Tristan Corbière


À mon cotre Le Négrier


 

  Vendu sur l’air de : Adieu, mon beau Navire !...


 
        Allons file, mon cotre !
        Adieu mon Négrier.
        Va, file aux mains d’un autre
        Qui pourra te noyer...
 
Nous n’irons plus sur la vague lascive
        Nous gîter en fringuant !
Plus nous n’irons à la molle dérive
        Nous rouler en rêvant...
 
        — Adieu, rouleur de cotre,
        Roule mon Négrier,
        Sous les pieds plats de l’autre
        Que tu pourras noyer.
 
Va ! nous n’irons plus rouler notre bosse...
        Tu cascadais fourbu ;
Les coups de mer arrosaient notre noce,
        Dis : en avons-nous bu !...
 
        — Et va, noceur de cotre !
        Noce, mon Négrier !
        Que sur ton pont se vautre
        Un noceur perruquier.
 
... Et, tous les crins au vent, nos chaloupeuses !
        Ces vierges à sabords !
Te patinant dans nos courses mousseuses !...
        Ah ! c’étaient les bons bords !...
 
        — Va, pourfendeur de lames,
        Pourfendre, ô Négrier !
        L’estomac à des dames
        Qui paîront leur loyer.
 
... Et sur le dos rapide de la houle,
        Sur le roc au dos dur,
À toc de toile allait ta coque soûle...
        — Mais toujours d’un œil sûr ! —
 
        — Va te soûler, mon cotre :
        À crever ! Négrier.
        Et montre bien à l’autre
        Qu’on savait louvoyer.
 
... Il faisait beau quand nous mettions en panne,
        Vent-dedans vent-dessus ;
Comme on pêchait !... Va : je suis dans la panne
        Où l’on ne pêche plus.
 
        — La mer jolie est belle
        Et les brisans sont blancs...
        Penché, trempe ton aile
        Avec les goëlands !...
 
Et cingle encor de ton fin mât-de-flèche,
        Le ciel qui court au loin.
Va ! qu’en glissant, l’algue profonde lèche
        Ton ventre de marsouin !
 
        — Va, sans moi, sans ton âme ;
        Et saille de l’avant !...
        Plus ne battras ma flamme
        Qui chicanait le vent.
 
Que la risée enfle encor ta Fortune[1]
        En bandant tes agrès !
— Moi : plus d’agrès, de lest, ni de fortune...
        Ni de risée après !
 
        ... Va-t’en, humant la brume
        Sans moi, prendre le frais,
        Sur la vague de plume...
        Va — Moi j’ai trop de frais. —
 
Légère encor est pour toi la rafale
        Qui frisotte la mer !
Va... — Pour moi seul, rafalé, la rafale
        Soulève un flot amer !...
 
        — Dans ton âme de cotre,
        Pense à ton matelot
        Quand, d’un bord ou de l’autre,
        Remontera le flot...
 
— Tu peux encor échouer ta carène
        Sur l’humide varech ;
Mais moi j’échoue aux côtes de la gêne,
        Faute de fond — à sec —
 

             
Roscoff. — Août.


______
[1] Fortune : Large voile de beau temps.

Les Amours jaunes, 1873

Commentaire (s)

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Βоhémiеns еn vоуаgе

Ρеllеrin : Lа Ρеtitе Βеrgèrе

Sсаrrоn : Épitrе à Μоnsiеur Sаrаzin

Vеrlаinе : Τаntаlizеd

Vеrlаinе : Lеs Ιndоlеnts

Μаuсlаir : Légеndе : «Ιls l’оnt сlоuéе pаr lеs mаins...»

Vеrlаinе : Соllоquе sеntimеntаl

Βаnvillе : «Sсulptеur, сhеrсhе аvес sоin...»

☆ ☆ ☆ ☆

Lе Βrаz : Νосturnе

Βаudеlаirе : «Τu mеttrаis l’univеrs еntiеr dаns tа ruеllе...»

Jаmmеs : Lе sоlеil fаisаit luirе

Vеrlаinе : Lе Ρоètе еt lа Μusе

Lаutréаmоnt : «Jе сhеrсhаis unе âmе qui mе rеssеmblât...»

Βаudеlаirе : Lа Vоiх

Frаnс-Νоhаin : Sоlliсitudеs

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Rêvе : «Jе nе puis m’еndоrmir ; је sоngе...» (Lаfоrguе)

De Сосhоnfuсius sur «Du tristе сœur vоudrаis lа flаmmе étеindrе...» (Sаint-Gеlаis)

De Сосhоnfuсius sur Βоhémiеns еn vоуаgе (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sisinа (Βаudеlаirе)

De Ρiеrrе Lаmу sur Μа Βоhèmе (Rimbаud)

De Ρiеrrе Lаmу sur Sоnnеt аu Lесtеur (Μussеt)

De Τhundеrbird sur Sur un tоmbеаu (Τristаn L'Hеrmitе)

De Сurаrе- sur Сirсоnspесtiоn (Vеrlаinе)

De Jаdis sur Sоlitudе (Siеfеrt)

De Сurаrе- sur Τhérаpеutiquе (Μénаrd)

De Jаdis sur Соmpаrаisоn du Ρhéniх (Jаmуn)

De Jаdis sur Stаnсеs sur mоn јаrdin dе Βоuсhеrvillе (Quеsnеl)

De Εsprit dе сеllе sur Ρоur un аmi (Sаintе-Βеuvе)

De Lеwis Ρ. Shаnks sur Lе Μаuvаis Μоinе (Βаudеlаirе)

De Τhundеrbird sur L’Éсlаtаntе viсtоirе dе Sаrrеbruсk (Rimbаud)

De Сurаrе- sur «Εllе а bеаuсоup dе l’аir d’unе аntiquе mаrоttе...» (Sigоgnе)

De Vinсеnt sur «Соmmе un соrps féminin...» (Ρаpillоn dе Lаsphrisе)

De Élеvеur sur Sоnnеt : «Ιl у а dеs mоmеnts оù lеs fеmmеs sоnt flеurs...» (Сrоs)

De Quеlсаin sur «Dаphné sе vit еn lаuriеr соnvеrtiе...» (Sсаliоn dе Virblunеаu)

De Ρlutоrquе sur «J’еntrаis сhеz lе mаrсhаnd dе mеublеs, еt là, tristе...» (Νоuvеаu)

De Εsprit dе сеllе sur «Τоn оrguеil pеut durеr аu plus dеuх оu trоis аns...» (Viаu)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе