Évariste Carrance

(1842-1916)

 

 

Évariste Carrance


La Prostituée


À Raymond Carrance.


Voulez-vous m’écouter, Monsieur le Commissaire ?
Mon histoire n’est point méchante ou téméraire :
Vos agents m’ont surprise et conduite en prison,
Car la faiblesse a tort, et la force a raison.
Avant de condamner, on doit toujours entendre !
Mon état fait horreur ! j’en conviens ! je dois vendre
Mon corps pour quelques sous, et je vais, chaque jour,
Flétrir les mots sacrés de tendresse et d’amour ;
Mais ne comprenez-vous ce qu’il en coûte à l’âme,
Avant de s’engager dans cette route infâme ?
Écoutez !... Le travail s’arrête brusquement ;
On connaît de la faim l’indicible tourment ;
On râle auprès de vous... alors, la mère abdique,
Et pour sauver l’enfant, devient... femme publique !

Mon récit sera court, c’est un récit poignant !
Avez-vous jamais vu pleurer un pauvre enfant
Que la faim courbe en deux sur un grabat de paille ?
Ah ! personne ne rit et personne ne raille.
C’est une chose triste, allez ; on sent le cœur
Qui se laisse envahir par la sombre terreur.
Dieu s’efface et n’est plus que l’esprit des ténèbres ;
Les rayons du soleil sont pâles et funèbres ;
Vous criez... votre enfant se meurt !
                                                            Ô désespoir !
Vous avez trente fois fouillé dans le tiroir
Qui gardait autrefois votre épargne modeste ;
Mais le tiroir est vide et pas un sou ne reste :
Pas de pain, pas de feu, le petit va mourir !

Sur le cours, on entend les amis du plaisir.
Ils sont heureux... ils ont du pain pour la famille.
Mon petit va mourir... comme son regard brille !
À me faire un adieu suprême il se résout ;
La fièvre a redressé son corps, – il est debout ;
Il s’approche de moi, chancelant et livide ;
Il vient... entendez-vous de cette lèvre aride
S’échapper ces deux mots : J’AI FAIM ! entendez-vous !

J’entendis cet appel, et, tombant à genoux,
Je demandai pardon à l’être chaste et frêle.
Oh ! Monsieur, je me dis que j’étais criminelle,
Et, ne pouvant répondre au cri de mon enfant,
Je lui donnai, tremblante, un verre de mon sang !
Mon fils se ranima, – comme un sourire d’ange,
Effleura ce visage à la pâleur étrange :
Je le vis s’endormir presque calme et vermeil.

Moi, tandis qu’il dormait, j’attendais le réveil,
Car la terrible faim, un instant assouvie,
Allait venir encor. – Oh ! l’implacable envie,
Contre tous les puissants contre tous les heureux,
Me torturait – Le ciel me paraissait affreux.
De grands nuages noirs la lune était voilée...
Je descendis alors, pieds nus, échevelée,
Et devant un passant, je m’arrêtai soudain !

Le passant prit mon corps et me donna du pain
Et depuis, chaque soir que le besoin nous compte,
Je nourris mon enfant du produit de ma honte !
Et, rêvant quelquefois à l’honnête passé,
Je sers d’amusement à ce monde insensé.

Ouvrez-moi la prison, Monsieur le Commissaire,
Mon récit est fini ; – Je connais mon affaire :
Deux mois sans voir l’enfant !
                                                  Si l’on savait combien
Je l’aime, ce petit, c’est mon unique bien ;
C’est, en mon cœur meurtri, le seul amour qui vibre !

Le Commissaire dit : Femme, vous êtes libre !
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Lе Fils du Τitiеn

Dеrèmе : «Сhаmbrе d’hôtеl mоrоsе еt vidе. Un œillеt pеnсhе...»

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Klingsоr : Lеs Ânеs

Τristаn Klingsоr

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Εrik Sаtiе

Lаbé : «Τоut аussitôt quе је соmmеnсе à prеndrе...»

Соppéе : «Sеptеmbrе аu сiеl légеr tасhé dе сеrfs-vоlаnts...»

☆ ☆ ☆ ☆

Dеrèmе : «Τristе, à сôté du сhiеn еt du сhаt, ј’аi сhаuffé...»

Μаupаssаnt : Τеrrеur

Rоllinаt : Lе Vаl dеs Rоnсеs

Сrоs : Ρаrоlеs pеrduеs

Сrоs : Dаns lа сlаirièrе

Rimbаud : Βаl dеs Ρеndus

Viviеn : Sоnnеt à unе Εnfаnt

Klingsоr : Klingsоr

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Jе nе suis pаs dе сеuх pоur qui lеs саusеriеs...» (Sаintе-Βеuvе)

De Сосhоnfuсius sur Μоn аmаntе а lеs vеrtus dе l’еаu (Sеgаlеn)

De Сосhоnfuсius sur À l’еnvеrs (Sеgаlеn)

De Vinсеnt sur Féеriе (Vаlérу)

De Соrnu sur Μоn tеstаmеnt (Ρirоn)

De Сurаrе- sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur «Dе vоtrе Diаnеt (dе vоtrе nоm ј’аppеllе...» (Du Βеllау)

De Vinсеnt sur «Βеl аlbâtrе vivаnt qu’un fin сrêpе nоus сасhе...» (Lа Rоquе)

De Hоrаtius Flассus sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ιо Kаnааn sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De lасоtе sur D’un bоuquеt d’œillеts gris еt rоugеs (Sаint-Gеlаis)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Βаllаdе dеs Εnfаnts sаns sоuсi (Glаtignу)

De Τhundеrbird sur «Ρrélаt, à qui lеs сiеuх се bоnhеur оnt dоnné...» (Du Βеllау)

De Gаrdеur dе саnаrds sur Vuе (Vаlérу)

De lасоtе sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Сurаrе- sur «Vоуоns, d’оù viеnt lе vеrbе ?...» (Hugо)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De јоh.lisа sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz