Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Épitaphe


 

Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin la fin en sera que les amoureux et autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de la terre où l’on aura fini par ne distinguer plus où commence la fin d’où finit le commencement ce qui est toute fin de tout commencement égale à tout commencement de toute fin ce qui est le commencement final de l’infini défini par l’indéfini — Égale une épitaphe égale une préface et réciproquement.
(Sagesse des Nations)


 
Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse.
S’il vit, c’est par oubli ; voici ce qu’il se laisse :
 
— Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse. —
 
          Il ne naquit par aucun bout,
          Fut toujours poussé vent-de-bout,
          Et fut un arlequin-ragoût,
          Mélange adultère de tout.
 
          Du je-ne-sais-quoi. — Mais ne sachant où ;
          De l’or, — mais avec pas le sou ;
          Des nerfs, — sans nerf ; vigueur sans force ;
          De l’élan, — avec une entorse ;
          De l’âme, — et pas de violon ;
          De l’amour, — mais pire étalon.
          — Trop de noms pour avoir un nom. —
 
          Coureur d’idéal, — sans idée ;
          Rime riche, — et jamais rimée ;
          Sans avoir été, — revenu ;
          Se retrouvant partout perdu.
 
          Poète, en dépit de ses vers ;
          Artiste sans art, — à l’envers,
          Philosophe, — à tort à travers.
 
          Un drôle sérieux, — pas drôle.
          Acteur, il ne sut pas son rôle ;
          Peintre : il jouait de la musette ;
          Et musicien : de la palette.
 
          Une tête ! — mais pas de tête ;
          Trop fou pour savoir être bête ;
          Prenant pour un trait le mot très.
          — Ses vers faux furent ses seuls vrais.
 
          Oiseau rare — et de pacotille ;
          Très mâle... et quelquefois très fille ;
          Capable de tout, — bon à rien ;
          Gâchant bien le mal, mal le bien.
          Prodigue comme était l’enfant
          Du Testament, — sans testament.
          Brave, et souvent, par peur du plat,
          Mettant ses deux pieds dans le plat.
 
          Coloriste enragé, — mais blême ;
          Incompris... — surtout de lui-même ;
          Il pleura, chanta juste faux ;
          — Et fut un défaut sans défauts.
 
          Ne fut quelqu’un, ni quelque chose
          Son naturel était la pose.
          Pas poseur, — posant pour l’unique ;
          Trop naïf, étant trop cynique ;
          Ne croyant à rien, croyant tout.
          — Son goût était dans le dégoût.
 
          Trop crû, — parce qu’il fut trop cuit,
          Ressemblant à rien moins qu’à lui,
          Il s’amusa de son ennui,
          Jusqu’à s’en réveiller la nuit.
          Flâneur au large, — à la dérive,
          Épave qui jamais n’arrive....
 
          Trop Soi pour se pouvoir souffrir,
          L’esprit à sec et la tête ivre,
          Fini, mais ne sachant finir,
          Il mourut en s’attendant vivre
          Et vécut, s’attendant mourir.
 
          Ci-gît, — cœur sans cœur, mal planté,
          Trop réussi, — comme raté.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Fоrt : Lе Dit du pаuvrе viеuх

Lесоntе dе Lislе : Lа Τristеssе du Diаblе

Sаint-Ρоl-Rоuх

Соppéе : Flеurs impurеs

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Νоuvеаu : Sоnnеt dе lа lаnguе

Сlаudеl : Τénèbrеs

Viаu : «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...»

Rоllinаt : Lа Βibliоthèquе

Rоllinаt : Lа Βibliоthèquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrvillу : Βuсоliquе Νоirе

Lоuÿs : Lа Fеmmе qui dаnsе

Spirе : Αh ! ј’аimеrаis аimеr, dаns се frоid еnivrаnt,

Lоrrаin : L’Étаng mоrt

Lоuÿs : L’Εnfоurсhеmеnt

Соppéе : «J’éсris près dе lа lаmpе. Ιl fаit bоn. Riеn nе bоugе...»

Νоuvеаu : Fêtеs gаlаntеs

Lоrrаin : Lе Jеunе Hоmmе еt lа Μоrt

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Μеndès : Lе Rоssignоl

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Βiеnhеurеuх sоit lе јоur, еt lе mоis, еt l’аnnéе...» (Μаgnу)

De Сосhоnfuсius sur «Lаs ! је nе vеrrаi plus сеs sоlеils grасiеuх...» (Dеspоrtеs)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt du Gigоt (Ρоnсhоn)

De Rilkе Rаinеr Μаriа sur J’éсris (Νоаillеs)

De Jеаn-Βаptistе sur Épitаphе d’un сhаt (Du Βеllау)

De Сhristiаn sur «D’un sоmmеil plus trаnquillе à mеs Αmоurs rêvаnt...» (Viаu)

De Vinсеnt sur «Τаnt quе mеs уеuх pоurrоnt lаrmеs épаndrе...» (Lаbé)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur «Lе mаl еst grаnd, lе rеmèdе еst si brеf...» (Rоnsаrd)

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Сlаudе Gаrniеr

De Gаrdiеn dеs Αlbаtrоs sur Αpоllinаirе

De Lа fоuinе sur «J’аimе lа sоlitudе еt mе rеnds sоlitаirе...» (Νеrvèzе)

De ΙsisΜusе sur Соuplеs prédеstinés (Νоuvеаu)

De Lа fоuinе sur Ρâlе sоlеil d’hivеr (Lаfоrguе)

De piсh24 sur Μуrthо (Νеrvаl)

De Μаrсеlinе Dеsbоrdеs- sur «Unе flеur pаssаgèrе, unе vаinе pеinturе...» (Gоmbаud)

De gеpеttоz sur Αutоmnе (Αpоllinаirе)

De piсh24 sur Sеnsаtiоn (Rimbаud)

De piсh24 sur Lе Gоût dеs lаrmеs (Rоllinаt)

De Gоrdеаuх sur Ρsеudо-sоnnеt quе lеs аmаtеurs dе plаisаntеriе fасilе (Fоurеst)

De Сhristiаn sur «Quiсоnquе, mоn Βаillеul, fаit lоnguеmеnt séјоur...» (Du Βеllау)

De ΟUSSΕΝΙ sur «Étrаngеr, је sеns bоn...» (Τоulеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе