnnеur (Μаllаrmé)

De Jаdis sur Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ... (Dеlillе)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Dаns un pеsаnt rеpоs d’аprès-midi vеrmеil...» (Vеrhаеrеn)

De Сосhоnfuсius sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Νоblеs еt vаlеts (Νеrvаl)

De Jаdis sur «Εn plеin sоlеil, lе lоng du сhеmin dе hаlаgе...» (Соppéе)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Lе Rоsе (Gаutiеr)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

De Vinсеnt sur Lе Dоrmеur du vаl (Rimbаud)

De Sаint Τripоdе sur Lеs Litаniеs dе Sаtаn (Βаudеlаirе)

De Εsprit dе сеllе sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе