Gabrielle de Coignard

de "Poètes chrétiens du XVIe siècle"


Pater ignosce illis quia nesciunt quid faciunt


 
L’on t’avait couronné de poignantes épines,
Sanglant et déchiré de tourments inhumains,
Étant dessus la croix encloué pieds et mains,
D’un vouloir furieux, par ces âmes malignes.
 
Tu voyais les péchés de leurs noires poitrines
Et les intentions de leurs mauvais desseins,
Et nonobstant cela, ô Sauveur des humains,
Tu leur voulais donner de tes grâces divines.
 
Criant à haute voix, par un désir profond :
Père pardonne-leur, ils ne savent qu’ils font.
Cette sainte oraison les Anges admirèrent,
 
Les démons réprouvés l’ouïrent des enfers
Demeurant effrayés, mais les hommes pervers,
En leur vice obstinés ce pardon refusèrent.
 



Commentaire (s)
Déposé par Cochonfucius le 29 novembre 2012 à 17h01

Le fils du charpentier, sur sa croix accroché,
Tenait entre ses dents le salut de ce monde.
Le prince Lucifer, par le sang alléché,
Vint voir cette souffrance à nulle autre seconde.

Le crucifié trembla en voyant s’approcher
Le dragon ricanant aux manières immondes,
Qui lui dit : « Mon cousin, Dieu est-il si fâché
Que vous mourez ici et que l’orage gronde ? »

Oubliant qu’il fallait surtout serrer les dents,
Le crucifié lui parle, et, de ce fait, perdant
Les âmes dont il fut pour un temps le refuge,

Les laisse dévorer par Maître Lucifer,
Qui, le ventre bien plein, s’en retourne aux enfers,
Souriant de lui-même, et de son subterfuge.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 29 novembre 2012 à 17h57

Excellente cette fable. (Je pense qu’il faudrait : « Que vous mouriez ici »)

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 novembre 2012 à 10h52

Ah, peut-être.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Curare- le 30 novembre 2012 à 11h05

Guillaume de Machaut : ’Ma fin est mon commencement
                                    Et mon commencement ma fin.’


’’Et la muse tout feu en son sein primesautier
Pris son coeur d’artichaut du corset de sa gorge
Le dressa en Pine’Acle, en offrande l’apporter
Sur le champ au Cochon, avant qu’on ne l’égorge..’’

Vous pensez mal Cher Christian -

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Christian le 30 novembre 2012 à 16h13

Le subjonctif présent est "mouriez", or il faut le subjonctif ici. On dit « Dieu est-il si fâché / Que vous soyez mourant ici ? » et non « Dieu est-il si fâché / Que vous êtes mourant ici ? ».

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 30 novembre 2012 à 16h32

À cause de la forme interrogative, en effet.

Je vais le corriger là où je peux.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Esther le 2 décembre 2012 à 21h10

L’emploi du subjonctif ne me semble nullement justifier en vers. L’interrogation porte sur la colère de D.ieu pas sur ce qui est en train de ce passer qui ne relève donc pas de l’interrogation. De l’emploi du subjonctif?

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 3 décembre 2012 à 11h47


Quand même, le test du remplacement de "mourir" par "être mourant" suggère cette retouche, à laquelle je n’avais pas songé précédemment.

Merci à Christian.

[Lien vers ce commentaire]

Déposé par Cochonfucius le 5 décembre 2018 à 19h12

Déesse et démon
——————

Démon-loup, déesse-licorne,
Vous dansez au jardin qui s’orne
D’un Arbre, et non pas d’une Croix ;
Vous en délimitez les bornes.

[Lien vers ce commentaire]

Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Μас Οrlаn : «Соmmе ј’étаis mаl...»

Rаоul Ρоnсhоn

Hugо : Lа Vасhе

Μаrоt : «Un grоs priеur sоn pеtit-fils bаisаit...»

Μаrоt : Dеs nоnnеs, qui sоrtirеnt du соuvеnt pоur аllеr sе réсréеr

Μаrоt : Βаllаdе dе frèrе Lubin

Τоulеt : «Соmmе lеs diеuх gаvаnt lеur pаnsе...»

Βаrbеу d’Αurеvillу : À Vаlоgnеs

Viviеn : «Ô fоrmе quе lеs mаins...»

Τоulеt : Sur lа Hаltе dе сhаssе dе Vаn Lоо.

☆ ☆ ☆ ☆

Gаlоу : Νаturе pаrisiеnnе

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Jаmmеs : Dаns l’аubеrgе fumеusе...

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Βérоаldе : «Dе fеu, d’hоrrеur, dе mоrt, dе pеinе, dе ruinе...»

Sаiх : «Соmmе еn lа flеur dеsсеnd dоuсе rоséе...»

Αсkеrmаnn : Lе Сri

Vеrlаinе : Εх imо

*** : «Μа bеrgèrе Νоn légèrе...»

Rоllinаt : À l’inассеssiblе

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Jе vоus аi vuе еnfаnt, mаintеnаnt quе ј’у pеnsе...» (Μussеt)

De Сосhоnfuсius sur «Οù quе је tоurnе l’œil, sоit vеrs lе Саpitоlе...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur Dеlfiса (Νеrvаl)

De Сосhоnfuсius sur «Ô саlmе nuit, qui dоuсеmеnt соmpоsеs...» (Τуаrd)

De Jаdis sur Βоnјоur ! (Gérаldу)

De Сосhоnfuсius sur «Luth, соmpаgnоn dе mа саlаmité...» (Lаbé)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Сurаrе- sur Sоnnеt à Sir Βоb (Соrbièrе)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdеur d’Οiеs sur Ρоssеssiоn Frаnçаisе (Lеvеу)

De Frаnсisсо sur Dаns l’аubеrgе fumеusе... (Jаmmеs)

De Vinсеnt sur Lа Τоur dе Νеslе (Βеrtrаnd)

De Сhristiаn sur Lézаrd (Βruаnt)

De Dаmе Sаlаmаndrе sur «J’аi pоur mаîtrеssе unе étrаngе Gоrgоnе...» (Rоnsаrd)

De Jеаn-Ρаul ΙΙΙ sur «Εllе аimаit сеuх dоnt lе gоussеt...» (Ρеllеrin)

De јеаn-pаul sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Βirgittе sur Sоnnеt à mоn аmi R... (Αrvеrs)

De Vinсеnt sur Τrаnquillus (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz