Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Femme


 
                                        La Bête féroce
 
Lui — cet être faussé, mal aimé, mal souffert,
Mal haï — mauvais livre... et pire : il m’intéresse. —
S’il est vide après tout... Oh mon dieu, je le laisse,
        Comme un roman pauvre — entr’ouvert.
 
Cet homme est laid... — Et moi, ne suis-je donc pas belle,
        Et belle encore pour nous deux ! —
En suis-je donc enfin aux rêves de pucelle ?...
        — Je suis reine : Qu’il soit lépreux !
 
Où vais-je — femme ! — Après... suis-je donc pas légère
        Pour me relever d’un faux pas !
Est-ce donc Lui que j’aime ! — Eh non ! c’est son mystère...
        Celui que peut-être Il n’a pas.
 
Plus Il m’évite, et plus et plus Il me poursuit...
        Nous verrons ce dédain suprême.
Il est rare à croquer, celui-là qui me fuit !...
        Il me fuit — Eh bien non !... Pas même.
 
... Aurais-je ri pourtant ! si, comme un galant homme,
        Il avait allumé ses feux...
Comme Ève — femme aussi — qui n’aimait pas la Pomme,
        Je ne l’aime pas — et j’en veux ! —
 
C’est innocent. — Et lui ?... Si l’arme était chargée...
        — Et moi, j’aime les vilains jeux !
Et... l’on sait amuser, avec une dragée
        Haute, un animal ombrageux.
 
De quel droit ce regard, ce mauvais œil qui touche :
        Monsieur poserait le fatal ?
Je suis myope, il est vrai... Peut-être qu’il est louche ;
        Je l’ai vu si peu — mais si mal. —
 
... Et si je le laissais se draper en quenouille,
        Seul dans sa honteuse fierté !...
— Non. Je sens me ronger, comme ronge la rouille,
        Mon orgueil malade, irrité.
 
Allons donc ! c’est écrit — n’est-ce pas — dans ma tête,
        En pattes-de-mouche d’enfer ;
Écrit, sur cette page où — là — ma main s’arrête.
        — Main de femme et plume de fer. —
 
Oui ! — Baiser de Judas — Lui cracher à la bouche
        Cet amour ! — Il l’a mérité —
Lui dont la triste image est debout sur ma couche,
        Implacable de volupté.
 
Oh oui : coller ma langue à l’inerte sourire
        Qu’il porte là comme un faux pli !
Songe creux et malsain, repoussant... qui m’attire !
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
        — Une nuit blanche.... un jour sali...
 

                                                       
* * *

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Βаudеlаirе : Lе Соuсhеr du Sоlеil rоmаntiquе

Αpоllinаirе : Dаns lе јаrdin d’Αnnа

Μаllаrmé : Sоnnеt : «Sur lеs bоis оubliés quаnd pаssе l’hivеr sоmbrе...»

Αutrаn : Lа Βоhèmе

Rоnsаrd : «Jе nе sеrаis mаrri, si tu соmptаis mа pеinе...»

☆ ☆ ☆ ☆

Ρеrgаud : Lеs Hibоuх

Hеrеdiа : Βrеtаgnе

Rоdеnbасh : Lеs Сlосhеs

Βаudеlаirе : «Соmbiеn durеrоnt nоs аmоurs ?...»

Αutrаn : Βibliоthèquеs

Αutrаn : Ρrudеnсе dе lа Grеnоuillе

Αubigné : Εхtаsе

Αutrаn : Sévigné

Νеrvаl

Μоréаs : Μusiquе lоintаinе

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Lа Fеmmе qui dаnsе (Lоuÿs)

De Νiсhоlаs nеwmаn sur Frаnсis Jаmmеs

De Сосhоnfuсius sur «Qui а vu quеlquеfоis un grаnd сhênе аsséсhé...» (Du Βеllау)

De Сосhоnfuсius sur Lе Rоi Rеnаud (***)

De Αmigо* sur Dаns lе јаrdin d’Αnnа (Αpоllinаirе)

De Ρоrсus Сum Librо sur Lupеrсus (Hеrеdiа)

De Μаlvinа sur «Quаnd l’оmbrе mеnаçа dе lа fаtаlе lоi...» (Μаllаrmé)

De ΜаdаmеСоnnаssе sur Lеs Ρоrсs : «Αvес lеurs grоins...» (Vеrhаеrеn)

De gаutiеr sur Lеs Αssis (Rimbаud)

De Lа Μusérаntе sur L’Éсhеllе (Αutrаn)

De Didiеr СΟLΡΙΝ sur «Αmоur, је nе mе plаins dе l’оrguеil еndurсi...» (Rоnsаrd)

De Μаriа sur «Αprès unе јоurnéе dе vеnt...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur «Αu prеmiеr trаit, quе mоn œil rеnсоntrа...» (Τуаrd)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De vinсеnt sur «Ν’еs-tu lаssе, аussi, dе rêvеr d’hiеr ?...» (Viеlé-Griffin)

De Vinсеnt sur Lа Grеnоuillе blеuе (Fоrt)

De L’аmоr sur Αriаnе (Hеrеdiа)

De Ρiеrrоt sur Sоnnеt à lа nuit (Rоllinаt)

De Ρеrvеrs nаrсissе sur «Ρuisquе lеs сhаmps јоuissеnt dе mа bеllе...» (Τоurs)

De Vinсеnt sur «Εst-il riеn dе plus vаin qu’un sоngе mеnsоngеr...» (Сhаssignеt)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе