Louis Chadourne


Demerara


 
Demerara ! Demerara ! un ciel d’orage
              Bistre et goudron,
Des nuages livides, alignés, bien sages
Pareils à des ballots de coton.
 
Quelques palmiers agriffent l’émail
Des toits de zinc chauffés à blanc.
On toucherait le ciel avec sa main.
Un soleil mou crève dans son pansement.
 
Une ligne noire partage le monde
Vert pâle et jaune et sans une ombre.
Des docks accroupis lèchent un flot gras
Irisé d’arcs-en-ciel d’essences.
C’est là que viennent s’étirer les pirogues
Des silencieux qui cherchent les placers.
 
Demerara ! Demerara ! Lointaine terre.
 
Ce sont les boues de l’Orénoque, dites-vous,
Qui font cette mer visqueuse et ces remous d’opale ?
D’ailleurs elle foisonne de squales.
 
Mais cet énorme policeman ne s’en soucie guère
Il roule et tangue sur le pont du paquebot,
Avec sa casquette à plaque, son casse-tête
Et sa face pareille à un soleil noir.
 
Des évadés, paraît-il ! Cinq jours de canot.
Ils voulaient gagner Surinam,
Mais ils n’avaient plus de vivres... Et alors...
Ici il y a le « hard labour » et la police noire.
Les Anglais ne plaisantent pas. Dieu merci !
 
Demerara ! Demerara ! Lointaine terre !
 
All right ! My boy...
              Cinq cents tonnes de cacao...
À San Juan de Porto Rico...
              Le cours du rhum...
 
Faut-il qu’ils aient souffert, tout de même,
              Pour avoir ces gueules !
              Ah ! ces visages de cire
Comme on en voit dans les musées de foire.
On n’a pas besoin de leur mettre les menottes.
Ils ont des yeux de fièvre et des barbes sales.
Et des gestes las dans leurs vêtements de coton gris.
 
Trois paires d’yeux luisent dans l’entrepont.
Le plus grand a mis les mains dans ses poches,
Et c’est peut-être le seul qui ait l’air triste.
 
Demerara ! Demerara !
              Sirène
On a soufflé une lampe, brusquement à l’horizon.
Une grenade écrasée saigne au raz de la mer.
Des écharpes de suie traînent le long des mâts.
 
La nuit s’abat comme un poing brutal sur le pont,
Le feu d’avant, le feu d’arrière
Se balancent rouge et vert.
 
Demerara ! Demerara ! Lointaine terre...
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τоulеt : «Сеttе frаîсhеur du sоir...»

Lаfоrguе : Соmplаintе dе l’оubli dеs mоrts

Lаfоrguе : Соmplаintе du fœtus dе pоètе

Lа Villе dе Μirmоnt : «Lоrsquе је t’аi соnnuе аuх Îlеs dе lа Sоndе...»

Ρоnсhоn : Ρаrtiе dе сhаssе

Jаmmеs : Lеs Νègrеs

☆ ☆ ☆ ☆

Du Βеllау : «Jе nе tе priе pаs dе lirе mеs éсrits...»

Viviеn : «Ρаrlе-mоi, dе tа vоiх pаrеillе à l’еаu соurаntе...»

Ρоnсhоn : Сhаnsоn dе printеmps

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Νоuvеаu : Αu muséе dеs аntiquеs

Hеrvillу : Sur lеs bоrds du Sаubаt

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lе Viеuх Ρоnt (Rоllinаt)

De Сосhоnfuсius sur Flеur séсulаirе (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur «L’аutrе nuit, је vеillаis dаns mоn lit sаns lumièrе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Vinсеnt sur Élоgе à lа јеunе fillе (Sеgаlеn)

De Dupаnlоup sur Ρаrtiе dе сhаssе (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сurаrе- sur Сhаnsоn : «Lе bаtеаu sеntаit lе thé...» (Dоminiquе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Lilith sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz