Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


À mon cotre Le Négrier


 

  Vendu sur l’air de : Adieu, mon beau Navire !...


 
        Allons file, mon cotre !
        Adieu mon Négrier.
        Va, file aux mains d’un autre
        Qui pourra te noyer...
 
Nous n’irons plus sur la vague lascive
        Nous gîter en fringuant !
Plus nous n’irons à la molle dérive
        Nous rouler en rêvant...
 
        — Adieu, rouleur de cotre,
        Roule mon Négrier,
        Sous les pieds plats de l’autre
        Que tu pourras noyer.
 
Va ! nous n’irons plus rouler notre bosse...
        Tu cascadais fourbu ;
Les coups de mer arrosaient notre noce,
        Dis : en avons-nous bu !...
 
        — Et va, noceur de cotre !
        Noce, mon Négrier !
        Que sur ton pont se vautre
        Un noceur perruquier.
 
... Et, tous les crins au vent, nos chaloupeuses !
        Ces vierges à sabords !
Te patinant dans nos courses mousseuses !...
        Ah ! c’étaient les bons bords !...
 
        — Va, pourfendeur de lames,
        Pourfendre, ô Négrier !
        L’estomac à des dames
        Qui paîront leur loyer.
 
... Et sur le dos rapide de la houle,
        Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle...
        — Mais toujours d’un œil sûr ! —
 
        — Va te soûler, mon cotre :
        À crever ! Négrier.
        Et montre bien à l’autre
        Qu’on savait louvoyer.
 
... Il faisait beau quand nous mettions en panne,
        Vent-dedans vent-dessus ;
Comme on pêchait !... Va : je suis dans la panne
        Où l’on ne pêche plus.
 
        — La mer jolie est belle
        Et les brisans sont blancs...
        Penché, trempe ton aile
        Avec les goëlands !...
 
Et cingle encor de ton fin mât-de-flèche,
        Le ciel qui court au loin.
Va ! qu’en glissant, l’algue profonde lèche
        Ton ventre de marsouin !
 
        — Va, sans moi, sans ton âme ;
        Et saille de l’avant !...
        Plus ne battras ma flamme
        Qui chicanait le vent.
 
Que la risée enfle encor ta Fortune[1]
        En bandant tes agrès !
— Moi : plus d’agrès, de lest, ni de fortune...
        Ni de risée après !
 
        ... Va-t’en, humant la brume
        Sans moi, prendre le frais,
        Sur la vague de plume...
        Va — Moi j’ai trop de frais. —
 
Légère encor est pour toi la rafale
        Qui frisotte la mer !
Va... — Pour moi seul, rafalé, la rafale
        Soulève un flot amer !...
 
        — Dans ton âme de cotre,
        Pense à ton matelot
        Quand, d’un bord ou de l’autre,
        Remontera le flot...
 
— Tu peux encor échouer ta carène
        Sur l’humide varech ;
Mais moi j’échoue aux côtes de la gêne,
        Faute de fond — à sec —
 

             
Roscoff. — Août.


______
[1] Fortune : Large voile de beau temps.

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Сrоs : Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...»

Lеvеу : Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа

Соuté : Lеs Соnsсrits

Rоdеnbасh : Vеilléе dе glоirе

Οsсаr V. dе L. Μilоsz

Hugо : «Αmis, un dеrniеr mоt ! — еt је fеrmе à јаmаis...»

Ρоpеlin : Lа Νеigе

Μауnаrd : «Сhаquе Ρriаpе du viеuх tеmps...»

Μауnаrd : «Βеllе, qui sаns fоutеur fоutеz...»

Μауnаrd : Épitаphе : «Сi-gît Ρаul qui bаissаit lеs уеuх...»

☆ ☆ ☆ ☆

Stаël : Épitrе sur Νаplеs

Ρirоn : Οdе à Ρriаpе

Rеgnаrd : Épîtrе à Μ. ...

Βruаnt : Sоulоlоquе

Μасеdоnski : Lе Сlоîtrе

Μасеdоnski : Sоnnеt lоintаin

Μаrоt : «J’аi unе lеttrе еntrе tоutеs élitе...»

Μауnаrd : «L’hоmmе qui gît еn се liеu...»

Riсhеpin : Dаb

Βаnvillе : Μаriа Gаrсiа

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt : «Jе sаis fаirе dеs vеrs pеrpétuеls. Lеs hоmmеs...» (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Lе Βаin dеs Νуmphеs (Hеrеdiа)

De Сосhоnfuсius sur L’Αnсêtrе (Hеrеdiа)

De Lе Gаrdiеn sur Républiquе Αrgеntinе — Lа Ρlаtа (Lеvеу)

De Lа-Μusérаntе sur «L’hоmmе qui gît еn се liеu...» (Μауnаrd)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur «Се quе tа plumе prоduit...» (Μауnаrd)

De Jеhаn Ρаuvrеpin sur Sоnnеt ivrе (Riсhеpin)

De Сurаrе- sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Сhristiаn sur À Ιris, qui mаngеаit оrdinаirеmеnt dеs flеurs (Lе Ρауs)

De Ιvrеssе sur «Сhаmpêtrеs еt lоintаins quаrtiеrs, је vоus préfèrе...» (Соppéе)

De Fаisаnе sur Lе Rêvе du pоètе (Соppéе)

De Εsprit dе сеllе sur Vеrs à unе fеmmе (Βоuilhеt)

De Τhundеrbird sur Éсrit аvес du sаng (Sеgаlеn)

De Μаirе dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Fоirе dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Соugаrе- sur Lе Сhiеn еt lе Сhаt (Αrnаult)

De wеbmаstеr sur «Lе mоndе plus trоmpеur quе lеs flоts dе Νеptunе...» (Ρеllissоn-Fоntаniеr)

De Сосhоnfitсhuss sur Αir : «Τоut l’univеrs оbéit à l’Αmоur...» (Lа Fоntаinе)

De Viсtоr Сlоuеlbес sur Lа Соnsсiеnсе (Hugо)

De Gаrdеur d’аlbаtrоs sur Frаnçоis Соppéе

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе