Charles Coran

Les poëtes français, 1863


Le Vin de Jurançon


 
      Petit vin doux de Jurançon,
      Êtes-vous gai dans ma mémoire !
      Avec mon hôte et sa chanson,
      Sous les rosiers j’allais vous boire.
 
      Passant par là, vingt ans après,
      J’ai retrouvé sous la tonnelle
      Mon hôte, assis toujours au frais,
      Chantant la même ritournelle.
 
      Le Jurançon, d’hier pressé,
      Me traite en ami de la veille :
      Les souvenirs du temps passé
      Coulent déjà de la bouteille.
 
      Le verre en main, rubis dans l’œil,
      On trinque, on boit... Mais quel vinaigre !
      Jamais piquette d’Argenteuil
      À mon palais ne fut plus aigre.
 
      Pourtant c’est le cru du bon temps,
      Le jus pareil, la même tonne...
      C’est vous, gaîté de mon printemps,
      Qui manquez au vin de l’automne.
 
              ________
 
 
J’ai négligé de façonner ma vigne ;
Comme un lézard le cep libre a couru.
Quand le fruit mûr sous la feuille a fait signe,
Sans compagnon j’ai vendangé mon cru.
 
Sous le pressoir je n’ai pas mis la grappe
Pour lui donner en cuve un titre vain.
À la façon des suivants de Priape,
Entre mes doigts j’ai fait jaillir le vin.
 
Je n’ai rempli qu’à peine une bouteille.
On sait le prix du petit vin nouveau ;
Cela se verse aux passants, sous la treille,
Et coule au cœur sans monter au cerveau.
 
À mon clairet indiquant cette route,
De vigneron je me fis sommelier,
Et je l’offrais... Mais quoi ! pas un n’y goûte,
Que faire alors ? Le coucher au cellier.
 
Sous le cachet de l’oubli bien fermée,
Jeune bouteille, endormez vos glouglous ;
Comme un flacon de haute renommée,
Dans la poussière encroûtez le vin doux.
 
Mais dans trente ans qu’un gourmet vous découvre ;
Vieille bouteille à des respects a droit :
Avec égard lentement il vous ouvre ;
Il flaire, il goûte, il vous vante : on vous boit.
 
D’un nom flatteur la mode vous baptise ;
La sotte alors tend son verre au flacon.
Autre travers de l’humaine bêtise,
De mon clairet on fera du mâcon.
 
Pour aujourd’hui, la vigne est encor verte ;
Sous mon berceau j’irai, sans plus de frais,
À la gaité tenir mon âme ouverte
Et savourer l’indifférence au frais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Τуаrd : «Jе vis rоugir sоn blаnс pоli ivоirе...»

Βаïf : «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...»

Αpоllinаirе : Réсlаmе pоur lа mаisоn Wаlk оvеr

Lа Fоntаinе : Lе Lоup еt l’Αgnеаu

Τhаlу : L’Îlе lоintаinе

Lоrrаin : Déсаdеnсе

Βаudеlаirе : Саusеriе

Lоrrаin : Lа Μоrt dеs lуs

Сrоs : Αu саfé

Сrоs : À unе сhаttе

☆ ☆ ☆ ☆

Lоuvеnсоurt : «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...»

Viviеn : Lеs Lèvrеs pаrеillеs

Spоndе : «Qui sоnt, qui sоnt сеuх-là, dоnt lе сœur idоlâtrе...»

Gаutiеr : «Dаns un bаisеr, l’оndе аu rivаgе...»

Lоrrаin : Μiss Μisеr

Hugо : Сhаnsоn еn саnоt

Viаu : «Τоut у сhеvаuсhе, tоut у fоut...»

Соppéе : «Αuprès dе Sаint-Sulpiсе, un spесtасlе оdiеuх...»

Hugо : Ρrès d’Αvrаnсhеs

Klingsоr : L’Αubеrgе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Hélаs ! vоiсi lе јоur quе mоn mаîtrе оn еntеrrе...» (Rоnsаrd)

De Сосhоnfuсius sur «Sоngе hеurеuх еt divin, trоmpеur dе mа tristеssе...» (Βаïf)

De Сосhоnfuсius sur «Lе sоlеil еn tоus liеuх déсоuvrе sа lumièrе...» (Μоtin)

De Jаdis sur Εn fасе dе lа pièсе d’еаu (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur Sоnnеt : «Τristе, lоin dе l’Αmiе, еt quаnd l’été déсlinе...» (Sаintе-Βеuvе)

De Αdа еn Hérаldiе sur «Lеs fеmmеs еt lа mеr n’оnt riеn dе dissеmblаblе...» (Lоuvеnсоurt)

De Αdа еn Hérаldiе sur Lа Ρоrtе vitréе (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Jаdis sur Lеs Сhrуsаlidеs (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur Саusеriе (Βаudеlаirе)

De Jаdis sur Lе Сid (Fоurеst)

De Ρеrutz sur Lе Dеuil du mоulin (Соuté)

De Krоnеnbоurg sur «Εn un pеtit еsquif épеrdu, mаlhеurеuх...» (Αubigné)

De Ρоpаul ΙΙ sur Grееn (Vеrlаinе)

De Сurаrе- sur Lа Jumеnt Zizi (Rоllinаt)

De Сurаrе- sur «Lа mоrt а tоut mоn biеn еt mоn еspоir étеint...» (Αubin dе Μоrеllеs)

De Εsprit dе сеllе sur Lе Μаuvаis Jаrdiniеr (Gilkin)

De Vinсеnt sur «Dе Μуrtе еt dе Lаuriеr fеuillе à fеuillе еnsеrrés...» (Rоnsаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Jе sеns unе dоuсеur à соntеr impоssiblе...» (Rоnsаrd)

De Vinсеnt sur Dеvаnt dеuх pоrtrаits dе mа mèrе (Νеlligаn)

De Соrbеаu sur Lе Сосhоn (Rеnаrd)

De Gаrdiеn dеs саnаrds sur L’Εspоir еn Diеu (Μussеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе