Jean-Baptiste Chassignet

Le Mépris de la vie et consolation contre la mort, 1594



 
Quelquefois les chevaux vont caparaçonnés
De drap d’or et d’argent, richesse inestimable ;
Toutefois, arrivés en la fumante étable,
On leur ôte l’habit duquel ils sont ornés.
 
Et ne leur reste rien sur les dos étonnés
Que lasseté, sueur et plaie dommageable
Dont l’éperon, la course et le faix les accable,
Défaillant sous les bonds en courbettes tournés :
 
Ainsi marche le prince accompagné sur terre ;
Puis quand le trait subit de la Parque l’enferre,
Tous ses honneurs lui sont incontinent ôtés ;
 
Car de tant de ressorts et provinces sujettes
Les rois n’emportent rien sous les tombes muettes
Que les forfaits commis en leurs principautés.
 

Commentaire(s)
Déposé par Cochonfucius le 30 octobre 2012 à 13h01

*
Pour roi et pour manant telle heure doit sonner
Où doit périr en eux cette vie périssable.
C’est cela que l’on doit tenir pour véritable,
Et non l’éternité de nos murs maçonnés.
*
D’ailleurs, même ces murs, lentement façonnés,
Lentement se défont et redeviennent sable ;
Vivant ni minéral n’ont de statut durable,
Le temps est un faucheur et peut tout moissonner.
*
Donc, lorsque vient la fin de notre vie sur terre,
Il convient de sourire, ou du moins, de se taire :
Ce coeur sait que s’il bat, ce n’est pas pour toujours.
*
Entendons aujourd’hui le chant de l’alouette,
La rumeur des forêts, le babil des poètes,
C’est aujourd’hui qui passe, il faut cueillir ce jour.
*

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 10 octobre 2018 à 12h07

Sagesse de l’alouette

---------------------

L’alouette entendit les matines sonner,
Rappelant leur devoir aux moines périssables.
Du tintement, elle eut  un plaisir véritable
Auprès de ce clocher finement maçonné.

Car l’esprit d’un oiseau, lentement façonné
Jusqu’à connaître enfin des chants incomparables,
Apprend à respecter tout ce qui est durable,
Mais les herbes aussi, que l’on doit moissonner.

L’alouette a chanté, s’éloignant de la terre,
Maîtresse du ramage et de l’art de se taire ;
Choses que les oiseaux savent depuis toujours.

Or, j’entends aujourd’hui le chant de l’alouette :
C’est ce chant qui m’apprit mon métier de poète
Au temps où je goûtais la primeur de mes jours.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоstаnd : Βаllаdе dеs grоs dindоns

Εlskаmp : À mоn pèrе

Rоdеnbасh : Dimаnсhеs

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

☆ ☆ ☆ ☆

Εstеrnоd : L’аmbitiоn dе сеrtаins соurtisаns nоuvеаuх vеnus

Νоаillеs : Lа Viе prоfоndе

Сrоs : Βénédiсtiоn

Rоdеnbасh : L’Εаu qui pаrlе : «Ditеs, аvеz-vоus rеmаrqué...»

Gérаldу : Duаlismе

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Αu Τrаgédiеn Ε. Rоssi (Hеrеdiа)

De Dаrtаgniаng sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Сосhоnfuсius sur «Μ’intrоduirе dаns tоn histоirе...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur Ρаuvrе gаrçоn (Соrbièrе)

De Сhristiаn sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сurаrе- sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz