Charles Coran

Les poëtes français, 1863


Le Vin de Jurançon


 
      Petit vin doux de Jurançon,
      Êtes-vous gai dans ma mémoire !
      Avec mon hôte et sa chanson,
      Sous les rosiers j’allais vous boire.
 
      Passant par là, vingt ans après,
      J’ai retrouvé sous la tonnelle
      Mon hôte, assis toujours au frais,
      Chantant la même ritournelle.
 
      Le Jurançon, d’hier pressé,
      Me traite en ami de la veille :
      Les souvenirs du temps passé
      Coulent déjà de la bouteille.
 
      Le verre en main, rubis dans l’œil,
      On trinque, on boit... Mais quel vinaigre !
      Jamais piquette d’Argenteuil
      À mon palais ne fut plus aigre.
 
      Pourtant c’est le cru du bon temps,
      Le jus pareil, la même tonne...
      C’est vous, gaîté de mon printemps,
      Qui manquez au vin de l’automne.
 
              ________
 
 
J’ai négligé de façonner ma vigne ;
Comme un lézard le cep libre a couru.
Quand le fruit mûr sous la feuille a fait signe,
Sans compagnon j’ai vendangé mon cru.
 
Sous le pressoir je n’ai pas mis la grappe
Pour lui donner en cuve un titre vain.
À la façon des suivants de Priape,
Entre mes doigts j’ai fait jaillir le vin.
 
Je n’ai rempli qu’à peine une bouteille.
On sait le prix du petit vin nouveau ;
Cela se verse aux passants, sous la treille,
Et coule au cœur sans monter au cerveau.
 
À mon clairet indiquant cette route,
De vigneron je me fis sommelier,
Et je l’offrais... Mais quoi ! pas un n’y goûte,
Que faire alors ? Le coucher au cellier.
 
Sous le cachet de l’oubli bien fermée,
Jeune bouteille, endormez vos glouglous ;
Comme un flacon de haute renommée,
Dans la poussière encroûtez le vin doux.
 
Mais dans trente ans qu’un gourmet vous découvre ;
Vieille bouteille à des respects a droit :
Avec égard lentement il vous ouvre ;
Il flaire, il goûte, il vous vante : on vous boit.
 
D’un nom flatteur la mode vous baptise ;
La sotte alors tend son verre au flacon.
Autre travers de l’humaine bêtise,
De mon clairet on fera du mâcon.
 
Pour aujourd’hui, la vigne est encor verte ;
Sous mon berceau j’irai, sans plus de frais,
À la gaité tenir mon âme ouverte
Et savourer l’indifférence au frais.
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Αutrаn : Εugéniе dе Guérin

Sаint-Ρоl-Rоuх : Lа Саrаfе d’еаu purе

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Jаmmеs : Guаdаlupе dе Αlсаrаz

Νеrvаl : Vеrs dоrés

Hugо : Sаisоn dеs sеmаillеs — Lе Sоir

Βirаguе : «Un pоil blоnd еnlасé dе pеrlеs à l’еntоur...»

Μilоsz : Sуmphоniе dе nоvеmbrе

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Rоdеnbасh : «Τristеssе ! је suis sеul ; с’еst dimаnсhе ; il plеuvinе !...»

Rоdеnbасh : «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....»

Νоuvеаu : Fin d’аutоmnе

☆ ☆ ☆ ☆

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis né dаns un pоrt еt dеpuis mоn еnfаnсе...»

Μаrоt : À Αntоinе : «Si tu еs pаuvrе...»

Fоurеst : Jаrdins d’аutоmnе

Jаmmеs : Αvес tоn pаrаpluiе

Саrсо : Ιntériеur : «Dеs vоуоus étеints pаr lа nосе...»

Rоnsаrd : «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...»

Βаïf : «Rоssignоl аmоurеuх, qui dаns сеttе rаméе...»

Μilоsz : «Ô nuit, ô mêmе nuit mаlgré tаnt dе јоurs mоrts...»

Νоuvеаu : «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...»

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Un Μоnt, tоut hérissé dе Rосhеrs еt dе Ρins...» (Sсаrrоn)

De Сосhоnfuсius sur Αspеrgеs mе (Vеrlаinе)

De Сосhоnfuсius sur L’Αvеuglе (Ρéguу)

De Ιsis Μusе sur Lа grоssе dаmе сhаntе... (Ρеllеrin)

De Сurаrе- sur «Si ј’étаis dаns un bоis pоursuivi d’un liоn...» (Viаu)

De Dаmе dе flаmmе sur Сhаnsоn dе lа mélаnсоliе (Fоrt)

De Сurаrе- sur «Соmtе, qui nе fis оnс соmptе dе lа grаndеur...» (Du Βеllау)

De Сurаrе- sur «Jе vоуаis, mе соuсhаnt, s’étеindrе unе сhаndеllе...» (Rоnsаrd)

De Jаdis sur «Lе brоuillаrd indоlеnt dе l’аutоmnе еst épаrs.....» (Rоdеnbасh)

De Μiсhеl sur L’Hоrlоgе : «Lеs Сhinоis vоiеnt l’hеurе dаns l’œil dеs сhаts...» (Βаudеlаirе)

De Xi’аn sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Xi’Αn sur Εn Αrlеs. (Τоulеt)

De Rоgеr СΟURΤΟΙS sur Villе dе Frаnсе (Régniеr)

De Vinсеnt sur «Jе vоudrаis, si mа viе étаit еnсоrе à fаirе...» (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Lа Fоliе (Rоllinаt)

De Jаnus- sur «Сеrtаin аbbé sе mаnuélisаit...» (Rоussеаu)

De Jаdis sur «Vоtrе têtе rеssеmblе аu mаrmоusеt d’un sistrе...» (Sigоgnе)

De Сосhоnfuсius sur «Се rusé Саlаbrаis tоut viсе, quеl qu’il sоit...» (Du Βеllау)

De Ρаsquеlin sur «Τu gаrdеs dаns tеs уеuх lа vоlupté dеs nuits...» (Viviеn)

De Сhristiаn sur «Ô Ρèrе dоnt јаdis lеs mаins industriеusеs...» (Lа Сеppèdе)

De Ιо Kаnааn sur «Соmmе lе mаriniеr, quе lе сruеl оrаgе...» (Du Βеllау)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе