Jean-Baptiste Chassignet

Le Mépris de la vie et consolation contre la mort, 1594



Va par les carrefours des places désolées
De l’emperière Rome, & sous les arcs bossés,
Et dans les temples saints à l’antique dressés,
Cherches des rois défunts les riches Mausolées,
 
Va sous les fondements des colonnes moulées,
Et parmi les meulons des Thermes abaissés,
Et sous les escaliers des Théâtres haussés,
Fouilles des vieux Censeurs les cendres écoulées.
 
Fauche parmi les os des simples laboureurs.
Les Consuls Justiciers, & les fiers Empereurs
Pêle-mêle sont mis sous la tombe fatale.
 
Voilà le vrai miroir où se doivent mirer
Ces cœurs ambitieux, pour y considérer
Que la mort aux plus grands les plus pauvres égale.



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 30 mai 2015 à 11h24

Quatre figures
------------------

La licorne parcourt les plaines désolées ;
Le printemps est trop beau pour se mettre à bosser,
Aux auberges des dieux, les buffets sont dressés :
Je sens la bonne odeur des pommes rissolées.

Le bouddha du ciel d’or a pris son envolée,
Vers notre humble village il ne va s’abaisser
Avant que le tumulte, au marché, n’ait cessé ;
Je vois sa face au loin, de gloire auréolée.

Je vois le blanc centaure, un habile tireur,
Qui met tout son honneur à servir l’Empereur ;
Gardez-vous, mes amis, de sa flèche fatale.

Mais c’est au sorcier-coq d’être mieux admiré :
De ces quatre totems, le mieux considéré,
Étale au ciel d’argent sa chair monumentale.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 13 juillet 2019 à 12h07

Jour de sécheresse
--------------------

Une flamme parcourt la steppe désolée
Sans jamais rencontrer muraille ni fossé ;
En ce sinistre lieu, nul arbre n’est dressé,
Plaine par les oiseaux rarement survolée.

Jadis furent ici des vaches immolées,
Qui durent vers l’autel leurs cornes abaisser ;
Cela nous rassurait, mais ce culte a cessé,
De sa gloire n’est plus l’idole auréolée.

Jadis venaient chasser de très nobles tireurs
Qui désiraient offrir leur chasse à l’Empereur ;
Et chacun se gardait de leurs flèches fatales.

Ils se sont endormis, ces héros admirés
Qui comme demis-dieux furent considérés,
Dont la tombe est ici, guère monumentale.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Οrléаns : «Ρuis çà, puis là...»

Νоuvеаu : «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...»

Sаint-Αmаnt : Sоnnеt inасhеvé

Νоаillеs : Lе Jеunеssе dеs mоrts

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Αpоllinаirе : Un pоèmе

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Соrbièrе : Lе Сrаpаud

Riсhеpin : Βеrсеusе

Dеrèmе : «Ρuisquе је suis аssis sоus се pin vеrt еt sоmbrе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Соrbièrе : Lе Μоussе

Νеlligаn : Évаngélinе

Dеrèmе : «Lеs јоurs sоnt plаts соmmе dеs sоlеs...»

Βruаnt : À lа Glасièrе

Dеlillе : Vеrs fаits dаns lе јаrdin dе mаdаmе dе Ρ...

Τоulеt : «Τrоttоir dе l’Élуsé’-Ρаlасе...»

Gill : Lе Ρаillаssоn

Gill : Εхhоrtаtiоn

Gill : Lа Lеvrеttе еt lе gаmin

Μаеtеrlinсk : «Ιls оnt tué trоis pеtitеs fillеs...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Ρégаsе (Lоuÿs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

De Jаdis sur «Si lе blаnс pur...» (Sсèvе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αngе pâlе (Rоllinаt)

De Jаdis sur Lаnguеur (Vеrlаinе)

De Μаrсеlinе sur À mа bеllе lесtriсе (Βоuilhеt)

De Jаdis sur «Grоs еt rоnd dаns mоn Саbinеt...» (Viоn Dаlibrау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Μаuvаis Οuvriеr (Frаnсе)

De Snоwmаn sur À Zurbаrаn (Gаutiеr)

De Саrlа Οliviеr sur Émilе Νеlligаn

De Vinсеnt sur «Frаnсе, mèrе dеs аrts, dеs аrmеs еt dеs lоis...» (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «Jе vоus еnvоiе un bоuquеt...» (Rоnsаrd)

De Сhristiаn sur Âmе dе nuit (Μаеtеrlinсk)

De Εsprit dе сеllе sur Sur lе présеnt d’un vаsе dе сristаl (Βеrtаut)

De Сhristiаn sur Un јеunе pоètе pеnsе à sа biеn-аiméе qui hаbitе dе l’аutrе сôté du flеuvе (Βlémоnt)

De Vinсеnt sur «Jе nе vеuх plus, Ρаillеur, mе rоmprе tаnt lа têtе...» (Viоn Dаlibrау)

De Сriсtuе sur «Vоs сélеstеs bеаutés, Dаmе, rеndеz аuх сiеuх...» (Μаgnу)

De Сriсtuе sur Lе Βruit dе l’еаu (Rоllinаt)

De Сriсtus sur «Gоrdеs, quе fеrоns-nоus ? Αurоns-nоus pоint lа pаiх ?...» (Μаgnу)

De Vinсеnt sur Lеs Саrmélitеs (Νеlligаn)

De Εsprit dе сеllе sur «Dès quе се Diеu...» (Jоdеllе)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz