Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Après la pluie


 
J’aime la petite pluie
    Qui s’essuie
D’un torchon de bleu troué !
J’aime l’amour et la brise,
    Quand ça frise...
Et pas quand c’est secoué.
 
— Comme un parapluie en flèches,
    Tu te sèches,
Ô grand soleil ! grand ouvert...
À bientôt l’ombrelle verte
    Grand’ ouverte !
Du printemps — été d’hiver. —
 
La passion c’est l’averse
    Qui traverse !
Mais la femme n’est qu’un grain :
Grain de beauté, de folie
    Ou de pluie...
Grain d’orage — ou de serein. —
 
Dans un clair rayon de boue,
    Fait la roue,
La roue à grand appareil,
— Plume et queue — une Cocotte
    Qui barbote ;
Vrai déjeuner de soleil !
 
— « Anne ! ou qui que tu sois, chère...
    Ou pas chère,
Dont on fait, à l’œil, les yeux...
Hum... Zoé ! Nadjejda ! Jane !
    Vois : je flâne,
Doublé d’or comme les cieux !
 
« English spoken ? — Espagnole ?...
    Batignolle ?...
Arbore le pavillon
Qui couvre ta marchandise,
    Ô marquise
D’Amaëgui !... Frétillon !...
 
« Nom de singe ou nom d’Archange ?
    Ou mélange ?...
Petit nom à huit ressorts ?
Nom qui ronfle, ou nom qui chante ?
    Nom d’amante ?...
Ou nom à coucher dehors ?...
 
« Veux-tu, d’une amour fidelle,
    Éternelle !
Nous adorer pour ce soir ?...
Pour tes deux petites bottes
    Que tu crottes,
Prends mon cœur et le trottoir !
 
« N’es-tu pas doña Sabine ?
    Carabine ?...
Dis : veux-tu le paradis
De l’Odéon ? — traversée
    Insensée !...
On emporte des radis. » —
 
C’est alors que se dégaine
    La rengaine :
— Vous vous trompez... Quel émoi !...
Laissez-moi... je suis honnête...
      — Pas si bête !
— Pour qui me prends-tu ? — Pour moi !...
 
« ...Prendrais-tu pas quelque chose
    Qu’on arrose
Avec n’importe quoi... du
Jus de perles dans des coupes
    D’or ?... Tu coupes !...
Mais moi ? Mina, me prends-tu ?
 
— Pourquoi pas : ça va sans dire !
    — Ô sourire !...
Moi, par-dessus le marché !...
Hermosa, tu m’as l’air franche
    De la hanche !
Un cuistre en serait fâché !
 
— Mais je me nomme Aloïse...
    — Héloïse !
Veux-tu, pour l’amour de l’art,
— Abeilard avant la lettre —
    Me permettre
D’être un peu ton Abeilard ? »
 
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
 
Et, comme un grain blanc qui crève,
    Le doux rêve
S’est couché là, sans point noir...
Donne à ma lèvre apaisée,
    « La rosée
D’un baiser-levant — Bonsoir —
 
« C’est le chant de l’alouette,
    Juliette !
Et c’est le chant du dindon....
Je te fais, comme l’aurore
    Qui te dore,
Un rond d’or sur l’édredon. »
 

Commentaire (s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
Site Web :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Information requise.   * Cette adresse ne sera pas publiée.
 


Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Guillеt : «Lа nuit étаit pоur mоi si très оbsсurе...»

Lоuÿs : Αu vаissеаu

Μаgnу : «Ô bеаuх уеuх bruns, ô rеgаrds détоurnés...»

Rасinе : Βritаnniсus. Αсtе ΙΙ, Sсènе 2

Βеllеаu : Lа Βеllе Νuit

Τаilhаdе : Ιnitiаtiоn

Klingsоr : Lе Νаin

Саmillе Μаuсlаir

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Dеlillе : Lе Соin du fеu

☆ ☆ ☆ ☆

Μussеt : Sur unе mоrtе

Du Βеllау : «Μаudit sоit millе fоis lе Βоrgnе dе Libуе...»

Hugо : Répоnsе à un асtе d’ассusаtiоn

Βruаnt : Fins dе sièсlе

Gréсоurt : Lе biеn viеnt еn dоrmаnt

Vitré : «Μоn âmе еst un rоsеаu fаiblе, sес еt stérilе...»

Hugо : À dеs оisеаuх еnvоlés

Diеrх : Εn сhеmin

Rоllinаt : Lа Сhаnsоn dеs Αmоurеusеs

Сrоs : Sоir

Cоmmеntaires récеnts

De Jаdis sur Ρhèdrе (Fоurеst)

De Gégé sur Sоir dе Μоntmаrtrе. (Τоulеt)

De Jаdis sur Vœu (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сосhоnfuсius sur «Се Μоndе, соmmе оn dit, еst unе саgе à fоus...» (Fiеfmеlin)

De Сосhоnfuсius sur «Соmmе јаdis l’âmе dе l’univеrs...» (Du Βеllау)

De Jаdis sur «Се n’еst pаs drôlе dе mоurir...» (Τоulеt)

De Μаlvinа- sur «Quе tristе tоmbе un sоir dе nоvеmbrе...» (Νоuvеаu)

De Сосhоnfuсius sur Sur lе pаssаgе dе lа Μеr Rоugе (Drеlinсоurt)

De Lеmiеuх Sеrgе sur «Vоtrе rirе еst éсlаtаnt...» (Lа Villе dе Μirmоnt)

De Сurаrе- sur «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...» (Αrvеrs)

De Сhristiаn sur Rêvеriе sur tа vеnuе (Αpоllinаirе)

De Diсkо rimеur sur «Jе rêvе dе vеrs dоuх еt d’intimеs rаmаgеs...» (Sаmаin)

De Νаguèrе sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

De Vinсеnt sur «Ô qu’hеurеuх еst сеlui qui pеut pаssеr sоn âgе...» (Du Βеllау)

De Εsprit dе сеllе sur Сhаnsоn (Οmbrе du bоis) (Lоuÿs)

De Αlbеrtus sur Сhаnsоn : «Ô biеnhеurеuх qui pеut pаssеr sа viе...» (Dеspоrtеs)

De mаl еntеndеur sur Sоnnеt à Μаdаmе Μ.Ν. : «Quаnd, pаr un јоur dе pluiе, un оisеаu dе pаssаgе...» (Μussеt)

De Vinсеnt sur «Αfin quе pоur јаmаis...» (Βаïf)

De Εsprit dе сеllе sur «Ô Τоi qui аs еt pоur mèrе еt pоur pèrе...» (Jоdеllе)

De Сurаrе- sur Εl Dеsdiсhаdо (Νеrvаl)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе