Jean-Baptiste Chassignet

Le Mépris de la vie et consolation contre la mort, 1594



 
Assieds-toi sur le bord d’une ondante rivière :
Tu la verras fluer d’un perpétuel cours,
Et flots sur flots roulant en mille et mille tours
Décharger par les prés son humide carrière.
 
Mais tu ne verras rien de cette onde première
Qui naguère coulait ; l’eau change tous les jours,
Tous les jours elle passe, et la nommons toujours
Même fleuve, et même eau, d’une même manière.
 
Ainsi l’homme varie, et ne sera demain
Telle comme aujourdhui du pauvre corps humain
La force que le temps abrévie et consomme :
 
Le nom sans varier nous suit jusqu’au trépas,
Et combien qu’aujourdhui celui ne sois-je pas
Qui vivais hier passé, toujours même on me nomme.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 3 mars 2014 à 11h09

Un coin tranquille
------------------

Deux ou trois vieux bouquins au bord d’une rivière ;
L’amphore rafraîchie au fond de l’eau qui court,
Les voix de la forêt qui chantent tour à tour.
Ni drame familial, ni souci de carrière.

L’ermite, retrouvant l’innocence première
De notre père Adam, laisse passer les jours
Qui, dans ces conditions, ne lui sont point trop lourds,
Lisant, goûtant son vin, sans faire de manières.

Son coeur n’est point chargé du soin des lendemains ;
Il planifie un peu, cependant (c’est humain) ;
Même, il fait son métier, il produit, il consomme ;

Mais ces obligations ne l’emprisonnent pas :
D’une saine lecture et d’un frugal repas,
L’ermite est plus heureux que le pape dans Rome.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 1er janvier 2020 à 11h45

Planète Hrossandra
--------------------

Quand un démon survient, descendant la rivière,
Tu verras le chasseur, porteur d’un sabre court ;
Ses compagnons et lui frapperont tour à tour
Et fort brève sera du monstre la carrière.

L’atmosphère a gardé sa pureté première,
Ce monde est pacifique ainsi qu’aux premiers jours ;
Les travaux quotidiens ne nous sont point trop lourds,
Car nous sommes le peuple aux rustiques manières.

Un visiteur y vint, héros sans lendemain,
Affirmant calmement sa dignité d’humain ;
Ce n’est qu’un théomorphe, il est ce que nous sommes.

De son maintien tordu, ne lui en veuillons pas,
Laissons-le prendre part à nos plaisants repas ;
Ce qui est bon pour nous sera bon pour cet homme.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rimbаud : «Qu’еst-се pоur nоus, mоn сœur...»

Ρоnсhоn : Lе Gigоt

Τоulеt : «Étrаngеr, је sеns bоn...»

Riсhеpin : Сhаnsоn dеs сlосhеs dе bаptêmеs

Régniеr : Lа Lunе јаunе

Rаmuz : Lе Viеuх Jеаn-Lоuis

Βаudеlаirе : Саusеriе

Βruаnt : À Μоntpеrnаssе

Rimbаud : Βаrbаrе

Rоnsаrd

☆ ☆ ☆ ☆

Gоudеаu : Lа Rоndе du rеmоrds

Viоn Dаlibrау : «Quеl еmbаrrаs à сеttе pоrtе !...»

Βrissаrt : Lа Dаmе а un аmi

Μоntеsquiоu :

Αpоllinаirе : Αnniе

Ρrоust : «Αfin dе mе соuvrir dе fоurrurе еt dе mоirе...»

Rоstаnd : Ρаstоrаlе dеs сосhоns rоsеs

Lоuvigné du Dézеrt : «Guillоt, tiеn сеstе сhеsvrе à lа соrnе dоréе...»

Vеrlаinе : Αrt pоétiquе

Εlskаmp : Μаis соmmе еn imаgе à présеnt

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сосhоnfuсius sur «Sоufflе dаns mоi...» (Grévin)

De Jаdis sur L’Hоspitаlité (Fаbrе d'Églаntinе)

De Сосhоnfuсius sur «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...» (Lа Βоétiе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Jаdis sur «Μаdаmе је vоus dоnnе...» (Βеnsеrаdе)

De Сосhоnfuсius sur «Jе vоudrаis biеn riсhеmеnt јаunissаnt...» (Rоnsаrd)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Сurаrе- sur Végétаl (Jаrrу)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

De Сurаrе- sur Sоlitudе (Μilоsz)

De Τh. dе Viаu sur Lеs trоis hуmnеs primitifs (Sеgаlеn)

De Сосhоnnе Furius sur Sоnnеt : «J’аi pеur dе lа fеmmе qui dоrt...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur «Νi lа furеur dе lа flаmmе еnrаgéе...» (Du Βеllау)

De Αrсhivistе sur Βаllаdе dе l’аrbrе d’аmоur (Сhаrtiеr)

De Duguinе sur Αmstеrdаm (Jаmmеs)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Суоrаnе- sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz