Jean-Baptiste Chassignet

Le Mépris de la vie et consolation contre la mort, 1594



 
Est-il rien de plus vain qu’un songe mensonger,
Un songe passager vagabond et muable ?
La vie est toutefois au songe comparable
Au songe vagabond muable et passager :
 
Est-il rien de plus vain que l’ombrage léger,
L’ombrage remuant, inconstant, et peu stable ?
La vie est toutefois à l’ombrage semblable
À l’ombrage tremblant sous l’arbre d’un verger :
 
Aussi pour nous laisser une preuve assurée
Que cette vie était seulement une entrée
Et départ de ce lieu, entra soudainement
 
Le sage Pythagore en sa chambre secrète
Et n’y fut point si tôt, ô preuve bientôt faite !
Comme il en ressortit encor plus vitement.
 



Commentaire(s)
Déposé par Vincent le 19 septembre 2018 à 06h28

Régatiers,


Qu’il me soit supérieur est un brin mensonger,
La faute à son courage qui n’est pas immuable,
Au mien, en tous les cas, il n’est pas comparable,
C’est même à en pleurer tant il est passager.

Par exemple, un matin, un coup de vent léger,
Fit que nos dériveurs étaient un peu instables,
Sa réaction, dès lors, fut en tout point semblable,
À celle d’un louvard surpris par un berger ;

Elle choisit de faire un demi-tour, d’emblée,
Et rejoignit, du port, en toute hâte, l’entrée,
Difficile d’agir si peu sereinement !

Quand à moi, j’ai bravé cette mini-tempète,
Alors que ma technique est loin d’être parfaite,
La sienne est meilleure, question d’entrainement.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 19 septembre 2018 à 06h18


Régatiers,


Qu’il me soit supérieur est un brin mensonger,
Pour preuve son courage est loin d’être immuable,
Au mien, en tous les cas, il n’est pas comparable,
C’est même à en pleurer tant il est passager.

Par exemple, un matin, un coup de vent léger,
Fit que nos dériveurs étaient un peu instables,
Sa réaction, dès lors, fut en tout point semblable,
À celle d’un louvard surpris par un berger ;

Elle choisit de faire un demi-tour, d’emblée,
Et rejoignit, du port, en toute hâte, l’entrée,
Difficile d’agir si peu sereinement !

Quand à moi, j’ai bravé cette mini-tempète,
Alors que ma technique est loin d’être parfaite,
La sienne est meilleure, question d’entrainement.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Vincent le 18 septembre 2018 à 22h08

Régatiers,


Qu’elle m’est supérieure est un brin mensonger,
Pour preuve son courage est loin d’être immuable,
Au mien, en tous les cas, il n’est pas comparable,
C’est même à en pleurer tant il est passager.

Par exemple, un matin, un coup de vent léger,
Fit que nos dériveurs étaient un peu instables,
Sa réaction, alors, fut en tout point semblable,
À celle d’un renard surpris par un berger.

Elle choisit de faire un demi-tour, d’emblée,
Et rejoignit, du port, en toute hâte, l’entrée,
Difficile d’agir si peu sereinement !

Quand à moi, j’ai bravé cette mini-tempète,
Pourtant ma technique est loin d’être parfaite,
Par rapport à elle, j’ai peu d’entrainement.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 31 mai 2018 à 13h53

Langage du serpent
----------------

En rêve, j’entendis l’animal mensonger
Qui n’avait point quitté son vieil arbre immuable.
Le serpent est parfois aux anges comparable,
Bien plus, certainement, qu’aux humains passagers.

Le trompeur discourait sous l’ombrage léger,
Grandement conforté par sa posture stable,
Et sa parole était à l’ombrage semblable,
À l’ombre qui s’étend sous l’arbre du verger.

-- Serpent, d’où tires-tu cette langue assurée ?
Et du séjour d’Eden, qui t’a permis l’entrée ?
-- Humain, tu es pourvu d’esprit, soudainement ?

Le fruit qui t’a nourri de sa vertu secrète
N’était pas inutile, et la preuve en est faite ;
Mais il te manque encore un peu d’entraînement.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 17 septembre 2018 à 13h38

Saint Ophis === Ἅγιος Όφις
---------------------------


Des menteurs comme moi me disent mensonger,
Moi qui détiens pourtant la sagesse immuable.
Les mensonges de Dieu sont aux miens comparables,
N’apportant aux humains qu’un doute passager.

Je dis de jolis mots, badinage léger,
Pas de quoi chambouler votre coeur, il est stable
Et par sa fermeté aux grands arbres semblable
Qui dispensent leur ombre en vos nobles vergers.

De toute vérité mon âme est assurée,
Qui de moi sortira comme elle y est entrée ;
Et comment devenir menteur, soudainement ?

Mon esprit n’entretient nulle ruse secrète,
Je ne suis qu’un serpent, que d’autres soient prophètes,
Car moi, je n’en veux pas, c’est trop d’entraînement.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Sаtiе : Lе Ρiсniс

Hуspа : Lеs Éléphаnts

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «Αmоur еst sаns miliеu, с’еst unе сhоsе ехtrêmе...»

Vаlаdе : Réminisсеnсе

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Vоiсi lе bоis, quе mа sаintе Αngеlеttе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz