Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Épitaphe


 

Sauf les amoureux commençans ou finis qui veulent commencer par la fin il y a tant de choses qui finissent par le commencement que le commencement commence à finir par être la fin la fin en sera que les amoureux et autres finiront par commencer à recommencer par ce commencement qui aura fini par n’être que la fin retournée ce qui commencera par être égal à l’éternité qui n’a ni fin ni commencement et finira par être aussi finalement égal à la rotation de la terre où l’on aura fini par ne distinguer plus où commence la fin d’où finit le commencement ce qui est toute fin de tout commencement égale à tout commencement de toute fin ce qui est le commencement final de l’infini défini par l’indéfini — Égale une épitaphe égale une préface et réciproquement.
(Sagesse des Nations)


 
Il se tua d’ardeur, ou mourut de paresse.
S’il vit, c’est par oubli ; voici ce qu’il se laisse :
 
— Son seul regret fut de n’être pas sa maîtresse. —
 
          Il ne naquit par aucun bout,
          Fut toujours poussé vent-de-bout,
          Et fut un arlequin-ragoût,
          Mélange adultère de tout.
 
          Du je-ne-sais-quoi. — Mais ne sachant où ;
          De l’or, — mais avec pas le sou ;
          Des nerfs, — sans nerf ; vigueur sans force ;
          De l’élan, — avec une entorse ;
          De l’âme, — et pas de violon ;
          De l’amour, — mais pire étalon.
          — Trop de noms pour avoir un nom. —
 
          Coureur d’idéal, — sans idée ;
          Rime riche, — et jamais rimée ;
          Sans avoir été, — revenu ;
          Se retrouvant partout perdu.
 
          Poète, en dépit de ses vers ;
          Artiste sans art, — à l’envers,
          Philosophe, — à tort à travers.
 
          Un drôle sérieux, — pas drôle.
          Acteur, il ne sut pas son rôle ;
          Peintre : il jouait de la musette ;
          Et musicien : de la palette.
 
          Une tête ! — mais pas de tête ;
          Trop fou pour savoir être bête ;
          Prenant pour un trait le mot très.
          — Ses vers faux furent ses seuls vrais.
 
          Oiseau rare — et de pacotille ;
          Très mâle... et quelquefois très fille ;
          Capable de tout, — bon à rien ;
          Gâchant bien le mal, mal le bien.
          Prodigue comme était l’enfant
          Du Testament, — sans testament.
          Brave, et souvent, par peur du plat,
          Mettant ses deux pieds dans le plat.
 
          Coloriste enragé, — mais blême ;
          Incompris... — surtout de lui-même ;
          Il pleura, chanta juste faux ;
          — Et fut un défaut sans défauts.
 
          Ne fut quelqu’un, ni quelque chose
          Son naturel était la pose.
          Pas poseur, — posant pour l’unique ;
          Trop naïf, étant trop cynique ;
          Ne croyant à rien, croyant tout.
          — Son goût était dans le dégoût.
 
          Trop crû, — parce qu’il fut trop cuit,
          Ressemblant à rien moins qu’à lui,
          Il s’amusa de son ennui,
          Jusqu’à s’en réveiller la nuit.
          Flâneur au large, — à la dérive,
          Épave qui jamais n’arrive....
 
          Trop Soi pour se pouvoir souffrir,
          L’esprit à sec et la tête ivre,
          Fini, mais ne sachant finir,
          Il mourut en s’attendant vivre
          Et vécut, s’attendant mourir.
 
          Ci-gît, — cœur sans cœur, mal planté,
          Trop réussi, — comme raté.
 

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Dubus : Ρаntоum : «À l’аbri dеs ridеаuх...»

Μilоsz : Τоus lеs Μоrts sоnt ivrеs...

Swаrth : Lеs Αrtistеs

Rоllinаt : Lа Jumеnt Zizi

Αrvеrs : «Μоn âmе а sоn sесrеt, mа viе а sоn mуstèrе...»

Dоnnау : Lаmеntо du trоmpé

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρоpеlin : Viеuх mаrin, viеil аrtistе

Ρеllеrin : Lа grоssе dаmе сhаntе...

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

☆ ☆ ☆ ☆

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Rоllinаt : L’Étоilе du fоu

Lа Villе dе Μirmоnt : «Νоvеmbrеs pluviеuх, tristеs аu bоrd dеs flеuvеs...»

Hеrоld : Lа Саthédrаlе

Vаuсаirе : «Hоrs lа dоulеur, l’аmоur nе dоnnе pаs grаnd-сhоsе...»

Swаrth : Αu lесtеur

Suаrès : Μеssаgе dе Ρâris

Lа Βоétiе : «Се јоurd’hui, du sоlеil lа сhаlеur аltéréе...»

Rоllinаt : Lе Τunnеl

Ρiсаrd : Lе Τrоublе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur «Qu’hеurеuх tu еs, Βаïf, hеurеuх, еt plus qu’hеurеuх...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur «Viсtоriеusеmеnt fui lе suiсidе bеаu...» (Μаllаrmé)

De Сосhоnfuсius sur «J’аvаis lоngtеmps еrré pаr lеs sоmbrеs désеrts...» (Hаbеrt)

De Сliеnt sur Sоnnеt du huit févriеr 1915 (Αpоllinаirе)

De Fоurmi sur Lе Τunnеl (Rоllinаt)

De Julеs dе Βlаnсhеmоrt sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Jеаn dе Βlаnquеfоrt sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Αlаntе-Limа sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Ρrivаt d'Αnglеmоnt)

De Νаrсissе Hérоn sur «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...» (Βаudеlаirе)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе