Chapelle


Épitaphe d’un chien


 
Passant réfléchisseur, qui vois ce monument,
Dis-moi, puisque l’Amour fut éternellement,
        Pourquoi faut-il que la nature
        N’ait point fait d’éternel amant ?
    Un petit chien, dont j’écris l’aventure,
    Jadis d’amour fut un brasier ardent ;
Maintenant, chose étrange ! il est froid comme glace,
    Car il est mort ; grand bien lui fasse !
        Puisse-t-il être constellé,
        C’est-à-dire bien installé
        Au dessus du signe d’Hercule,
        Dans le ciel de la canicule !
Hélas ! combien de pleurs Amaryllis versa,
        Le jour fatal qu’il trépassa !
Elle aurait moins pleuré maint amant romanesque
        Qui de brûlant devient glacé
        Avant que d’être trépassé.
Feu Levron, quoique issu de race gigantesque,
Fit vœu de vivre nain. Sa raison, la voici :
Levriers allongés sont propres pour la chasse ;
Mais près des dames, non. Levrons en raccourci,
Nichés au coin du feu, tiennent bien moins de place.
Ceci considéré, Levron voulut rester
Dans sa petite taille, et pria Jupiter.
Jupiter l’exauça. Biscuit et confiture,
Au lieu de se tourner en vaine nourriture,
        Se convertissaient en amour.
Le levron téméraire, enfin, pour faire court,
        Sous le jupon de sa maîtresse
        Pour avoir plus chaud se glissa.
        Sans scrupule elle l’y laissa :
Il était si petit ! Heureuse petitesse,
S’écria le levron transporté d’allégresse !
Si j’étais levrier, grand comme mes aïeux,
        Sous ce dôme délicieux
Pourrais-je impunément promener ma tendresse ?
Bientôt, fâché pourtant d’être né si petit,
Petit levron mourut d’amour et de dépit.
 

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

Villоn : Βаllаdе [dеs prоvеrbеs]

Rоllinаt : Lеs Αgоniеs lеntеs

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Τаnt d’Αstrеs сlаirs nе dаnsеnt pаr lа nuit...» (Gаrniеr)

De Сосhоnfuсius sur Lе Vin du Sоlitаirе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Sоnnеt d’Αrt Vеrt (Gоudеzki)

De Сосhоnfuсius sur «Τоut pаssе pаr lеurs mаins...» (Grévin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Jе sеns dеdаns mоn âmе unе guеrrе сivilе...» (Spоndе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz