(collaborations) ***


Dans les fortifs


 
Sur les fortifs, un beau matin,
M’ont trouvée des vieux d’ la barrière,
Comm’ c’étaient pas des gens rupins
I’ m’ont él’vée à leur manière.
 
Sur les fortifs... là-bas... là-bas...
J’ai poussé comme un’ fleur sauvage,
J’m’ai amusé’ avec les gâs,
Avec les goss’lin’s de mon âge.
On courait, on s’y bousculait
Sans craindre les coups ni les chutes...
Mince alors ! c’qu’on y rigolait !
Ah ! quell’s culbutes !
 
Quand j’eus seize ans, le beau Julot
Me dit : La goss’, tu d’viens bell’ môme !
Tes mirett’s m’ont troublé l’cerveau ;
Si tu voulais, j’ s’rais ton p’tit homme.
 
Sur les fortifs... là-bas... là-bas...
Un soir d’ la saison printanière,
Julot m’a prise en ses deux bras,
Et j’me suis donnée tout entière...
Pendant longtemps ce fut si beau,
Qu’ les jours passaient comm’ des minutes...
On s’ bécottait comm’ des moineaux...
Ah ! quell’s culbutes !
 
L’ bonheur des uns rend les aut’s fous ;
Un jour Polyt’, retour du bagne,
Dit à mon homm’ : Moi, j’ suis jaloux !
Ta femm’ me plaît, viens qu’on s’ la gagne.
 
Sur les fortifs... là-bas... là-bas...
I’ sont partis dans la nuit brune...
C’étaient deux homm’s qui flanchaient pas...
Leurs couteaux brillaient sous la lune...
I’ luttaient, d’ la hain’ plein les yeux...
Quand tout à coup du haut d’ la butte...
V’là qu’i’ sont tombés tous les deux...
Ah ! quell’ culbute !
 
Un cri... des râl’s... et puis, plus rien !
J’ suis restée là comme un’ femm’ soûle...
J’ me suis penchée... et j’m’en souviens !...
J’ai vu !... j’avais perdu la boule !...
 
Sur les fortifs... là-bas... là-bas...
Quèqu’ chos’ qui saign’ !! quèqu’ chos’ de rouge !!
Vers quoi Julot tendait les bras,
Malgré la mort, l’ignoble gouge !
C’était mon cœur... qui s’trouvait là,
Emporté par lui dans sa chute...
Et j’l’ai jamais r’trouvé d’puis ça...
Ah ! quell’ culbute !
 

René Champigny, Ferdinand-Louis Bénech

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dеubеl : Détrеssе

Viviеn : Dеvаnt lе соuсhаnt

Viviеn : Lа Соnquе

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βrulé : «Ρоur mаl tеmps ni pоur gеléе...»

Dеsсhаmps : «Jе dеviеns соurbеs еt bоssu...»

Αndré Sаlmоn

Μас Οrlаn : Lе Μаnègе d’аérоplаnеs

Dеsсhаmps : Ρlаintеs d’аmоurеuх

Τоulеt : «Сеt huissiеr, qui јеtаit, l’été...»

☆ ☆ ☆ ☆

Νаvаrrе : «J’аimе unе аmiе еntièrеmеnt pаrfаitе...»

Соppéе : Désir dе glоirе

Hugо : «Ιl lui disаit : Vоis-tu, si tоus dеuх nоus pоuviоns...»

*** : Dаns lеs fоrtifs

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Lе Rоssignоl еt lа Grеnоuillе (Rоussеаu)

De Сосhоnfuсius sur Lе Соurеur (Hеrеdiа)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur Μа dаnsе (Сеndrаrs)

De Jаdis sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Сосhоnfuсius sur Ρаris vаissеаu dе сhаrgе (Ρéguу)

De Jаdis sur «Ρаr l’аmplе mеr, lоin dеs pоrts еt аrènеs» (Sаint-Gеlаis)

De Τhundеrbird sur Lе Ρоètе соntumасе (Соrbièrе)

De Μаgélаnt sur Αiguillеs dе саdrаn (Sаint-Ρоl-Rоuх)

De Сосhоnfuсius sur «Lа viе humblе аuх trаvаuх еnnuуеuх еt fасilеs...» (Vеrlаinе)

De Vinсеnt sur Lе Μоrt јоуеuх (Βаudеlаirе)

De Simоn Hоаrаu sur Sсаrbо : «Οh ! quе dе fоis је l’аi еntеndu еt vu...» (Βеrtrаnd)

De Εsprit dе сеllе sur L’Éсоlе buissоnnièrе (Durосhеr)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Сhаpеllе dе lа mоrtе (Νеlligаn)

De Сurаrе- sur «Lе sоn du соr s’аffligе vеrs lеs bоis...» (Vеrlаinе)

De Τutus ΙΙ bis sur Vénus Αnаdуоmènе (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Jе vоguе sur lа mеr, оù mоn âmе сrаintivе...» (Gоmbаud)

De Сurаrе- sur Lе Vœu (Hеrеdiа)

De hiаtus sur Ρоur lе Vаissеаu dе Virgilе (Hеrеdiа)

De Ιхеu.е sur À l’inассеssiblе (Rоllinаt)

De Vinсеnt sur Un Ρеintrе (Hеrеdiа)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе

 



Photo d'après : Hans Stieglitz