Tristan Corbière

Les Amours jaunes, 1873


Femme


 
                                        La Bête féroce
 
Lui — cet être faussé, mal aimé, mal souffert,
Mal haï — mauvais livre... et pire : il m’intéresse. —
S’il est vide après tout... Oh mon dieu, je le laisse,
        Comme un roman pauvre — entr’ouvert.
 
Cet homme est laid... — Et moi, ne suis-je donc pas belle,
        Et belle encore pour nous deux ! —
En suis-je donc enfin aux rêves de pucelle ?...
        — Je suis reine : Qu’il soit lépreux !
 
Où vais-je — femme ! — Après... suis-je donc pas légère
        Pour me relever d’un faux pas !
Est-ce donc Lui que j’aime ! — Eh non ! c’est son mystère...
        Celui que peut-être Il n’a pas.
 
Plus Il m’évite, et plus et plus Il me poursuit...
        Nous verrons ce dédain suprême.
Il est rare à croquer, celui-là qui me fuit !...
        Il me fuit — Eh bien non !... Pas même.
 
... Aurais-je ri pourtant ! si, comme un galant homme,
        Il avait allumé ses feux...
Comme Ève — femme aussi — qui n’aimait pas la Pomme,
        Je ne l’aime pas — et j’en veux ! —
 
C’est innocent. — Et lui ?... Si l’arme était chargée...
        — Et moi, j’aime les vilains jeux !
Et... l’on sait amuser, avec une dragée
        Haute, un animal ombrageux.
 
De quel droit ce regard, ce mauvais œil qui touche :
        Monsieur poserait le fatal ?
Je suis myope, il est vrai... Peut-être qu’il est louche ;
        Je l’ai vu si peu — mais si mal. —
 
... Et si je le laissais se draper en quenouille,
        Seul dans sa honteuse fierté !...
— Non. Je sens me ronger, comme ronge la rouille,
        Mon orgueil malade, irrité.
 
Allons donc ! c’est écrit — n’est-ce pas — dans ma tête,
        En pattes-de-mouche d’enfer ;
Écrit, sur cette page où — là — ma main s’arrête.
        — Main de femme et plume de fer. —
 
Oui ! — Baiser de Judas — Lui cracher à la bouche
        Cet amour ! — Il l’a mérité —
Lui dont la triste image est debout sur ma couche,
        Implacable de volupté.
 
Oh oui : coller ma langue à l’inerte sourire
        Qu’il porte là comme un faux pli !
Songe creux et malsain, repoussant... qui m’attire !
        . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 
        — Une nuit blanche.... un jour sali...
 

                                                       
* * *

Commentaire(s)
Votre commentaire :
Nom : *
eMail : * *
URL :
Commentaire * :
pèRE des miséRablEs : *
* Saisie requise.
* Cette adresse ne sera pas publiée et ne sera utilisée que pour communiquer avec vous en cas de souci.
 

Mon florilège

(Tоuriste)

(Les textes et les auteurs que vous aurez notés apparaîtront dans cette zone.)

Compte lecteur

Se connecter

Créer un compte

Agora

Évаluations récеntes
☆ ☆ ☆ ☆ ☆

Rоnsаrd : «J’аvаis, еn rеgаrdаnt tеs bеаuх уеuх, еnduré...»

Viаu : Épigrаmmе d’un impuissаnt

Lа Villе dе Μirmоnt : «Jе suis un êtrе dе sаng frоid...»

Régniеr : Juliе аuх уеuх d’еnfаnt

Sаint-Αmаnt : «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...»

Сrоs : L’Hеurе frоidе

Rimbаud : Μа Βоhèmе

Rimbаud : Οphéliе

Vеrlаinе : Νеvеrmоrе : «Sоuvеnir, sоuvеnir, quе mе vеuх-tu ?...»

Vеrlаinе : Μоn rêvе fаmiliеr

☆ ☆ ☆ ☆

Сhrеtiеn dе Τrоуеs

Sсаrrоn : Сhаnsоn à bоirе

Саrсо : Βоhèmе

Αpоllinаirе : «Lа nudité dеs flеurs с’еst lеur оdеur сhаrnеllе...»

Ρоnсhоn : Sоnnеt à Сhеvrеul

Μоlièrе : À Μоnsiеur Lе Vауеr, sur lа Μоrt dе sоn Fils

Lе Μоuël : «À lа sаintе, mаrtуrе еt viеrgе...»

Βаtаillе : Lеs Sоuvеnirs

Αllаrd : Αu dеrniеr сiеl

Gеоrgin : Τristеssе аu bоrd dе l’еаu

Cоmmеntaires récеnts

De Сосhоnfuсius sur Εn соur d’аssisеs (Сrоs)

De Сосhоnfuсius sur Unе prоmеnаdе аu Jаrdin dеs Ρlаntеs (Μussеt)

De Сrаpаudinе sur «Ô сritiquе du јоur, сhèrе mоuсhе bоvinе...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Vоiсi lе rеndеz-vоus dеs Εnfаnts sаns sоuсi...» (Sаint-Αmаnt)

De Сосhоnfuсius sur Sоnnеt à Сhеvrеul (Ρоnсhоn)

De Сurаrе- sur Sоnnеt pоur un Τаblеаu sаns légеndе (Lоuvigné du Dézеrt)

De Lа Μusérаntе sur «Lösсh mir diе Αugеn аus...» (Rilkе)

De Vinсеnt sur Lа Νосе à Gоnеssе (Fоrt)

De Frаnçоis Соppéе sur Lе Соup dе mаrtеаu (Соurtеlinе)

De Gеоrgеs Соurtеlinе sur Lе Соup dе tаmpоn (Соppéе)

De Τоtо28 sur Βibliоthèquеs (Αutrаn)

De Τоtо28 sur Sоnnеt : «Sе vоir lе plus pоssiblе еt s’аimеr sеulеmеnt...» (Μussеt)

De Lа Μusérаntе sur «Jе vis mа Νуmphе еntrе сеnt dаmоisеllеs...» (Rоnsаrd)

De Αzuré dе lа fаuсillе sur Соntrе lа јаlоusiе (Urfé)

De Vinсеnt sur Lеs Βiеnfаits dе lа nuit (Rоllinаt)

De Siхtе sur «D’un оutrаgеuх соmbаt...» (Αubigné)

De lасоtе sur «Jе sаis biеn qu’оn dirа quе је suis témérаirе...» (Βirаguе)

De mdrlоl sur Lеs Léprеuх (Βеrtrаnd)

De Vinсеnt sur Ρаrsifаl (Vеrlаinе)

De vinсеnt sur «Un pеu dеvаnt quе l’аubе аmеnât lа јоurnéе...» (Gоdаrd)

De Ρiеrrоt sur «Sеs purs оnglеs très hаut dédiаnt lеur оnух...» (Μаllаrmé)

Plus de commentaires...

Flux RSS...

Ce site

Présеntаtion

Acсuеil

À prоpos

Cоntact

Signaler une errеur

Un pеtit mоt ?

Sоutien

Fаirе un dоn

Librairiе pоétique en lignе